HYSTÉRIE (histoire du concept)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« La définition de l'hystérie, disait C. E. Lasègue (1878), n'a jamais été donnée et ne le sera jamais. Les symptômes ne sont ni assez constants, ni assez conformes, ni assez égaux en durée et en intensité pour qu'un type même descriptif puisse les comprendre tous. » Un siècle a passé, l'imprécision demeure ; peu de désordres psychiques ont suscité cependant une telle curiosité, tant de recherches, de discussions passionnées. À en lire le récit, on reste confondu du ton des polémiques ; la bienveillance n'est pas de mise dans ces querelles d'écoles. C'est que l'hystérie, source d'inquiétude autant que d'irritation, défi aux lois de la médecine anatomo-clinique, insaisissable, inclassable, met en cause, plus qu'aucune autre maladie, la subjectivité de celui qui l'aborde. Avec elle jouent librement, massivement, les phénomènes de transfert et de contre-transfert. Les limites mêmes de l'affection sont difficiles à cerner. Si ses aspects typiques, spectaculaires se laissent aisément repérer, il n'en est pas de même des manifestations mineures qui se situent aux confins du normal et du pathologique. Quant aux modalités expressives de l'hystérie, elles tiennent autant du culturel que de l'individuel. Selon l'époque et la culture, le groupe social facilite ou réprime les manifestations les plus bruyantes de la névrose. La civilisation technique les favorisant peu, on est rarement confronté aujourd'hui avec « la grande hystérie » telle qu'elle fut popularisée par l'iconographie de la Salpêtrière au temps de J. M. Charcot, mais l'hystérie n'en a pas disparu pour autant, elle s'est faite plus discrète, elle suit d'autres modes.

Les manifestations de l'hystérie : un langage

L'hystérie est une névrose à manifestations polymorphes dont l'originalité réside en ce que les conflits psychiques inconscients s'y expriment symboliquement en des symptômes corporels variés, les uns paroxystiques comme les attaques (crises convulsives, crises pantomimiques), les autres plus durables (paralysies, contractures, grossesse nerveuse, cécité, etc.). Le symptôme somatique, c'est l'incarnation du fantasme, solution de compromis empêchant l'accès à la conscience du conflit refoulé, tout en permettant une réalisation substitutive et déguisée du désir interdit. L'épreuve de la réalité est ainsi évitée puisque le symptôme corporel se substitue à une représentation (image, idée, souvenir), lorsque les éléments refoulés, alimentés du dedans par les poussées instinctuelles ou réactivés du dehors par les situations, les événements actuels, tendent à réapparaître au niveau conscient. La diminution de la tension anxieuse que provoquent les conflits internes sera le bénéfice primaire, immédiat, de ce que l'on a coutume d'appeler, depuis les premiers textes freudiens, la conversion hystérique. La « belle indifférence » qu'affiche l'hystérique vis-à-vis de ses symptômes est bien le signe que cette conversion, lorsqu'elle est réussie, constitue le plus efficace des mécanismes névrotiques de défense contre l'angoisse. Le domaine de l'hystérie, c'est donc celui des intentionnalités inconscientes, celui des interdits et de leur transgression ; son langage, c'est le langage du corps, déchiffrable à la manière de l'interprétation du rêve puisque les troubles corporels s'y organisent dans leur forme matérielle en fonction des syntaxes signifiantes de l'inconscient. Mais qui dit langage sous-entend interlocuteur, et c'est ici qu'apparaît l'autre fonction du symptôme hystérique qui est de structurer la relation à autrui. Les bénéfices secondaires qui en découlent s'avèrent souvent si importants qu'ils conditionnent largement l'évolution de l'affection.

Le symptôme hystérique est en effet un message, inhabituel dans sa forme, mais éloquent dans son contenu, singulièrement efficace en tant qu'appel à l'Autre, parent, médecin, entourage proche ou corps social dans son ensemble, dont il secoue l'indifférence et suscite inévitablement une réponse ; la qualité de cette réponse influera à son tour sur le porteur du message, c'est-à-dire l'hystérique qui, décidé à se faire entendre, modèlera sa demande sur le désir d'autrui ; de là viennent cette adéquation des symptômes aux concepts de l'époque et aux stéréotypes de la culture, et cette étonnante fluctuation d'une sémiologie qui reste avant tout un langage.

Sans dresser l'inventaire de manifestations si protéiformes qu'elles peuvent simuler à s'y méprendre toute la pathologie, on retiendra plusieurs caractéristiques de l'expressivité hystérique.

Diversité des symptômes

Les crises

L'hystérie est avant tout la « maladie des attaques ». Plus de la moitié des malades en présentent peu ou prou. Les unes paraissent directement motivées par la conjoncture relationnelle : banales crises de nerfs, évanouissements, qu'une incitation un peu vive, une aspersion d'eau froide calment plus aisément que douceur et pitié. Les autres sont plus mystérieuses, inquiétantes ; vécues dans un état de demi-conscience qui favorise les décharges agressives et orgastiques, elles se déroulent suivant d'étranges scénarios où les fantasmes projetés sont représentés en pantomimes de terreur, de violence ou d'érotisme. Au cours de « la grande attaque » qu'inaugure l'ascension de la boule hystérique de la région ovarienne à l'épigastre puis à la gorge se succèdent convulsions désordonnées, contorsions bizarres, clownesques (incurvation du corps en arc de cercle, grandes oscillations salutatoires du tronc), « attitudes passionnelles » figeant le corps dans l'immobilité cataleptique de l'extase ou bien l'agitant frénétiquement de transes qui furent autrefois qualifiées de démoniaques.

Les crises observées de nos jours sont généralement tronquées, de courte durée, mais n'en restent pas moins fort spectaculaires. C'est lors d'hystéries collectives que les attaques atteignent au paroxysme. L'épidémie de danse de Saint-Guy qui sévit en Allemagne à la fin du Moyen Âge, les sabbats de sorcières relatés dans les procès de sorcellerie, les scènes d'hystérie convulsive autour du baquet de Mesmer ou sur la tombe du diacre Pâris au cloître Saint-Médard, les conversions épidémiques du revivalisme sont autant d'exemples de cette hystérie convulsionnaire épidémique dont la « psychiatrie transculturelle » a fait connaître des équivalents contemporains : le mal de pelea à Porto Rico, le pibloktoq esquimau.

Les accidents somatiques durables

Les accidents somatiques durables surviennent surtout au niveau des organes de la vie de relation dont ils paralysent la fonction ; motricité, sensibilité, phonation, activité sensorielle, pe [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Thérèse LEMPÉRIÈRE, « HYSTÉRIE (histoire du concept) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hysterie-histoire-du-concept/