CARPEAUX JEAN-BAPTISTE (1827-1875)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une production variée

Carpeaux remet en honneur les statuettes et les groupes de petit format où prédominent de tendres et mélancoliques scènes intimes : amants enlacés, mères allaitant, personnages absorbés dans leur activité manuelle.

Dans les nombreux bustes qu'il exécute, Carpeaux se montre un portraitiste étourdissant de virtuosité néo-baroque, attentif à la belle allure de ses modèles comme à leur singularité psychologique (Napoléon III, la princesse Mathilde, Charles Gounod, Alexandre Dumas). Mais il se trouve particulièrement à l'aise dans les grandes sculptures décoratives que lui commandent ses protecteurs : groupe de La Danse, destiné à la façade de l'Opéra de Paris ; groupe des Quatre Parties du monde pour la fontaine de l'Observatoire ; couronnement du pavillon de Flore, commandé par Lefuel, architecte du Louvre. L'enlacement puissant des figures, les formes pleines, la décision des contours expriment une vision sereine. Les arrangements simples et aérés sont bien adaptés au site et aux variations de la lumière.

De la sculpture monumentale à l'esquisse affirmée comme œuvre d'art, Carpeaux impose la fusion des catégories traditionnelles de la sculpture, comme il affirme, par sa double activité simultanée de sculpteur et de peintre, la parenté intime de deux arts. Le premier à comprendre la nécessité de la diffusion de la sculpture dans une société qui apprenait à la consommer, il entreprit la multiplication industrielle de ses œuvres.

En défendant des valeurs nouvelles : l'observation du vivant, du spécifique, la traduction du mouvement, la recherche des effets momentanés que prennent les matières dans la lumière, les « impressions » que le seul jeu des doigts peut arrêter, la fascination du sculpteur pour l'esquisse modelée, Carpeaux, aux origines de la sculpture moderne, a joué un rôle prépondérant.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Californie, Berkeley (États-Unis)

Classification

Autres références

«  CARPEAUX JEAN-BAPTISTE (1827-1875)  » est également traité dans :

RÉALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Gerald M. ACKERMAN, 
  • Henri MITTERAND
  •  • 6 488 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le réalisme en sculpture »  : […] Nulle part la répugnance à accepter le réalisme ne se manifeste mieux que dans l'attitude critique à l'égard de la sculpture réaliste ; cette dernière est en effet complètement oubliée. Un nu réaliste paraît véritablement nu, et on éprouve quelque gêne à le contempler. C'est la raison pour laquelle de nombreux nus, d'une exécution parfaite, mais réalistes, tels ceux de Jean Léon Gérome (1824-190 […] Lire la suite

RODIN AUGUSTE (1840-1917)

  • Écrit par 
  • Jacques de CASO
  •  • 4 668 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les œuvres de jeunesse »  : […] Auguste Rodin est né à Paris en 1840 ; il appartient à la génération des premiers impressionnistes – Monet, par exemple, qui est son ami, et avec lequel il expose en 1889, ou Cézanne. Issu d'un milieu familial modeste – son père était employé à la préfecture de police de Paris –, il fit des études artistiques, qui, comme celles de nombreux artistes novateurs de sa génération, se déroulèrent hors […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques de CASO, « CARPEAUX JEAN-BAPTISTE - (1827-1875) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-carpeaux/