IRRÉVERSIBILITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'irréversibilité est une caractéristique très générale des phénomènes d'évolution observés à notre échelle. Pour des conditions initiales données, un système évolue de manière irréversible lorsqu'il tend vers un état final unique, toujours le même, quel que soit son état initial. Il existe donc, dans ce cas, une direction d'évolution privilégiée qui ne peut être inversée sans l'action d'un agent extérieur au système.

Un exemple caractéristique est fourni par le phénomène de conduction thermique : si l'on met un corps à température élevée en contact avec un corps plus froid, la chaleur passera spontanément du corps chaud vers le corps froid. Ce processus se poursuit jusqu'à l'état final correspondant à l'égalité des températures. Le passage spontané de la chaleur du corps froid vers le corps chaud est impossible.

Le vieillissement biologique nous fournit une autre illustration bien tangible d'irréversibilité, liée ici aux réactions chimiques du métabolisme.

D'une manière générale, c'est l'existence de phénomènes irréversibles qui permet de fixer le sens d'écoulement objectif du temps.

L'irréversibilité en thermodynamique, conséquence du deuxième principe

Le deuxième principe de la thermodynamique codifie l'irréversibilité. Il se formule comme un bilan de la variation d'une fonction d'état du système, appelée l'entropie, communément désignée par la lettre S. La variation dS de l'entropie au cours d'une transformation du système peut toujours se décomposer en deux parties : la variation deS due à l'échange d'énergie et de matière entre le système et le monde extérieur, et la variation diS due à la création ou à la disparition d'entropie au sein du système :

Le deuxième principe de la thermodynamique se formule par l'inégalité :

Le signe d'égalité correspond à des transformations réversibles. Dès lors, dans tous les cas, les transformations irréversibles apportent une contribution positive à l'accroissement d'entropie. Donc l'entropie ne peut que croître da [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  IRRÉVERSIBILITÉ  » est également traité dans :

AFFINITÉ CHIMIQUE

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF
  •  • 1 174 mots

La notion d'affinité chimique est relativement ancienne. On la rencontre déjà, bien que sous un aspect encore purement qualitatif, dans les spéculations des alchimistes sur la transmutation des métaux au Moyen Âge (Albert le Grand, 1193-1280). Quant au terme lui-même, il semble avoir été introduit en chimie vers 1773 par le Hollandais Boerhaave de Leyde. Il faut attendre ensuite la seconde moit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affinite-chimique/#i_28105

HASARD & NÉCESSITÉ

  • Écrit par 
  • Ilya PRIGOGINE, 
  • Isabelle STENGERS
  • , Universalis
  •  • 9 586 mots

Dans le chapitre « De Boltzmann à Von Neumann »  : […] Jusqu'ici, les thèmes de la nécessité et du hasard, au sens scientifique, n'ont pas été présentés en tant que parties prenantes de problèmes scientifiques. Le démon de Laplace comme le hasard et la nécessité de Monod n'autorisent aucun modèle précis dont la pertinence pourrait être mise à l'épreuve à partir du monde observable mais indiquent seulement comment on doit juger ce monde. Quant à la mé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hasard-et-necessite/#i_28105

ISOTROPIE & ANISOTROPIE

  • Écrit par 
  • Viorel SERGIESCO
  •  • 738 mots

Au sens général du terme, une grandeur physique (macroscopique ou microscopique) est anisotrope, ou isotrope, selon qu'elle dépend ou non de la direction suivant laquelle on la mesure. Ainsi, la densité d'un corps homogène ou la fonction de distribution des vitesses à l'équilibre thermodynamique sont des grandeurs isotropes, tandis que cette même fonction de distribution en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isotropie-et-anisotropie/#i_28105

ONSAGER LARS (1903-1976)

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF
  •  • 588 mots

Chimiste et physicien américain né à Oslo de parents norvégiens. Dès 1925, Lars Onsager obtient dans cette ville son diplôme d'ingénieur chimiste à l'École technique supérieure de Norvège. Au cours de ses études, Lars Onsager manifeste déjà des dispositions particulières pour les problèmes théoriques fondamentaux et apporte la preuve de qualités d'imagination exceptionnelles. Ses premiers travaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lars-onsager/#i_28105

POINCARÉ HENRI (1854-1912)

  • Écrit par 
  • Gérard BESSON, 
  • Christian HOUZEL, 
  • Michel PATY
  •  • 6 143 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Physique mathématique et physique théorique »  : […] Les travaux mathématiques de Poincaré sur la théorie des équations différentielles l'amenèrent naturellement à s'intéresser à la physique mathématique, en raison du lien de ces équations, en particulier des équations aux dérivées partielles du second ordre, dont la plus simple est celle de Laplace, Δ u  = 0, avec les lois des phénomènes physiques les plus divers. La distribut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-poincare/#i_28105

PRIGOGINE ILYA (1917-2003)

  • Écrit par 
  • Isabelle STENGERS
  • , Universalis
  •  • 2 108 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Irréversibilité »  : […] Prigogine a accompagné et promu ce développement, mais a consacré l'essentiel de sa recherche à un autre problème, celui de la réouverture de la question de l'irréversibilité considérée comme close depuis l'interprétation probabiliste de l'entropie par L. Boltzmann. Pour lui, le rôle constructif joué par les processus irréversibles loin de l'équilibre constitue un argument supplémentaire décisif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ilya-prigogine/#i_28105

STATISTIQUE MÉCANIQUE

  • Écrit par 
  • Berni J. ALDER, 
  • Bernard JANCOVICI
  •  • 5 921 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Entropie statistique et thermodynamique »  : […] La mécanique statistique donne un fondement microscopique à l' entropie  S, par la formule de Boltzmann  :  où S est l'entropie, k  = 1,380 44 × 10 -16 erg/K, la constante de Boltzmann, et W le nombre des états microscopiques accessibles au système pour un état macroscopique donné. En mécanique statistique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-statistique/#i_28105

