HUMUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Processus biochimiques de l'humification

Les recherches effectuées depuis les années 1990 permettent de distinguer deux voies distinctes de l'humification : la néoformation et l'héritage, ou transformation ménagée.

La néoformation

La néoformation résulte d'une décomposition rapide de la matière organique originelle, libérant des constituants simples (souvent solubles) servant à l'édification de macromolécules nouvelles : d'une part, des composés humiques stricto sensu (en particulier AH) ; d'autre part, des biomolécules microbiennes, non extractibles, désignées souvent par l'expression humines microbiennes (fig.2). La néoformation des acides humiques (AH) est donnée ici en exemple. Ces AH sont constitués de parties condensées (noyaux ou building-blocks), de nature aromatique ou alkyl-aromatique, qui résultent de l'oxydation et de la condensation, par l'action des polyphénols-oxydases secrétées par la microflore, des composés phénoliques issus de la décomposition des lignines et des tannins associés à certaines mélanines d'origine microbienne. Les chaînes aliphatiques, qui relient entre eux ces noyaux, sont de deux types : les unes, biomolécules d'origine microbienne, décroissent au cours de l'humification, alors que les autres, de type « alcane », sont plus résistantes et subsistent, d'après Schnitzer et Schulten, au sein des humus les plus évolués. Ces chaînes sont reliées aux argiles par l'intermédiaire des cations et oxyhydroxydes, et forment un réseau qui emprisonne les biomolécules les plus encombrantes et non extractibles (polysaccharides, lipides hydrophobes et protéines), les protégeant ainsi de la biodégradation microbienne. Lorsque l'humification progresse, les acides humiques, soumis à des contrastes pédoclimatiques, évoluent par polymérisation progressive des noyaux et diminution concomitante des chaînes latérales. Leur aromaticité s'accroît alors. Parmi les molécules ainsi néoformées, les lipides hydrophobes, particulièrement résistants, s'associent étroitement aux argiles et confèrent aux agrégats une forte [...]

Humus : néoformation

Humus : néoformation

Dessin

Processus de néoformation. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages



Médias de l’article

Humus : différentes formes

Humus : différentes formes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Humus : néoformation

Humus : néoformation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Humus : structure

Humus : structure
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin





Écrit par :

Classification


Autres références

«  HUMUS  » est également traité dans :

ACTINOMYCÈTES

  • Écrit par 
  • Hubert A. LECHEVALIER
  •  • 3 467 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Rôle écologique des Actinomycètes »  : […] Nous avons vu précédemment qu'on trouve des Actinomycètes presque partout dans la nature. Ils sont présents dans des sols polaires gelés en permanence tout comme dans des sols désertiques chauds et secs, dans le pétrole brut, les sols hautement contaminés avec des métaux lourds, les lacs extrêmement alcalins et les lacs salés. Par contre, ils semblent être absents des eaux minières très acides (pH […] Lire la suite

AMMONIFICATION ou AMMONISATION

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 1 916 mots
  •  • 1 média

Les matières organiques résiduelles, animales et végétales – excreta , débris, déchets, cadavres – subissent dans la nature, sous l'action des micro-organismes des sols et des eaux, des transformations plus ou moins poussées. Celles-ci peuvent aboutir à la formation de matières colloïdales noirâtres, terreau ou humus, souvent riches en débris à peine décomposés : c'est l' humification. Elles peuve […] Lire la suite

PÉDOLOGIE

  • Écrit par 
  • Georges AUBERT, 
  • Denis BAIZE, 
  • Mireille DOSSO, 
  • Marcel JAMAGNE
  •  • 9 867 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Végétation »  : […] L'influence des différentes formations végétales s'exerce principalement par l'action de divers types d'enracinement, ainsi que par l'apport de résidus végétaux de composition variée. Sous climats tempérés, les débris végétaux retournent annuellement au sol. Ils s'y décomposent et se transforment plus ou moins vite en humus selon leur nature et les conditions offertes aux activités biologiques, q […] Lire la suite

SOLS - Biodynamique

  • Écrit par 
  • François TOUTAIN
  •  • 4 644 mots

Dans le chapitre « Principaux types d'humus »  : […] La morphologie des humus varie selon le milieu dans lequel ils se développent : dans les milieux forestiers, les humus sont constitués de couches de litière superposées à des horizons organo-minéraux A1 ; dans les milieux cultivés ou les milieux herbacés, les humus correspondent uniquement aux horizons organo-minéraux A1. Les litières étant absentes ou quasi inexistantes, l'essentiel des apports […] Lire la suite

SOLS - Microbiologie

  • Écrit par 
  • Yvon DOMMERGUES
  •  • 7 159 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Influence des plantes sur les micro-organismes »  : […] La microflore du sol est, pour une grande part, constituée d'organismes hétérotrophes, c'est-à-dire d'organismes exigeant la fourniture de composés organiques qui leur servent de source énergétique et de source de carbone. Étant donné que ces composés constituent le principal facteur limitant de l'activité microbienne et qu'ils sont apportés au sol essentiellement par la végétation, on comprend l […] Lire la suite

SOLS - Physico-chimie

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHET
  •  • 1 554 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Échanges de cations »  : […] Les charges négatives du réseau cristallin des argiles n'étant pas totalement compensées par des cations appartenant à ce réseau, des cations « compensateurs », largement interchangeables, sont attirés et retenus à la surface des minéraux argileux. Ces faits, découverts par T. Way dès 1850, ont été peu à peu précisés et expliqués ; de même que l'échange intervenant dans une résine synthétique, il […] Lire la suite

SOLS - Amélioration et travail

  • Écrit par 
  • Gérard MONNIER
  •  • 1 724 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Correction de la teneur en matières organiques »  : […] La teneur en matière organique humifiée d'un sol résulte d'un équilibre entre les pertes par minéralisation et les apports par transformation en humus des résidus de récolte et des amendements organiques ( et tableau ). Le but des amendements est de maintenir cette teneur à un niveau satisfaisant. Les modalités d'apport (choix des amendements, date et technique d'incorporation) doivent permettre […] Lire la suite

TELLURIQUE MILIEU

  • Écrit par 
  • Roger DAJOZ
  •  • 4 881 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Biomasse »  : […] Les organismes vivants du sol représentent une biomasse importante. G. Bachelier donne les proportions suivantes dans le cas d'un sol de prairie : – matières minérales : 93 p. 100 ; – matières organiques totales : 7 p. 100, dont matières organiques : 85 p. 100 ; racines : 10 p. 100 ; êtres vivants : 5 p. 100 (dont champignons et algues : 40 p. 100 ; bactéries et actinomycètes : 40 p. 100 ; animaux […] Lire la suite

VÉGÉTAL - Phytosociologie

  • Écrit par 
  • Marcel GUINOCHET
  •  • 5 736 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Signification et dynamique des associations végétales »  : […] L'implantation, la croissance, le développement et la reproduction d'un végétal sont sous l'étroite dépendance de son environnement, c'est-à-dire de tout ce qui lui est immédiatement extérieur : organismes et milieu physique (sol, eau, air). À cet égard, chaque espèce réagit différemment, selon, en quelque sorte, son propre tempérament. Un individu d'association est donc le résultat d'un triage p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe DUCHAUFOUR, « HUMUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/humus/