ONSAGER LARS (1903-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chimiste et physicien américain né à Oslo de parents norvégiens. Dès 1925, Lars Onsager obtient dans cette ville son diplôme d'ingénieur chimiste à l'École technique supérieure de Norvège.

Au cours de ses études, Lars Onsager manifeste déjà des dispositions particulières pour les problèmes théoriques fondamentaux et apporte la preuve de qualités d'imagination exceptionnelles. Ses premiers travaux sont consacrés à la généralisation de la théorie de Peter Debye sur la conductivité des électrolytes forts, et à la clarification du rôle du mouvement brownien des ions solutés sur cette conductivité.

Après une série de voyages d'études en Allemagne, au Danemark, et surtout en Suisse chez Peter Debye et Erich Hückel à Zurich, Onsager part s'établir aux États-Unis en 1928, et c'est à l'université Yale (New Haven, Connecticut) qu'il accomplit pratiquement toute sa carrière. Il est reçu docteur en chimie en 1935, sur une thèse à caractère essentiellement mathématique, consacrée aux propriétés des fonctions de Mathieu, mais orientée pour servir de base à l'interprétation des déviations de la loi d'Ohm dans les électrolytes faibles. Devenu professeur, Onsager se distingue par de multiples contributions à la chimie des électrolytes, à la séparation des isotopes, à la mécanique statistique, à la physique des basses températures, à la superfluidité de l'hélium, ainsi qu'à la découverte de la fonction de partition du modèle d'Ising relatif au ferromagnétisme à deux dimensions. À partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, il devient titulaire de la chaire Josiah Willard Gibbs de chimie théorique. Mais il est clair que c'est principalement sa participation fondamentale à l'essor de la thermodynamique des processus irréversibles qui lui assura une célébrité universelle. Dans cette discipline, les [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de la faculté des sciences à l'université de Bruxelles, président d'honneur de l'Institut international du froid, membre de l'Académie royale

Classification


Autres références

«  ONSAGER LARS (1903-1976)  » est également traité dans :

DIÉLECTRIQUES

  • Écrit par 
  • Roland COELHO
  •  • 9 274 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Extensions théoriques »  : […] La relation de Clausius-Mossotti est une excellente approximation pour les corps non polaires (même condensés) et même pour les gaz polaires ; mais, pour les raisons qu'on vient d'exposer, elle ne peut pas s'appliquer aux corps polaires condensés. Le problème des corps polaires condensés a fait l'objet de très nombreux travaux théoriques. Le premie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dielectriques/#i_14488

MATIÈRE (physique) - Transitions de phase

  • Écrit par 
  • Nino BOCCARA
  •  • 6 909 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Résultats théoriques et expérimentaux »  : […] Le problème posé par le modèle d'Ising a été étudié par son auteur dans le cas d'un réseau à une dimension. Ce système ne présente aucune transition, ou, plus exactement, sa température de transition est nulle, ce qui signifie que le réseau unidimensionnel est ordonné à 0 K et désordonné à toute température non nulle. La solution du problème d'Isi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-transitions-de-phase/#i_14488

Pour citer l’article

Paul GLANSDORFF, « ONSAGER LARS - (1903-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lars-onsager/