ISOPTÈRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nidification

Les termites ne vivent pas à l'air libre, mais habitent des nids où l'air demeure calme et où le degré hygrométrique reste toujours élevé (plus de 50 p. 100 d'humidité rémanente). La lumière n'y pénètre jamais, et la teneur en gaz carbonique est importante. Les termites savent parfois maintenir sa constance.

Tous les degrés dans l'art de bâtir s'observent chez les termites ; mais ce ne sont pas obligatoirement les espèces les plus évoluées qui construisent les édifices les plus complexes et les mieux organisés : on ne peut donc pas établir une phylogénie fondée sur la seule considération des nids. Certaines espèces se cantonnent dans le bois où elles creusent leurs galeries ; c'est le cas de Kalotermes flavicollis. D'autres, comme Reticulitermes lucifugus, ont des nids mixtes qui s'étendent dans le bois et dans la terre. Ces deux espèces (les seules qui vivent dans la France méridionale) sont très nuisibles, mais n'ont pas de nids spectaculaires. En revanche, les espèces tropicales fabriquent des nids compliqués, parfois entièrement souterrains, comme les Odontotermes ou les Apicotermes africains qui sont les plus habiles des Insectes bâtisseurs. Les ouvriers utilisent essentiellement du mortier stercoral ; ils défèquent au point voulu de l'édifice, puis triturent la pâte avec les appendices buccaux, l'étalent et la lissent. Leur nid enfoui dans le sol est composé d'étages reliés entre eux par une rampe hélicoïdale placée en leur centre. Ce nid extrêmement complexe est formé chez Apicotermes lamani de plusieurs unités (de 2 à 5) ou calies (de 30 cm de diamètre environ) communiquant entre elles par des galeries (nid polycalique). La construction de la calie ne résulte pas de l'agrandissement progressif d'un nid de petite taille, mais elle se fait du haut vers le bas dans une cavité préalablement creusée à la mesure de la future calie. Cette manière très particulière de procéder met souvent en défaut la logique humaine (P.-P. Grassé, 1981).

D'autres espèces font des nids mixtes souterrains et épigés. C'est le cas des Bellicositermes dont les nids sont sans [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ISOPTÈRES  » est également traité dans :

TERMITE

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS
  •  • 449 mots

Insecte social, vivant surtout dans les régions tropicales, capable de construire les édifices les plus importants du règne animal.Classe : Insectes ; ordre : IsoptèresLes termites, représentés par quelque 2 000 espèces, constituent l'ordre des Isoptères (« à ailes égales »). Leurs ancêtres ont également donné naissance aux blattes. Ces […] Lire la suite

FLAGELLÉS

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 4 583 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Rôle des Flagellés et digestion de la cellulose »  : […] Ces Flagellés représentent jusqu'au tiers du poids total de leur hôte. Leur présence est liée au régime alimentaire xylophage de l'insecte, à la vie sociale et à l'existence d'une vaste dilatation rectale où stagnent des aliments. On retrouve d'ailleurs ces Flagellés dans le tube digestif d'une blatte xylophage américaine ( Cryptocercus ) où ils jouent le même rôle. Dans une termitière, les larv […] Lire la suite

GRASSÉ PIERRE-PAUL (1895-1985)

  • Écrit par 
  • Jean PIVETEAU
  •  • 1 045 mots

Savant hors pair, Pierre-Paul Grassé, né à Périgueux le 27 novembre 1895, fut un des rares naturalistes à qui n'échappa aucun domaine du monde vivant, aucun problème que celui-ci soulève. Ce qui caractérise son œuvre si diverse, ce qui en fait l'originalité et en souligne la profondeur, c'est que toujours, à l'arrière-plan de la question étudiée, se rencontre la préoccupation de synthèse. C'est da […] Lire la suite

NÉOTÉNIE

  • Écrit par 
  • Lieba LAZARD
  •  • 1 683 mots

Dans le chapitre « La néoténie chez les Insectes »  : […] Chez les Insectes, la maturité sexuelle n'intervient, en règle générale, que chez l'individu adulte, l' imago , forme ultime résultant d'une série de mues et de métamorphoses. Le nombre de stades larvaires précédant l' imago est, en outre, extrêmement variable selon le groupe d'insectes considéré. La néoténie existe dans plusieurs ordres. Elle présente des modalités variées. Chez les Homoptères (c […] Lire la suite

STIGMERGIE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul GRASSÉ
  •  • 1 328 mots

On désigne sous le terme de stigmergie un ensemble de réactions automatiques qu'exécutent des groupes d' Insectes sociaux, aboutissant à une œuvre cohérente, exigeant apparemment une étroite corrélation entre les actes. Les enveloppes en forme de montgolfière de certains guêpiers, les rayons de cire des Abeilles, les nids de Termites en sont de bons exemples, et il y en a beaucoup d'autres. Le com […] Lire la suite

SYMBIOSE

  • Écrit par 
  • Pierre CACHAN, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 5 203 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Phorésie et commensalisme »  : […] À partir du neutralisme, situation dans laquelle les espèces vivant côte à côte sont absolument étrangères l'une à l'autre, on peut trouver des exemples d'associations de plus en plus intimes. La phorésie , transport d'un individu par un autre, est très répandue. De nombreux acariens vivent sur le corps des coléoptères, bousiers ( Geotrupes ) et nécrophores ( Necrophorus ), et sur celui de divers […] Lire la suite

TAXIES

  • Écrit par 
  • Gaston RICHARD
  •  • 5 868 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les conditions « internes » de la réponse taxique »  : […] L'âge, le sexe, le stade de développement, l'état endocrine, l'état saisonnier, etc. ont une influence importante sur le sens et l'intensité du comportement orienté. Les larves de Drosophiles sont photonégatives (elles s'éloignent d'une source de lumière) alors que les adultes sont polyphasiques (phases négatives et positives alternantes). Les larves de Termites ( Calotermes flavicollis ) sont pho […] Lire la suite

TELLURIQUE MILIEU

  • Écrit par 
  • Roger DAJOZ
  •  • 4 881 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Biomasse »  : […] Les organismes vivants du sol représentent une biomasse importante. G. Bachelier donne les proportions suivantes dans le cas d'un sol de prairie : – matières minérales : 93 p. 100 ; – matières organiques totales : 7 p. 100, dont matières organiques : 85 p. 100 ; racines : 10 p. 100 ; êtres vivants : 5 p. 100 (dont champignons et algues : 40 p. 100 ; bactéries et actinomycètes : 40 p. 100 ; animaux […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert GAUMONT, « ISOPTÈRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/isopteres/