GRASSÉ PIERRE-PAUL (1895-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Savant hors pair, Pierre-Paul Grassé, né à Périgueux le 27 novembre 1895, fut un des rares naturalistes à qui n'échappa aucun domaine du monde vivant, aucun problème que celui-ci soulève. Ce qui caractérise son œuvre si diverse, ce qui en fait l'originalité et en souligne la profondeur, c'est que toujours, à l'arrière-plan de la question étudiée, se rencontre la préoccupation de synthèse.

C'est dans le laboratoire de zoologie de Montpellier, dirigé par le professeur Dubosc, que Grassé commença sa carrière de chercheur. Le milieu scientifique dans lequel il se trouvait et assurément ses goûts personnels l'amenèrent à étudier les protozoaires, des êtres unicellulaires, donc les organismes les plus simples du règne animal, mais qui soulèvent de passionnants problèmes. Il a apporté une contribution fondamentale à la systématique de certains groupes, les sporozoaires par exemple ; il a retracé le cycle évolutif de plusieurs formes de flagellés et étudié leurs structures et leur ultrastructure.

L'observation de l'animal en action, la possibilité de le soumettre à l'expérimentation ont toujours constitué, pour Grassé (avec, comme fil conducteur, les principes transformistes) une voie de recherche qu'il a suivie tout au long de sa carrière. Les animaux sociaux constituent son matériel de prédilection. Ils posent de multiples problèmes et se prêtent aisément à l'expérimentation ; c'est en particulier le cas des termites. Chez les insectes, l'état social atteint le maximum de complexité. Pour les observer dans leur milieu et leur organisation sociale, Grassé a entrepris trois grands voyages en Afrique, continent spécialement riche en termites, visitant successivement le Sahara, l'Afrique occidentale (Niger, Haute-Volta, Côte-d'Ivoire et Guinée), l'Afrique équatoriale (Tchad, Oubangui).

Il a ainsi rénové une grande partie de la systématique de ces insectes : il a décrit les curieux aspects de leur sexualité qui offre des caractères que l'on ne rencontre dans aucun autre groupe du règne animal ; il a mis en évidence les principales fonctions concernant les phénomènes sociaux : effet de groupe, corrélation sociale, régulation sociale. Les trois volumes regroupés sous le titre Termitologia couronnent ces vastes recherches. Il ne paraît pas douteux pour Grassé que les résultats acquis sur les sociétés animales ne puissent avoir une répercussion sur la sociologie humaine.

Titulaire, à la Sorbonne, de la chaire d'évolution des êtres organisés, Grassé se devait d'apporter une contribution à l'évolutionnisme — et, dans ce domaine, il a donné d'importants travaux sur l'adaptation et les mécanismes de l'évolution. Dans un beau livre, L'Évolution du vivant (1973), il souligne les paralogismes de maintes théories modernes, il rejette l'aléatoire auquel tant d'auteurs accordent actuellement un rôle primordial et, selon lui, une finalité de la création ne peut être exclue.

Grassé a abordé le problème de l'homme, mieux, le phénomène humain. Il l'a étudié non pas en anthropologiste, mais en biologiste, avec l'expérience que lui donnait sa connaissance de la vie.

En quels termes et selon quelle perspective convient-il de poser le problème de l'homme ? L'homme émerge de l'animalité, il y tient par son être corporel et par ses fonctions ; mais, en dépit de ces ressemblances structurales, il est bien autre chose qu'un animal. Pour comprendre l'homme, il faut aller bien au-delà de son anatomie. Certes, son évolution s'est déroulée selon les règles qui conditionnent celle des autres animaux, mais elle s'est orientée vers un accroissement et une complication du cerveau, spécialisation qui toutefois n'est pas comparable à celle qu'on observe dans le règne animal. Elle ne condamne pas l'être humain à n'exécuter qu'une seule catégorie d'actes ; elle le rend au contraire apte à tout. Autrement dit, dans le phénomène de l'hominisation, il y a substitution graduelle de l'acquis à l'inné. Le psychisme joue donc un rôle essentiel dans le déclenchement de l'hominisation ; il en sera aussi le facteur de l'avenir.

Remarquable professeur, Grassé prolonge son enseignement et sa recherche par d'importants ouvrages destinés aux étudiants, tandis que d'autres livres expriment ses conceptions sur la vie et sur l'homme. Tels, par exemple, Toi, ce petit Dieu (1971), un essai sur l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur honoraire à la Sorbonne, membre de l'Académie des sciences

Classification

Autres références

«  GRASSÉ PIERRE-PAUL (1895-1985)  » est également traité dans :

CONSTRUCTIONS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Rémy CHAUVIN
  •  • 7 147 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Termitières »  : […] Les termites sont probablement les constructeurs les plus acharnés de tout le règne animal et ceux qui fabriquent les édifices les plus imposants : certaines termitières géantes d'Afrique sont assez vastes pour qu'un village s'établisse sur leurs pentes ! Les nids sont aussi les plus complexes de tous ; certains présentent une structure si régulière et si complexe qu'on les croirait sortis de la […] Lire la suite

INSTINCT

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 9 401 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La critique du schéma de Tinbergen »  : […] Le schéma de Tinbergen a connu un très grand succès et a été adopté à la fois au titre de modèle explicatif et de modèle heuristique par la majorité des éthologues actuels. Il a toutefois été critiqué, particulièrement par Kortlandt (1955) et par Thorpe (1956). Le premier met pratiquement en cause la validité du système dans son ensemble, en se situant à un niveau résolument technique et en élargi […] Lire la suite

ISOPTÈRES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 3 643 mots

Dans le chapitre « Les sexués »  : […] Le couple royal (fondateur) vit au cœur de la termitière dans une cellule royale qui est aussi sa prison car elle ne s'ouvre que par d'étroits orifices ne permettant pas le passage des sexués, beaucoup plus volumineux que les ouvriers et les soldats. Dans le cas de la reine en particulier, l'abdomen s'hypertrophie de façon caractéristique : d'après P.-P.  Grassé, une femelle de Bellicositermes na […] Lire la suite

RÉDUCTIONNISME & HOLISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 6 924 mots

Dans le chapitre « Un exemple, la théorie de l'évolution »  : […] L'enjeu de la théorie de l'évolution est le suivant : les réductionnistes doivent montrer comment toutes les formes de la vie sont dérivables à partir d'une matière vivante qui serait elle-même un phénomène physico-chimique. C'est à ce titre que cette théorie est prise en considération ici. L'idée de l'évolution est ancienne ; elle figure déjà chez Anaximandre. Observant que l'homme a besoin d'une […] Lire la suite

STIGMERGIE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul GRASSÉ
  •  • 1 328 mots

Dans le chapitre « L'œuvre, stimulus significatif »  : […] Au total, les parties de l'édifice successivement construites exercent directement sur l'individu une stimulation spécifique grâce à laquelle le nid non seulement s'édifie, mais affecte une forme à peu près constante et caractéristique de chaque espèce. À cette stimulation par l'œuvre accomplie et concrète on a donné le nom de stigmergie (du grec stigma , piqûre, et ergon , travail ; P.-P. Grassé […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean PIVETEAU, « GRASSÉ PIERRE-PAUL - (1895-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-paul-grasse/