PERES SHIMON (1923-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique israélien, Premier ministre (1977, par intérim ; 1984-1986 ; 1995-1996) et président de l’État d’Israël (2007-2014).

Shimon Peres (dont le véritable patronyme est Persky) est né à Wiśniew, en Pologne (aujourd'hui en Biélorussie), le 1er août 1923, dans une famille sioniste.

Très tôt, il adhère à un mouvement de jeunesse sioniste de gauche. En 1931, son père obtient un certificat d'immigration pour la Palestine où le rejoignent en 1934 les deux enfants et leur mère. Après avoir fréquenté pendant quatre années une école hébraïque à Tel-Aviv, Shimon Peres devient interne à l'école agricole de Ben Shemen qui a formé de nombreux dirigeants du nouvel État israélien. À côté des travaux de la ferme, Peres complète sa formation intellectuelle (en autodidacte) et adhère au Mapaï, le Parti travailliste ; il rejoint bientôt les rangs de la Haganah (organisation militaire secrète dirigée par les travaillistes). Rapidement, il est remarqué par les dirigeants de la communauté juive de Palestine (dont David Ben Gourion et Levi Eshkol). Le 1er mai 1945, il épouse Sonya Gelman qui, ensuite, a toujours été à ses côtés. Deux enfants naîtront de cette union. Le couple s'installe au kibboutz Alumot, au bord du lac de Tibériade, mais Peres est de plus en plus impliqué dans la direction politique, auprès de Ben Gourion. Il rencontre Moshé Dayan dont il devient l'un des plus proches amis.

Au moment de la proclamation de l'État d’Israël (14 mai 1948), Peres est officiellement mobilisé et occupe plusieurs postes de direction au sein du nouveau ministère de la Défense. Dès 1950, il est envoyé aux États-Unis pour une série de missions de collectes de fonds dont il s'acquitte brillamment. Il devient directeur général adjoint du ministère de la Défense (septembre 1950) puis directeur général (décembre 1953).

C'est durant cette période, jusqu'à son entrée officielle en politique (il est élu pour la première f [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Shimon Peres

Shimon Peres
Crédits : Hulton Getty

photographie

Shimon Peres et Itzhak Shamir

Shimon Peres et Itzhak Shamir
Crédits : David Rubinger/ The LIFE Images Collection/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté de droit de l'université hébraïque de Jérusalem (Israël)

Classification

Autres références

«  PERES SHIMON (1923-2016)  » est également traité dans :

ISRAÉLO-ARABE CONFLIT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christophe PÉRY
  •  • 898 mots

29 novembre 1947 Le plan de partage de l'O.N.U. prévoit la création de deux États, l'un juif, l'autre arabe, et d'une zone sous contrôle international (résolution 181). Mai 1948-juillet 1949 Proclamation de l'État d'Israël par Ben Gourion (le 14 mai) à l'échéance du mandat britannique sur la Palestine. Première guerre israélo-arabe déclenchée (le 15 mai) par les pays arabes hostiles au plan de par […] Lire la suite

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 723 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Le gouvernement  »  : […] Le gouvernement comprend le Premier ministre et les ministres. L'État d'Israël pratique le régime parlementaire classique, établi sur la base de coalitions entre les différents partis. De 1992 à 2001, une tentative originale avait été faite : il s'agissait d'élire le Premier ministre au suffrage universel. Utilisé trois fois (élections de Benyamin Nétanyahou, d'Ehoud Barak et d'Ariel Sharon), le […] Lire la suite

PALESTINIENNE AUTORITÉ

  • Écrit par 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Aude SIGNOLES
  • , Universalis
  •  • 28 724 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les Palestiniens dans la crise du Golfe et dans les négociations israélo-arabes de paix (1990-1994) »  : […] Comme le reconnaissent quelques intellectuels palestiniens, tel Walid Khalidi, et quelques acteurs politiques de premier plan, tel Abou Iyad qui paya de sa vie le 15 janvier 1991 à Tunis son point de vue, l'implication de l'O.L.P. aux côtés de l' Irak dans la crise du Golfe d'août 1990 à février 1991 représente l'un des plus cuisants revers palestiniens. Mais il en résulte aussi le vaste réseau d […] Lire la suite

Les derniers événements

2-30 juin 2014 Israël – Autorité palestinienne. Assassinat de trois adolescents israéliens

Shimon Peres et palestinien Mahmoud Abbas se rencontrent au Vatican à l'invitation du pape François en vue de prier pour la paix. Le 10, la Knesset élit Reuven Rivlin à la présidence de l'État hébreu, une fonction protocolaire. Membre du Likoud, cet ancien président du Parlement est un partisan du « Grand Israël » opposé à la création d'un État palestinien […] Lire la suite

24-26 mai 2014 Vatican – Jordanie – Autorité palestinienne – Israël. Visite du pape François au Moyen-Orient

Shimon Peres et Mahmoud Abbas, à venir « prier pour la paix » au Vatican – ceux-ci conviendront de s'y rendre le 8 juin. Le pape rencontre le patriarche orthodoxe Bartholomée Ier au Saint-Sépulcre, à Jérusalem. Le 26, à Jérusalem, François rencontre les dirigeants israéliens, prie devant le mur des Lamentations, visite le Mémorial pour les victimes […] Lire la suite

8-15 mai 2009 Vatican. Voyage du pape Benoît XVI au Proche-Orient

Shimon Peres en compagnie duquel il se rend au mémorial de Yad Vashem; il y condamne la Shoah et le négationnisme. Le 12, Benoît XVI visite le dôme du Rocher, sur l'esplanade des Mosquées, accueilli par le grand mufti de Jérusalem. Il est le premier pape à entrer dans ce lieu saint de l'islam. Le 13, à Bethléem (Cisjordanie), il rencontre le président […] Lire la suite

10-20 février 2009 Israël. Élections législatives

Shimon Peres charge Benyamin Nétanyahou de former le prochain gouvernement d'ici le 3 avril au plus tard. L'ex-Premier ministre conservateur est appuyé par les partis de droite mais tente de se rapprocher des partis centriste et travailliste afin qu'ils « rejoignent un gouvernement d'union nationale ». Toutefois, ces derniers annoncent qu'ils excluent […] Lire la suite

26 octobre 2008 Israël. Échec de Tzipi Livni à former un gouvernement

Shimon Peres qu'elle renonce à cette tâche. Disposant du seul appui du Parti travailliste (19 élus), la nouvelle dirigeante du parti Kadima (29 élus) n'est pas parvenue à obtenir le soutien du parti religieux ultra-orthodoxe Shass (12 élus) ni du Parti des retraités (7 élus) à la formation d'un gouvernement de coalition majoritaire – la Knesset compte […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude KLEIN, « PERES SHIMON - (1923-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/shimon-peres/