STERN GROUPE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sous la conduite d'Abraham Stern, jeune intellectuel visionnaire, qui refuse, malgré la guerre mondiale, l'armistice avec l'Angleterre, plusieurs membres de l'Irgoun forment un groupe d'action clandestin en 1940. Dans l'optique de Stern, le gouvernement britannique, qui « occupe » la Palestine (il dénie toute légitimité au mandat) est l'allié des nazis dans la destruction du peuple juif. La Grande-Bretagne ne quittera jamais la Palestine de son propre gré, c'est pourquoi le premier objectif est de la combattre, ainsi que les institutions juives issues du Mandat, qui collaborent avec elle. Cette guerre sera longue, et Stern pense à des alliés possibles — un moment l'Italie de Mussolini, ou la France, chassée du Levant par les Anglais, mais surtout, dans ses tracts enflammés, il parle de « guerre de libération » populaire et anticolonialiste avant la lettre. « Nos chefs actuels, écrit-il, n'ont jamais appris à dire non, ce sont des juifs du ghetto et leur mentalité ne changera pas. À nous, même minorité infime, de proclamer cette guerre au nom du peuple, les masses suivront, de gré ou de force. »

Attentat en Palestine, 1947

Attentat en Palestine, 1947

photographie

Le train militaire Le Caire-Haïfa a été dynamité par des terroristes juifs, dans le sud de la Palestine, en 1947. Onze personnes sont tuées, dont cinq soldats britanniques. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

En 1942, Stern est arrêté et fusillé dans sa cache à Tel-Aviv. Ses disciples, sous le nom de LeHI « Lohamê Hérout Israël » (Combattants de la liberté d'Israël), optent pour le terrorisme politique. Ils assassinent plusieurs officiers anglais, organisent les attentats contre Harold MacMichael, gouverneur de Palestine (août 1944), lord Moyne, ministre résident au Moyen-Orient (novembre 1944), le comte Bernadotte, médiateur de l'O.N.U. (septembre 1948). Plusieurs d'entre eux, en particulier les deux assassins de lord Moyne, jugés et exécutés au Caire, montent à l'échafaud en chantant l'hymne juif. Leurs unités sont parmi les plus extrémistes dans la lutte contre les Arabes. Ils refusent, après la création de l'État d'Israël, de rejoindre la Haganah. Leurs chefs, sortis de la clandestinité, adhèrent au Parti communiste ou à des groupements d'extrême gauche.

—  Abraham TSITRONE

Écrit par :

  • : maître assistant à l'université de Jérusalem, docteur de l'université de Montpellier, lecteur à l'université de Provence

Classification


Autres références

«  STERN GROUPE  » est également traité dans :

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 707 mots
  •  • 40 médias

Dans le chapitre « Le mandat britannique »  : […] Les accords de mandat définissent le cadre général du mandat. Les véritables précisions seront fournies par le Palestine-Order-in-Council de 1922, profondément amendé dès 1923. Si à l'origine le mandat sur la Palestine devait être un mandat de la catégorie A (semblable au mandat français au Liban et en Syrie), c'est-à-dire laissant une large place à l'autonomie des populations locales, du fait de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/israel/#i_29634

SHAMIR ITZHAK (1915-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 479 mots

Homme politique israélien d'origine polonaise, Itzhak Shamir fut le Premier ministre d'Israël en 1983-1984, puis de 1986 à 1992. Il a toujours prôné un sionisme intransigeant, afin de préserver à tout prix le grand Israël (Eretz Israël). Itzhak Shamir – dont le vrai patronyme est Jazernicki, également orthographié Yzernitzky – est né le 15 octobre 1915 à Ruzinoy, en Pologne alors dans l'Empire ru […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/itzhak-shamir/#i_29634

Pour citer l’article

Abraham TSITRONE, « STERN GROUPE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-stern/