GUÊPE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Frelon

Frelon
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Guêpe : nid

Guêpe : nid
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Insecte réparti dans le monde entier et craint pour ses piqûres (femelle uniquement) qui peuvent déclencher, chez certains sujets, des allergies graves.

Classe : Insectes ; ordre : Hyménoptères.

Les guêpes au sens large (environ 15 000 espèces) sont de forme, de taille et de mœurs très diverses et se répartissent dans plusieurs familles. Celle des Vespidés (moins de 1 000 espèces) comprend toutes les guêpes sociales, dont la guêpe commune (Vespula vulgaris) et le frelon (Vespa crabro), la plus grosse guêpe de nos régions (reine : de 3,5 à 5 cm, ouvrière : 2,5 cm). Leurs ailes antérieures et postérieures restent toujours unies et, au repos, les antérieures sont repliées longitudinalement. Les pièces buccales sont broyeuses, mais le labium, un peu allongé, est capable de lécher. L'abdomen est rétréci entre le premier segment et le deuxième qui forme un pédoncule (« taille de guêpe »).

Frelon

Frelon

photographie

Le frelon (Vespa crabro) est un redoutable prédateur qui chasse en vol différents insectes, y compris des abeilles, avec lesquels il nourrit ses larves. L'été, il s'oriente plus vers des aliments sucrés comme le nectar des fleurs ou le jus des fruits, faisant des ravages dans les... 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Guêpes communes et frelons forment des sociétés supérieures annuelles, dominées par la reine, seule femelle pondeuse, fondatrice de la colonie. Au printemps, elle commence la construction de son nid, dans un tronc d'arbre creux (de préférence pour le frelon), dans une cavité, sous un toit. Elle y pond ses premiers œufs, puis nourrit les larves, futures ouvrières qui prendront en charge l'approvisionnement de la colonie et la construction du nid. Celui-ci, appelé guêpier, est formé de plusieurs rayons horizontaux de cellules (alvéoles), suspendus par un pédicelle et enveloppés d'une ou plusieurs couches protectrices. Le matériau de base est du bois écorcé pétri avec la salive (papier). Les guêpiers renferment jusqu'à 15 000 ouvrières. Les alvéoles abritent les œufs et le couvain. Les ouvrières se nourrissent du nectar des fleurs et, à l'automne, du jus des fruits. Elles chassent des insectes pour en faire une bouillie pour les larves. À l'automne apparaissent des mâles et des reines vierges qui s'accouplent. Seules les jeunes reines fécondées survivront pendant l'hiver, les autres guêpes mourant à l'arrivée des premiers froids.

Guêpe : nid

Guêpe : nid

dessin

Nid de guêpe (Vespa media) suspendu à une branche. La coupe verticale montre les rayons horizontaux faits de cellules accolées. Les grandes cellules fermées contiennent des nymphes de femelles, les petites renferment des nymphes de mâles ou d'ouvrières (d'après C. Janet). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les guêpes polistes (espèce française : Polistes gallicus) forment des sociétés polygynes : des femelles auxiliaires aident la femelle fondatrice, dominante et principale pondeuse, à construire le nid et nourrir les premières larves.

—  Catherine BLAIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GUÊPE  » est également traité dans :

FRELON ASIATIQUE

  • Écrit par 
  • Franck MULLER
  •  • 642 mots
  •  • 1 média

Le frelon asiatique à pattes jaunes , Vespa velutina var. nigrithorax , a été observé en France pour la première fois en 2004 à Tonneins (Lot-et-Garonne), dans la région Aquitaine. Une ou plusieurs reines fondatrices seraient vraisemblablement arrivées avec des poteries importées de Chine. Cet insecte se distingue de l'espèce auto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frelon-asiatique/#i_8042

HYMÉNOPTÈRES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 6 421 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les guêpes »  : […] On réunit sous le nom de guêpes, outre les espèces connues de tous, un certain nombre d'Hyménoptères chasseurs qui, après avoir paralysé, par une piqûre, chenille, criquet ou araignée, y déposent leurs œufs ; la larve trouvera à son éclosion une proie vivante mais immobilisée et sans défense qui lui servira de pâture. Chez les espèces les plus primitives, les mœurs fouisseuses sont associées à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hymenopteres/#i_8042

INSTINCT

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 9 401 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Rôle du contexte neurosensoriel »  : […] Il y a lieu de remarquer, à propos de la valeur déclenchante de ces diverses configurations perceptives, que leur efficacité ne dépend pas seulement de leur constitution figurale propre, mais aussi de la disposition momentanée de l'animal, laquelle est déterminée par toute une série de facteurs internes. En résumé, on peut dire avec G. P.  Baerends (1950) que l'intensité de ces facteurs de prépara […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/instinct/#i_8042

LUTTE BIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Guy RIBA, 
  • René SFORZA, 
  • Christine SILVY
  •  • 7 197 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La lutte biologique inondative »  : […] La lutte biologique inondative, dite aussi par augmentation, est proche de la lutte biologique classique, mais elle implique une approche répétitive du processus quand les populations de la cible dépassent un seuil critique. Elle utilise des antagonistes élevés en masse ainsi que des biopesticides qui ne sont pas persistants dans l'écosystème, généralement formulés à partir d'organismes vivants te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lutte-biologique/#i_8042

PRÉDATION

  • Écrit par 
  • Rémy CHAUVIN
  •  • 2 944 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La prédation chez les invertébrés »  : […] La chasse à l'affût . Elle utilise ou non des pièges, comme la toile d' araignée. Il nous faut signaler, à ce propos, que les insectes et les araignées sont les seuls animaux avec l'homme qui fabriquent des pièges. De tels engins n'existent ni chez les mammifères ni chez les oiseaux. Tout le monde connaît les toiles si caractéristiques des araignées, mais elles affectent une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/predation/#i_8042

SUBORDINATION & DOMINANCE HIÉRARCHIQUES

  • Écrit par 
  • Marie-France BOUISSOU, 
  • Georges LE MASNE, 
  • Jean-Pierre SIGNORET
  •  • 6 720 mots

Dans le chapitre « Dominance et subordination chez les Invertébrés »  : […] L'organisation de type hiérarchique est loin d'être aussi fréquente dans les sociétés d'Invertébrés que dans celles des Vertébrés ; elle existe cependant chez certains Crustacés et chez quelques Insectes sociaux. Dans des groupes expérimentaux de quatre écrevisses (Bovbjerg), on observe des combats, des menaces avec les pinces brandies, des réactions d'évitement. Au bout de quelques jours, une hié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/subordination-et-dominance-hierarchiques/#i_8042

VENINS

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe CHIPPAUX, 
  • Max GOYFFON
  •  • 6 917 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Envenimations  »  : […] Dans le monde, chaque année quelque cinq millions de morsures de serpents et plus d'un million de piqûres de scorpions sont recensées. Elles entraînent, respectivement, 125 000 et 3 000 décès. Les piqûres d'abeilles et de guêpes sont dangereuses pour l'homme plus en raison du risque de choc allergique que de la puissance des toxines de leurs venins. Toutefois, de multiples piqûres peuvent entraîn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/venins/#i_8042

Pour citer l’article

Catherine BLAIS, « GUÊPE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guepe/