STATISTIQUE THERMODYNAMIQUE

  • Écrit par 
  • Alkiviadis GRECOS
  •  • 4 211 mots

Dans le chapitre « Structure des théories cinétiques »  : […] La première tentative d'une théorie microscopique des phénomènes irréversibles fut celle de Ludwig Boltzmann pour un gaz dilué (cf.  théorie cinétique des fluides , irréversibilité ). D'une manière phénoménologique, l' équation cinétique de Boltzmann décrit l'évolution de la fonction de distribution à une particule […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-statistique/#i_28105

STRUCTURE DISSIPATIVE

  • Écrit par 
  • Isabelle STENGERS
  •  • 2 470 mots

Le terme « structure dissipative » a été créé, en 1969, par Ilya Prigogine pour souligner la signification des résultats auxquels lui-même et ses collaborateurs de l'école de Bruxelles venaient de parvenir : loin de l'équilibre thermodynamique, c'est-à-dire dans des systèmes traversés par des flux de matière et d'énergie, peuvent se produire des processus de structuration et d'organisation spontan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structure-dissipative/#i_28105

SYSTÈMES OUVERTS, thermodynamique

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF
  •  • 1 690 mots

On attribue volontiers en physique le nom de système au modèle stylisé d'un milieu naturel en vue de simplifier son étude théorique. Le solide strictement indéformable, le fluide incompressible et le gaz parfait sont des exemples classiques de tels systèmes. En particulier, un système fermé désigne une portion invariable de matière ou, de la même façon, un ensemble donné de points matériels. Da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systemes-ouverts-thermodynamique/#i_28105

TEMPS

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU, 
  • Olivier COSTA DE BEAUREGARD
  •  • 14 773 mots

Dans le chapitre « Le temps physique »  : […] Parmi les diverses grandeurs définies et étudiées par le physicien avec l'idéal constant de parvenir à les rendre mesurables , le temps possède des caractères propres. Par la richesse de ses implications qui ne concernent pas la physique (implications sociologiques, biologiques, psychologiques, métaphysiques), il s'entoure d'une a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temps/#i_28105

TEMPS / MÉMOIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 720 mots

Dans le chapitre « L’irréversible »  : […] Parce que rien n’est définitivement effacé, parce que notre passé est là tout entier, il nous est impossible de traverser deux fois le même état, de revivre deux fois le même événement. Même si nous disposions d’une machine à voyager dans le temps, la période de notre passé que nous pourrions être amenés à revivre serait nécessairement différente de celle que nous avons vécue la première fois, tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temps-memoire-notions-de-base/#i_28105

THERMODYNAMIQUE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Bernard DIU
  •  • 6 108 mots

Dans le chapitre « Le deuxième principe »  : […] Travail et chaleur sont énergétiquement équivalents, selon le premier principe ; le second va introduire une dissymétrie entre ces deux formes d'échange d'énergie, en indiquant dans quel sens se développent les transformations. Ainsi, certaines transformations que permettrait le premier principe – qui donc conserveraient globalement l'énergie – ne se produisent jamais parce que le second principe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-notions-de-base/#i_28105

THERMODYNAMIQUE - Lois fondamentales

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF, 
  • Ilya PRIGOGINE
  •  • 3 735 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le second principe »  : […] Le second principe de la thermodynamique trouve son origine dans le célèbre mémoire de Sadi Carnot intitulé Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance , publié à Paris, en 1824. Toutefois, comme il s'y trouvait exposé dans l'ancien langage du calorique, il a fallu toute la perspicacité de E. Clapeyron et de W. Thomson […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-lois-fondamentales/#i_28105

THERMODYNAMIQUE - Processus irréversibles linéaires

  • Écrit par 
  • Jacques CHANU
  •  • 2 491 mots
  •  • 5 médias

Jusqu'à ce que la thermodynamique ait été en mesure d'en fournir une présentation unifiée, les phénomènes de transport qui intéressent les milieux matériels furent étudiés de manière séparée et en ordre plutôt dispersé, sans qu'au-delà d'analogies formelles plus ou moins évidentes aucun lien d'essence fondamentale n'ait été vraiment dégagé. L'apport de la thermodynamique contemporaine fut décisif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-processus-irreversibles-lineaires/#i_28105

THERMODYNAMIQUE - Processus irréversibles non linéaires

  • Écrit par 
  • Agnès BABLOYANTZ, 
  • Paul GLANSDORFF, 
  • Albert GOLDBETER, 
  • Grégoire NICOLIS, 
  • Ilya PRIGOGINE
  •  • 9 748 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Thermodynamique et dynamique »  : […] Dès son origine, le second principe a joué un rôle essentiel dans l'interprétation philosophique des concepts fondamentaux de la science. Henri Bergson considérait ce principe comme la plus « métaphysique » des lois de la nature, et A. Eddington associait l'entropie à la flèche du temps. Une question fondamentale consiste à réconcilier le concept d'irréversibilité exprimé par le second principe a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-processus-irreversibles-non-lineaires/#i_28105

TRANSPORT COEFFICIENTS DE

  • Écrit par 
  • Viorel SERGIESCO
  •  • 610 mots

Coefficients L ik des relations linéaires (équations de transport) qui existent, en première approximation, entre les courants Φ ι (« flux ») des grandeurs extensives transportées G i et les agents X i (« forces généralisées ») engendrant le transport : pour i  = 1, 2, ... Les L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coefficients-de-transport/#i_28105

Voir aussi

Pour citer l’article

Radu BALESCU, « IRRÉVERSIBILITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/irreversibilite/