SAY JEAN-BAPTISTE (1767-1832)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Influence sur la pensée économique

Les commentateurs de Say adoptent des attitudes très divergentes à son égard, E. Teilhac, par exemple, en fait le fondateur génial de l'« économie sociale » moderne. D'autres ont réduit son rôle à celui d'un disciple un peu effacé de Smith, dont il aurait seulement diffusé les idées. En réalité, Say tient une place intermédiaire entre ces deux positions extrêmes. C'est un libéral, certes, en économie, mais il fut l'initiateur de l'école française, plus optimiste et plus idéologique aussi, en définitive, malgré ses apports concrets, que les classiques anglais. Son influence se manifeste chez Frédéric Bastiat, Pellegrino Rossi, Adolphe Blanqui, et aussi chez Michel Chevalier et Henri Baudrillart. Comme industrialiste et productiviste, ses idées ont dépassé les limites de l'école libérale. On a souvent remarqué que Saint-Simon et Proudhon (qui qualifie Say d'« homme de génie ») lui doivent beaucoup. Aux États-Unis, ses ouvrages eurent de nombreuses éditions. C. Carey défend son productivisme. En Italie, Francesco Ferrara prend des positions analogues à celles de Say, comme le fait Stanley Jevons en Angleterre. C'est en se référant surtout à la pensée de Say que Jevons écrit : « La vérité est avec l'École française, et plus tôt nous le reconnaîtrons, mieux cela vaudra. »

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAY JEAN-BAPTISTE (1767-1832)  » est également traité dans :

TRAITÉ D'ÉCONOMIE POLITIQUE, Jean-Baptiste Say - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 1 408 mots

La première édition du Traité d'économie politique, ou Simple Exposition de la manière dont se forment, se distribuent et se consomment les richesses de Jean-Baptiste Say (1767-1832) date de 1803. Say n'a alors que trente-six ans. La rédaction de l'ouvrage se situe à un tournant de son itinéraire. En 1799, Say quitte la revue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-d-economie-politique/#i_17251

COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 6 480 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'anticolonialisme des libéraux »  : […] se termine. En 1814, Sismondi déconseille à la France la reconquête de Saint-Domingue. Si le Cours complet d'économie politique de J.-B. Say est de 1803, son influence s'est surtout exercée après 1815 (six éditions jusqu'en 1841). « Les vraies colonies d'un peuple commerçant, écrit J.-B. Say, ce sont les peuples indépendants de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonialisme-et-anticolonialisme/#i_17251

DÉBOUCHÉS, économie

  • Écrit par 
  • Alain-Pierre RODET
  •  • 306 mots

L'économiste français Jean-Baptiste Say (1767-1832) a élaboré une théorie dont la pièce centrale est constituée par la fameuse loi des débouchés. Le principe de cette loi peut être ainsi résumé : c'est le producteur qui crée une demande par ses produits. Un produit créé offre dès cet instant un débouché à d'autres biens pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/debouches-economie/#i_17251

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 5 519 mots

Dans le chapitre «  Les réticences historiques de la France face à l'économie politique »  : […] Dans ce contexte, l'idée d'un enseignement de l'économie passe pour une provocation et nul ne semble l'envisager. Sauf celui qui va jouer un rôle déterminant dans le développement de la science économique en France, à savoir Jean-Baptiste Say […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-enseignement-de-l-economie/#i_17251

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 853 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La question des crises économiques »  : […] Say aboutit à la même conclusion par une voie différente. Il s'appuie sur une propriété de la monnaie. Celle-ci n'est pas désirée pour elle-même. Il s'ensuit que tous les revenus créés à l'occasion de la production d'une marchandise quelconque sont nécessairement dépensés, que ce soit en biens de consommation ou en moyens de production (par le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-l-ecole-classique/#i_17251

EMMANUEL ARGHIRI (1911-2001)

  • Écrit par 
  • Claudio JEDLICKI
  •  • 1 124 mots

Dans Le Profit et les crises (1974), Emmanuel s'attaque à l'essence de la loi de Say, jusque-là admise par tous les courants de pensées économiques. En effet, si John Maynard Keynes, comme d'autres, s'est élevé contre l'une des propositions de la loi Say selon laquelle « la production engendre sa propre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arghiri-emmanuel/#i_17251

INFLATION

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX
  •  • 8 604 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La théorie quantitative de la monnaie et de l'inflation »  : […] la circulation monétaire est sans effet sur les grandeurs réelles de l'économie que sont la production et les échanges marchands, est attribuable à l'économiste français Jean-Baptiste Say qui, au début du xixe siècle, émet la fameuse maxime : « la monnaie n'est qu'un voile ». Après lui et Ricardo, tous les économistes « classiques » du xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inflation/#i_17251

Pour citer l’article

Pierre-Louis REYNAUD, « SAY JEAN-BAPTISTE - (1767-1832) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-say/