DORIOT JACQUES (1898-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une modeste famille de l'Oise, ouvrier métallurgiste de Saint-Denis, Jacques Doriot adhère très jeune à la S.F.I.O. En 1920, il rallie la IIIe Internationale. Remplaçant par hasard un délégué malade, il devient suppléant au comité central des Jeunesses communistes ; c'est le début d'une belle carrière au sein du Parti communiste : il représente, pour la France, les Jeunesses communistes au IIe congrès mondial à Moscou en juin 1921 ; dès 1922, il est secrétaire des Jeunesses internationales et, à ce titre, membre de l'exécutif du Komintern. Il réside pendant dix-huit mois à Moscou puis entre au comité central du P.C.F. durant l'été de 1923. Il publie coup sur coup deux pamphlets très violents, Entre deux guerres (1923) et L'Armée et la défense du capitalisme (1924) qui lui valent la prison. Mais, durant son emprisonnement, il est élu député de Saint-Denis aux élections du 11 mai 1924 et aussitôt libéré. Intervenant avec une grande véhémence contre le plan Dawes, l'occupation de la Ruhr, la guerre du Rif, Doriot devient l'enfant terrible du Parlement et la cible préférée de la droite. Ses premiers heurts avec Moscou datent de 1929 : au VIe congrès du P.C.F., il est accusé à la fois de droitisme et d'avoir voulu se rapprocher des socialistes. Il fait alors son autocritique. Des efforts systématiques lui permettent de renforcer encore sa position à Saint-Denis, dont il devient maire en 1931. Se sentant sûr de lui, Doriot entre en conflit avec Maurice Thorez en réclamant, à partir de mai 1933, le front commun au sommet et à la base avec la S.F.I.O. Il participe seul à la manifestation du 9 février 1934 qui répond aux émeutes du 6 février et surtout crée à Saint-Denis un Comité d'unité d'action avec les responsables socialistes locaux. L'Humanité lui reproche de discuter publiquement la ligne du parti. La rupture est consommée par la démission de Doriot de son poste de maire le 9 avril et, le 11, sa lettre ouverte à l'Internationale communiste. Réélu le 6 mai, il refuse de se rendre à Moscou. Le 23 juin, il est exclu du Parti communiste. Devant la formation du Front populaire, qu'il avait souhaitée le premier, Doriot est embarrassé. En effet, il espérait se tailler une place sur le champ politique entre le P.C.F. et la S.F.I.O. ; le Front populaire lui ferme cette perspective. Dès lors, l'anticommunisme effréné dont il fait le point fondamental de sa propagande va accélérer une évolution qui le mène à l'autre bord de l'arène politique.

Doriot prend parti en février 1936 contre le rapprochement franco-soviétique puis, après sa réélection en 1936, contre le Front populaire espagnol et les menaces de guerre. Il sera ardemment munichois. Auparavant, il a connu son premier échec électoral lorsque, révoqué de ses fonctions de maire par le gouvernement Léon Blum, il est battu en juin 1937, dans son fief, par un communiste orthodoxe, F. Grenier. En 1936, il fonde le Parti populaire français qui connaît un certain succès, sans atteindre assurément les 300 000 adhérents revendiqués : il attire d'anciens communistes (Henri Barbé, Paul Marion) et des intellectuels (Drieu La Rochelle, A. Fabre-Luce). Doriot apparaît alors comme le seul dirigeant politique français en mesure de rassembler la droite autoritaire. Mais son Front unique anticommuniste est un échec, et les industriels qui l'avaient soutenu lui retirent leur appui. Après la défaite, Doriot se prononce pour la collaboration avec l'Allemagne et condamne les réticences du gouvernement de Vichy. Intime de l'ambassadeur allemand Abetz, il fonde avec Marcel Déat la Légion des volontaires français contre le bolchevisme et, en septembre 1941, part comme lieutenant sur le front oriental, tandis que le P.P.F. lutte contre la Résistance. En 1944, il se retire en Allemagne et participe au « gouvernement » de Sigmaringen. En février 1945, il meurt, sous l'uniforme allemand, mitraillé par un avion allié. Il est difficile de porter un jugement mesuré sur cette carrière excessive à tous égards.

Son tempérament puissant, ses qualités de tribun, d'agitateur et d'organisateur en avaient fait le dirigeant le plus populaire du P.C.F. Il se servit de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur ès sciences politiques, maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Autres références

«  DORIOT JACQUES (1898-1945)  » est également traité dans :

EXTRÊME DROITE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves CAMUS
  •  • 11 032 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Fascisme français ? »  : […] Les années qui séparent la défaite de 1870 du début de la Grande Guerre ont changé complètement le paysage politique et idéologique français et européen. Elles ont finalement consacré la disparition de l’ordre politique, social et géopolitique traditionnel, chamboulé au sortir de la guerre par l’émergence des États-Unis et de l’URSS, dont les intérêts étaient opposés à l’affirmation d’une Europe-p […] Lire la suite

FRONT POPULAIRE

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 4 922 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'expérience Blum (juin 1936-juin 1937) »  : […] Avant son arrivée au pouvoir, Léon Blum a tenu à définir la nature du gouvernement qu'il entend conduire, face aux exigences de l'aile révolutionnaire de son parti, dirigée par Marceau Pivert qui, dans un retentissant article du Populaire publié le 27 mai 1936 et intitulé « Tout est possible », préconisait de transformer l'exercice du pouvoir en conquête révolutionnaire du pouvoir pour fonder la […] Lire la suite

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 046 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Occupation et collaborations »  : […] La France occupée est sous l'administration militaire du Militärbefehlshaber in Frankreich (M.B.F.). Dépendant de l'état-major de la Wehrmacht (O.K.W.), il contrôle le réseau des Feldkommandanturen, soit 24 000 à 30 000 hommes, en plus des troupes d'opération dont les effectifs fluctuent, selon les périodes, entre 100 000 hommes au début de l'occupation à peut-être un million en 1944. Le M.B.F. do […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy ROSSI-LANDI, « DORIOT JACQUES - (1898-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-doriot/