BACHMANN INGEBORG (1926-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mort inscrite dans l'œuvre

La dernière décennie de sa vie sera consacrée à un grand projet romanesque auquel elle a commencé à travailler dès 1962, Studie aller möglichen Todesarten (Études sur les différentes façons de mourir). De ce projet, seule « l'ouverture » de la trilogie, Malina, achevé en 1970, paraîtra de son vivant. Au cours de son élaboration, Bachmann change de nombreuses fois d'approche. Après un voyage en Égypte, en 1964, elle s'attaque au premier Todesarten-Roman (publié après sa mort sous le titre de Der Fall Franza/Franza, 1985). L'année suivante, elle écrit des fragments d'un autre roman, Wüstenbuch dont la thématique est étroitement liée à Franza et au discours qu'elle prononcera à l'occasion de la remise du prix Büchner Ein Ort für Zufälle (1963, publié en français dans Berlin, lieu de hasards, 1987). Provocant, bien qu'apparemment apolitique, ce texte évoque indirectement la situation du Berlin des années 1960, en décrivant l'enfermement d'un malade qui vit dans sa chair et dans son âme la décomposition dévastatrice de la ville. Dans ce texte de structure expérimentale, les frontières entre le Moi, l'hôpital et la grande ville s'effacent. Seule règne la violence : celle de la société de consommation naissante, celle des stigmates d'un passé toujours présent.

En 1966, l'écrivain abandonne la rédaction du roman Franza et interrompt son travail sur un autre manuscrit, Requiem für Fanny Goldmann. Au cours des années suivantes, elle achève la rédaction de Malina, écrit plusieurs nouvelles réunies sous le titre de travail générique Wienerinnen (Viennoises) dont certaines paraîtront en 1972 dans le volume Simultan (Trois Sentiers vers le lac, 2006). Le récit – achevé de son vivant – Gier (Avidité) reste dans ses tiroirs, ainsi que les fragments du roman Goldmann/Rottwitz.

Ingeborg Bachmann a laissé un grand nombre de manuscrits, de fragments dont certains ont été publiés à titre posthume, de journaux intimes, et une importante correspondance encore inaccessible au public et aux chercheurs. Leur publication révélera sans doute des facettes encore inc [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : directrice de l'association Les Amis du roi des Aulnes, traductrice

Classification


Autres références

«  BACHMANN INGEBORG (1926-1973)  » est également traité dans :

ALLEMAND THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 8 423 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'après-guerre »  : […] Dans cette Allemagne occidentale, sous le signe de la démocratie renaissante, l'héritage culturel est rendu à sa vocation humaniste traditionnelle, tandis que fait son entrée en force le répertoire international des modernes proscrits pendant les douze années d'une dictature autarcique : répertoire français avec Giraudoux, Cocteau, Anouilh, Sartre et Camus, anglais avec T. S. Eliot et Christopher […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-allemand/#i_6547

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les lettres en Autriche sous la première et la deuxième République »  : […] Le naufrage de l'Empire des Habsbourg n'entraîne point de rupture sur le plan littéraire. Chez certains, l'événement suscite un renouveau de ferveur patriotique : chez Hofmannsthal, l'un des inspirateurs du festival de Salzbourg ; chez Anton Wildgans : ex-impressionniste et ex-expressionniste, promu, dans les années vingt et trente, au rang de poète officiel (1881-1932). Parfois, la quête de l'ord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_6547

GROUPE 47

  • Écrit par 
  • Pierre GIRAUD
  •  • 2 680 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un organe de promotion de la littérature allemande contemporaine »  : […] Désormais, les participants, toujours plus nombreux, du Groupe 47 vont susciter des orientations nouvelles, plus diverses et plus riches. Les problèmes de l'identité, les malaises de la civilisation technicienne occupent une large place. Le ton devient sarcastique ou grinçant. Le grotesque, ou le bizarre, foisonne. Ilse Aichinger, qui lit sa célèbre nouvelle Histoire d'un miroir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-47/#i_6547

Pour citer l’article

Nicole BARY, « BACHMANN INGEBORG - (1926-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ingeborg-bachmann/