SHAMIR ITZHAK (1915-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique israélien d'origine polonaise, Itzhak Shamir fut le Premier ministre d'Israël en 1983-1984, puis de 1986 à 1992. Il a toujours prôné un sionisme intransigeant, afin de préserver à tout prix le grand Israël (Eretz Israël).

Itzhak Shamir – dont le vrai patronyme est Jazernicki, également orthographié Yzernitzky – est né le 15 octobre 1915 à Ruzinoy, en Pologne alors dans l'Empire russe (auj. Ružany, en Biélorussie). Il adhère aux jeunesses sionistes du Betar et étudie le droit à Varsovie. En 1935, il émigre en Palestine, sous tutelle britannique : il fréquente alors l'université hébraïque de Jérusalem et rejoint le mouvement clandestin Irgoun tsva'i l'oumi (Organisation militaire nationale). À la suite d'une scission politique au sein de l'Irgoun, il rallie en 1940 le groupe Stern, dont le fondateur Abraham Stern meurt deux ans plus tard, alors qu'il est aux mains de la police britannique ; Itzhak Shamir joue alors un rôle clé dans la réorganisation du comité central du groupe. Arrêté par les autorités britanniques en 1941, puis de nouveau en 1946, il s'échappe par deux fois. Après sa seconde évasion, il obtient l'asile en France.

De retour en Israël après l'indépendance du pays en 1948, il opère comme agent du Mossad en Europe de 1955 à 1965. Il rejoint ensuite le parti politique Herout (Liberté) de Menahem Begin, qui s'allie en 1973 à de petites formations de droite pour constituer la coalition du Likoud. Élu à la Knesset en 1973, il en devient le président après la victoire électorale du Likoud en 1977. Nommé ministre des Affaires étrangères du gouvernement Begin en 1980, Itzhak Shamir succède au chef de l'exécutif en 1983.

À l'issue des élections de juillet 1984, le Likoud et le Parti travailliste obtiennent des résultats quasi équivalents. Itzhak Shamir forme alors avec Shimon Peres une coalition de circonstance que ce dernier dirige de 1984 à 1986 avant de lui céder, comme convenu, le pouvoir. Itzhak Shamir demeure à la tête de l'exécutif jusqu'en 1990. Refusant de reconduire l'alliance avec le Parti travailliste, il constitue cette année-là une nouvelle coalition avec la plupart des partis religieux orthodoxes et les petites formations de l'extrême droite nationaliste. Malgré ses positions intransigeantes concernant la question palestinienne, il assiste en octobre 1991 à la conférence de Madrid, qui marque le tout début des négociations de paix au Proche-Orient.

Après la défaite du Likoud aux élections générales de 1992, Itzhak Shamir quitte le gouvernement. Affaibli par la maladie, il renonce à toute activité politique au début des années 2000. Il meurt le 30 juin 2012 à Tel-Aviv.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  SHAMIR ITZHAK (1915-2012)  » est également traité dans :

ISRAÉLO-ARABE CONFLIT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christophe PÉRY
  •  • 898 mots

29 novembre 1947 Le plan de partage de l'O.N.U. prévoit la création de deux États, l'un juif, l'autre arabe, et d'une zone sous contrôle international (résolution 181). Mai 1948-juillet 1949 Proclamation de l'État d'Israël par Ben Gourion (le 14 mai) à l'échéance du mandat britannique sur la Palestine. Première guerre israélo-arabe déclenchée (le 15 mai) par les pays arabes hostiles au plan de par […] Lire la suite

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 723 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Israël et le problème palestinien »  : […] La guerre d'Indépendance a provoqué un important bouleversement politique, mais également démographique. Si, en novembre 1947, on comptait près d'un million de Palestiniens sur le territoire de ce qui allait devenir Israël, à la fin des hostilités (décembre 1948-janvier 1949), ils ne sont plus que 180 000 sur le territoire du nouvel État. Les origines de ces déplacements (plus de 800 000 personne […] Lire la suite

NÉTANYAHOU BENYAMIN (1949- )

  • Écrit par 
  • Alain DIECKHOFF, 
  • Universalis
  •  • 1 426 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nétanyahou, homme politique »  : […] De retour en Israël en 1988, il est élu député sur la liste du Likoud et est propulsé vice-ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement dirigé par Itzhak Shamir. Lors du démarrage du processus de paix israélo-arabe, à la fin de 1991, à Madrid, il occupe le devant de la scène grâce à une remarquable maîtrise des médias et défend la ligne très circonspecte du Premier ministre Shamir. Après […] Lire la suite

PALESTINIENNE AUTORITÉ

  • Écrit par 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Aude SIGNOLES
  • , Universalis
  •  • 28 724 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Reconnaissance et intervention des arafatistes »  : […] Les effets de ce Soulèvement sont assez rapides : Israël déclare publiquement que la situation est nouvelle de manière irréversible ; quelques rares partis et mouvements d'opinion prennent une position ultranationaliste d'annexion des territoires, voire d'expulsion massive de tous les Palestiniens, quoi qu'il en coûte en violence et en temps ; d'autres courants manifestent au contraire pour l'urge […] Lire la suite

Les derniers événements

14-18 février 2019 Israël – Pologne. Crise diplomatique.

Itzhak Shamir selon laquelle les Polonais « tètent [l’antisémitisme] avec le lait de leur mère ». Le 18, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki annule sa participation à la réunion, prévue le lendemain à Jérusalem, des dirigeants du groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque, Slovaquie). […] Lire la suite

24 février 1992 États-Unis – Israël. Conditions posées par Washington pour l'octroi de sa garantie bancaire

d'Itzhak Shamir, qui reconnaît que plusieurs milliers de logements sont en construction dans les territoires occupés, prétend que la garantie américaine ne servira pas à les financer, mais à intégrer les quelque quatre cent mille juifs soviétiques arrivés depuis la fin de 1989.  […] Lire la suite

2-29 janvier 1992 Israël. Tensions nationales et internationales dues aux négociations de paix

d'Itzhak Shamir ne dispose plus que de l'appui de cinquante-neuf des cent vingt députés de la Knesset. Le 29, Itzhak Shamir et l'opposition travailliste s'entendent sur l'organisation d'élections législatives anticipées le 23 juin.  […] Lire la suite

13 octobre - 3 novembre 1991 Israël. Tenue à Madrid d'une conférence de paix sur le Proche-Orient

Itzhak Shamir a décidé de diriger en personne. Elle comprend une majorité de « durs ». Le 30 s'ouvre à Madrid la réunion plénière de la conférence de paix sur le Proche-Orient. C'est la première fois depuis 1948 que l'État hébreu et tous ses voisins arabes sont rassemblés autour d'une table de négociations. La conférence réunit les États-Unis, l'U.R.S.S […] Lire la suite

1er-5 août 1991 Israël – États-Unis. Accord conditionnel d'Israël et de l'O.L.P. pour une conférence de paix

Itzhak Shamir, Premier ministre israélien, lui donne son accord pour la convocation en octobre d'une conférence de paix sur le Proche-Orient, annoncée la veille par les présidents américain et soviétique lors du sommet de Moscou. Il maintient toutefois ses exigences relatives à la représentation des Palestiniens. L'O.L.P. accepte aussi le principe  […] Lire la suite

Pour citer l’article

« SHAMIR ITZHAK - (1915-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/itzhak-shamir/