Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HYGIÈNE

L'hygiène est la discipline qui enseigne les mesures propres à conserver la santé, voire à l'améliorer. À la différence de la médecine, qui a trait à l’individu, l’hygiène comporte essentiellement une dimension collective et s’adresse à des populations.

L’hygiène existe dans toutes les civilisations, mais sous des formes très diverses ; elle est le reflet de croyances religieuses, de conceptions philosophiques et souvent aussi de la perception des effets de l’environnement sur la santé humaine. À l’encontre de cette diversité historique et culturelle, les transformations technologiques comme politiques et les progrès des connaissances sur la santé depuis le xviiie siècle ont contribué à la naissance de l’hygiène moderne, que l’on cherche à mettre en œuvre de manière à peu près semblable dans tous les pays, en compliance avec la définition de la santé validée en 1948 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au moment de sa création, comme un « état de complet bien-être physique, mental et social ». En conséquence, l’hygiène moderne est chargée de proposer des mesures de prévoyance, de planification et de prospective permettant de lutter contre les atteintes à la santé humaine voire à la « santé globale », en lien avec tous les domaines du vivant (approche One Health, « une seule santé »).

Il revient, dans ce monde aux transformations accélérées, de répondre aux inquiétudes exprimées par nos contemporains qui désirent que leur santé soit protégée vis-à-vis des conséquences des innovations techniques. On perçoit en particulier les limites d’une médecine curative, autrefois sûre d’elle-même. L’hygiéniste est chargé d’évaluer les risques et de proposer des mesures préventives si les connaissances dont il dispose sont acceptables institutionnellement. Lorsque, au contraire, celles-ci sont insuffisantes, la tentation sera de plus en plus forte d’appliquer, par défaut, le principe de précaution.

Au cœur d’un véritable carrefour, où la médecine, la biologie et les sciences humaines ont leur place, les hygiénistes ont des tâches et des responsabilités de plus en plus grandes, surtout dans le contexte des interactions majeures entre santé et environnement qui marquent notre époque.

Il faut avoir la ténacité, le pouvoir d’adaptation et l’énergie nécessaire pour rendre plus vivante que jamais cette pensée du pneumologue Léon Bernard : « L’hygiène n’est pas une science contemplative, c’est une science d’action. »

Qu’est-ce que l’hygiène ?

Asclépios et Hygie - crédits : Sepia Times/ Universal Images Group/ Getty Images

Asclépios et Hygie

Le mot « hygiène » est dérivé de hygieinon, qui signifie « santé » en grec, terme lui-même associé à Hygie, nom de la fille d’Asclépios, dieu de la médecine. La déesse assiste son père pour éviter la survenue des maladies. Tous deux sont épaulés par les cinq sœurs et les trois frères d’Hygie, chacun – et chacune – responsable d’un secteur de la pratique médicale, du maintien en bonne santé à la guérison.

Cette complexité montre que le monde grec avait identifié, au sein des relations entre l'homme et son environnement, le grand nombre d’attitudes qui permettent la préservation de la santé. La culture grecque plaçait ainsi l’hygiène comme étai de la pratique médicale et l’aspect individuel de la santé dominait. Il en est de même, si loin que l'on remonte dans le temps dans toutes les civilisations : les pratiques corporelles et alimentaires individuelles sont omniprésentes, sans d’ailleurs que leur inspiration soit toujours médicale.

Thermes de Leptis Magna, Libye - crédits :  Bridgeman Images

Thermes de Leptis Magna, Libye

Les Romains furent les premiers en Occident à prendre en compte la dimension collective de l’hygiène, en réalisant des travaux d’assainissement de grande ampleur, avec la construction d’équipements hygiéniques collectifs intégrés à l’urbanisme. Cette stratégie est une des bases de l’hygiène moderne, sans pour autant qu’elle ait eu un caractère[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur honoraire de santé publique, université de Lorraine, faculté de médecine de Nancy
  • : professeur honoraire d'hygiène, de médecine préventive et de santé publique à la faculté de médecine de Rouen, chef du service d'hygiène du CHU de Rouen
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

Classification

Pour citer cet article

Universalis, Philippe HARTEMANN et Maurice MAISONNET. HYGIÈNE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Thermes de Leptis Magna, Libye - crédits :  Bridgeman Images

Thermes de Leptis Magna, Libye

Asclépios et Hygie - crédits : Sepia Times/ Universal Images Group/ Getty Images

Asclépios et Hygie

Johann Peter Frank - crédits : brandstaetter images/ Hulton Archive/ Getty Images

Johann Peter Frank

Autres références

  • ACNÉ

    • Écrit par Corinne TUTIN
    • 3 313 mots
    • 4 médias
    La première est de conseiller aux acnéiques de se nettoyer la peau avec un gel adapté ou un pain sans savon, de ne pas recourir à des produits de maquillage ou crèmes hydratantes comédogènes, et d’éviter aussi les gommages de peau. Plus marqué par l’actualité de 2020-2021, l’usage de masques pour...
  • ASTHME ET IMMUNITÉ INNÉE

    • Écrit par Gabriel GACHELIN
    • 2 490 mots
    • 1 média
    ...du microbiome. Du côté de l’hygiénisme, cette étude démontre le rôle positif d’un monde microbien que l’on cherche généralement à éliminer au nom de l’hygiène. La tendance opiniâtre de l’hygiénisme, depuis la découverte des microbes, est en effet de diaboliser les micro-organismes et de les tuer pour...
  • CHOLÉRA

    • Écrit par Universalis, Henri-Hubert MOLLARET
    • 2 882 mots
    • 2 médias
    La prophylaxie individuelle repose surtout sur les mesures d'hygiène visant à supprimer tout risque d'ingestion de vibrions : stérilisation de l'eau, du lait, traitement antiseptique des crudités, cuisson prolongée des aliments, etc. La prophylaxie générale en zone d'endémie repose sur...
  • DÉCHETS

    • Écrit par Jean GOUHIER
    • 9 298 mots
    • 5 médias
    Dans la campagne du temps jadis, on expulse et disperse ses rejets sans graves dommages pour le voisinage. À la ville, le rejet familial rejoint la rue : épluchures, humeurs et odeurs variées des vases de nuit, déjections animales, litières diverses, boues fétides du sol piétiné par les hommes et les...
  • Afficher les 28 références

Voir aussi