INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (IA)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ambiguïté sur l'expression « intelligence artificielle »

Le succès de l'expression « intelligence artificielle » repose parfois sur un malentendu lorsqu’elle désigne une entité artificielle douée d’intelligence et qui, de ce fait, rivaliserait avec les êtres humains. Cette idée d’une intelligence artificielle venant à dépasser à terme l’ensemble des facultés humaines renvoie à des mythes et des légendes anciennes telle celle du Golem, réactivée pourrait-on dire depuis le milieu des années 2010 par des personnalités comme l’astrophysicien Stephen Hawking (1942-2018), le chef d’entreprise Elon Musk, l’ingénieur Ray Kurzweil ou encore par les tenants de ce que l’on appelle aujourd’hui l’« intelligence artificielle forte » et l’« intelligence artificielle générale ». Notons que, parmi ceux-là, certains (comme Elon Musk) font semblant de s’en inquiéter, alors que d’autres (comme Ray Kurzweil) s’en réjouissent. Cela étant, tous supposent que l’intelligence artificielle excédera la nature humaine, au point de mettre en cause sa suprématie.

Intelligence artificielle forte

La notion d’intelligence artificielle forte a été introduite en 1985 par le philosophe américain John Searle qui souhaitait distinguer l’intelligence artificielle des informaticiens (qu’il appelait weak artificial intelligence, « intelligence artificielle faible ») de celle dont rêvaient certains de ses collègues philosophes d’orientation cognitiviste et qui aurait été, selon eux, en mesure d’accéder à la signification et à la compréhension (strong artificial intelligence, « intelligence artificielle forte »). Or, selon Searle, l’intelligence artificielle des informaticiens ne procède qu’à des manipulations syntaxiques sur des symboles, ce qui ne lui permet pas d’accéder à leur sémantique, autrement dit au sens. De même, contrairement à ce que prétendaient certains philosophes cognitivistes, pour John Searle, l’intelligence artificielle n’accède ni à la conscience ni à l’émotion.

Pourtant, à la fin des années 1980, des roboticiens, dont Hans Moravec, ont prétendu renouv [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Quelques participants de l’école d’été de Dartmouth (États-Unis)

Quelques participants de l’école d’été de Dartmouth (États-Unis)
Crédits : Photo courtesy of the Minsky family

photographie

Cinquantième anniversaire de l’école d’été de Dartmouth marquant la naissance de l’Intelligence artificielle

Cinquantième anniversaire de l’école d’été de Dartmouth marquant la naissance de l’Intelligence artificielle
Crédits : Joseph Mehling/ Courtesy of Dartmouth College Library

photographie

Réseau de neurones formels

Réseau de neurones formels
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

A.I. Intelligence artificielle, S. Spielberg

A.I. Intelligence artificielle, S. Spielberg
Crédits : Amblin/ Dreamworks/ WB / The Kobal Collection / Aurimages

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (IA)  » est également traité dans :

ANDERSON JOHN ROBERT (1947- )

  • Écrit par 
  • Denis ALAMARGOT
  •  • 372 mots

John Robert Anderson est né à Vancouver (Canada) en 1947. Après des études à l’université de la Colombie-Britannique, il obtient son Ph.D. en 1972 à l’université Stanford, sous la direction de G. Bower. D’abord professeur de psychologie à Yale de 1973 à 1977, il rejoint en 1978 l’université Carnegie-Mellon à Pittsburgh. John Anderson cherche à élaborer une théorie unifiée de la cognition expliqua […] Lire la suite

APPRENTISSAGE, psychologie

  • Écrit par 
  • Daniel GAONAC'H, 
  • Jean-François LE NY
  •  • 5 932 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Depuis les années 1990 »  : […] Alors que, dans les années 1970-80, la psychologie cognitive a accordé plus d’attention à l’étude de la mémoire qu’à celle de l’apprentissage, l’évolution des connaissances à partir de la fin des années 1980 a conduit à une fusion des concepts et des théories de ces deux champs. En effet, les théories récentes qui cherchent à rendre compte des processus d’apprentissage s’appuient sur les conceptio […] Lire la suite

