DÉAT MARCEL (1894-1955)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'origine modeste, Déat fait des études brillantes : en juillet 1914, il est reçu à l'École normale. La même année, il adhère à la S.F.I.O. Après la guerre, qu'il termine avec le grade de capitaine, il passe l'agrégation de philosophie et est nommé professeur à Reims. Sa carrière politique débute en 1925 par un mandat de conseiller municipal. L'année suivante, il entre à la Chambre des députés à la faveur d'une élection partielle. Battu en 1928, il est réélu en 1932 dans le quartier de Charonne après une très vive campagne contre Jacques Duclos. Dans Perspectives socialistes (1931), il développe une réflexion théorique qui l'éloigne du marxisme et, au congrès de 1933, il est, avec Marquet et Renaudel, à l'origine de la scission des néo-socialistes : il devient secrétaire général du Parti socialiste de France fondé par Renaudel, puis, en 1936, de l'Union socialiste et républicaine (U.S.R.), groupe qui, par anticommunisme, refuse son adhésion au Front populaire. Aux élections de 1936, Déat, ministre de l'Air depuis janvier dans le gouvernement Sarraut, est battu par le candidat communiste. À la faveur d'une élection partielle, il sera réélu en avril 1939, à Angoulême cette fois, comme candidat du Rassemblement anticommuniste : entre-temps, il a pris des positions très hostiles au P.C.F. et, surtout, résolument munichoises. Le 4 mai 1939, il publie dans L'Œuvre son célèbre article « Mourir pour Dantzig ? ». En octobre 1939, lorsque la guerre a éclaté, il est d'ailleurs compromis dans l'affaire du tract « Paix immédiate », diffusé par le pacifiste Lecoin, auquel il niera cependant avoir donné sa signature. Après l'armistice, ayant vainement tenté de faire adopter son projet de parti unique, il s'éloigne de Vichy, reprend sa collaboration très assidue à L'Œuvre et fonde, en janvier 1941, le Rassemblement national populaire (R.N.P.) qui se veut à la fois socialiste et européen mais refuse de condamner globalement la démocratie. Cependant, Déat prône de plus en plus résolument une alli [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : docteur ès sciences politiques, maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification


Autres références

«  DÉAT MARCEL (1894-1955)  » est également traité dans :

EXTRÊME DROITE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves CAMUS
  •  • 11 028 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Fascisme français ? »  : […] Les années qui séparent la défaite de 1870 du début de la Grande Guerre ont changé complètement le paysage politique et idéologique français et européen. Elles ont finalement consacré la disparition de l’ordre politique, social et géopolitique traditionnel, chamboulé au sortir de la guerre par l’émergence des États-Unis et de l’URSS, dont les intérêts étaient opposés à l’affirmation d’une Europe-p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy ROSSI-LANDI, « DÉAT MARCEL - (1894-1955) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-deat/