APPRENTISSAGE PROFOND ou DEEP LEARNING

  • Écrit par 
  • Jean-Gabriel GANASCIA
  •  • 2 649 mots
  •  • 1 média

Apprentissage profond, deep learning en anglais, ou encore « rétropropagation de gradient »… ces termes, quasi synonymes, désignent des techniques d’apprentissage machine ( machine learning ), une sous-branche de l’intelligence artificielle qui vise à construire automatiquement des connaissances à partir de grandes quantités d’information. Les succès qu’enregistrent ces techniques leur confère […] Lire la suite

AUTOMATISATION

  • Écrit par 
  • Jean VAN DEN BROEK D'OBRENAN
  •  • 11 880 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Systèmes industriels d'intelligence artificielle et systèmes experts »  : […] L'intelligence artificielle s'adresse à toutes les activités cognitives, comme la compréhension du langage naturel, l'analyse d'images, la reconnaissance des formes, ainsi qu'à certains problèmes qui, comme ceux de la mise au point d'emplois du temps, les choix d'un itinéraire, ont une solution théorique combinatoire, mais sont résolus de façon plus directe et intelligente par tout expert humain. […] Lire la suite

AUTO-ORGANISATION

  • Écrit par 
  • Henri ATLAN
  •  • 6 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Auto-organisation au sens faible »  : […] Des exemples d'auto-organisation au sens faible sont fournis par la plupart des applications du calcul par réseaux neuronaux aux techniques d' intelligence artificielle destinées à fabriquer des machines à apprendre et à mémoire distributive (cf. F. Fogelman-Soulié, 1991 ; T. Kohonen). Ce calcul est effectué en parallèle par un grand nombre d'unités, dites neurones formels, qui effectuent chacun […] Lire la suite

BIG DATA

  • Écrit par 
  • François PÊCHEUX
  •  • 6 152 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Véracité »  : […] La variété des formats de données et les divers lieux où s’effectue la collecte font que les informations peuvent être entachées d’erreurs, introduites volontairement ou non. Les données non structurées issues des réseaux sociaux privés, de capteurs situés dans des endroits inaccessibles ou de sites Internet douteux ne doivent ainsi pas être prises avec la même objectivité que des informations rec […] Lire la suite

COBOL (common business oriented language)

  • Écrit par 
  • Pierre GOUJON
  •  • 330 mots

Langage de programmation de haut niveau spécialement conçu pour des applications commerciales et des applications de gestion. Cobol autorise le traitement des gros fichiers sur supports séquentiels ou sélectifs à l'aide d'un vocabulaire et d'une syntaxe censés rappeler l'anglais courant. Cobol fut développé en 1959 au sein d'un comité de la Codasyl (Conference on data systems language) par un effo […] Lire la suite

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 239 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Intelligence artificielle, robotique, vision artificielle »  : […] Tout en étant dès l'origine, on l'a vu, l'une des composantes majeures du projet des sciences cognitives, l'intelligence artificielle consiste aujourd'hui en grande partie en une collection d'applications de ces sciences – dans chacune des quatre grandes aires (perception, raisonnement, langage, action), les recherches fondamentales sur l'homme ont leur pendant en intelligence artificielle. Il ar […] Lire la suite

DEEP BLUE, superordinateur

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 1 072 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le défi de l’intelligence artificielle »  : […] Dès les débuts de l’informatique, des chercheurs comme Alan Turing (1912-1954) ont envisagé la possibilité pour un ordinateur de jouer aux échecs, comme test d’intelligence de la machine. Dans les années 1950, la mise au point d’une méthode mathématique améliorant l’algorithme minimax de recherche du meilleur coup a constitué un progrès. En 1962 ont été présentés, au Massachusetts Institute of Te […] Lire la suite

ÉCONOMIE CIRCULAIRE

  • Écrit par 
  • Cécile EZVAN
  •  • 4 891 mots

Dans le chapitre « La tension entre exigence de sobriété et recherche de nouveaux gisements de valeur »  : […] Selon le philosophe Dominique Bourg, la visée de l’économie circulaire est « la préservation de la biosphère afin d’en maintenir la viabilité, pour l’espèce humaine au premier chef ». Ce principe de conservation et de restauration du capital naturel implique, soit de minimiser l’extraction de ressources naturelles difficilement ou non renouvelables (dans le cadre d’une soutenabilité dite « faible […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Gabriel GANASCIA, « INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (IA) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/intelligence-artificielle-ia/