HUBEI [HOU-PEI]

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

S'étendant au centre de la Chine orientale, la province du Hubei couvre 187 500 kilomètres carrés peuplés de 60,5 millions d' habitants en 2006.

Chine : carte administrative

Chine : carte administrative

Carte

Carte administrative de la Chine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le Hubei est constitué de deux ensembles très différents : le tiers occidental de la province est très accidenté et formé d'un ensemble de massifs de plus de 1 000 mètres d'altitude, les plus importants étant les Wushan et les Wudangshan qui constituent la partie orientale de l'encadrement montagneux du bassin du Sichuan ; les parties centrale et orientale correspondent à la vallée du Yangzi, qui s'épanouit ici en plaine, et à la vallée du Hanshui, le plus grand affluent du Yangzi ; cet ensemble est limité, au nord, par les modestes massifs de Huaiyang, ligne de partage des eaux entre le Huaihe au nord et le Yangzi.

Pour modestes que soient ces massifs, ils n'en constituent pas moins un écran climatique si important qu'il protège le Hubei en hiver contre l'invasion de l'air polaire du nord. Aussi la province connaît-elle des hivers tempérés (moyenne de janvier, + 5 0C) tandis que les étés y sont torrides (moyenne de juillet, 29 0C) ; les conditions pluviométriques sont excellentes : de 1 000 à 1 300 millimètres du nord au sud, beaucoup mieux répartis selon les saisons qu'en Chine du Nord, grâce à l'activité de dépressions cycloniques qui circulent au-dessus de la vallée du Yangzijiang.

Toutes ces conditions permettent une agriculture intensive caractérisée par une double récolte annuelle : riz en été, blé en hiver. Dans les plaines centrales, on a même développé la double récolte de riz grâce à l'introduction d'une variété hâtive. Ces plaines, et notamment la plaine de Jianghan (entre Yangzi et Hanshui), sont également une des grandes régions cotonnières de la Chine : le coton occupe en été les terres sablonneuses, et le blé lui succède fréquemment en hiver. Les terroirs accidentés, souvent aménagés en terrasses, portent des cultures sèches : blé, colza, légumineuses en hiver, soja, maïs en été, tandis que le thé, l'abrasin oléagineux et l'arbre à laque sont les spécialités des massifs [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités, Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  HUBEI [ HOU-PEI ]  » est également traité dans :

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 735 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Chine du Sud-Est »  : […] On peut distinguer, au sud des Qinling comme au nord, un gradin occidental élevé, une zone centrale déprimée, un gradin oriental élevé. Toutefois, le relief n'a pas la belle ordonnance qu'il a au nord et il est beaucoup plus accidenté. Le gradin occidental comprend, au pied des hautes montagnes méridiennes du Sichuan, un bassin déprimé, le Bassin rouge, séparé des plaines du Yangzi par les Dabash […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-les-regions-chinoises/#i_22175

CHINE - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Guy MENNESSIER, 
  • Thierry SANJUAN, 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 5 863 mots
  •  • 7 médias

La République populaire de Chine est un des plus grands États du monde (9 561 240 km 2 ) et le plus peuplé (1 307 560 000 habitants à la fin de 2005, hors Hong Kong, Macao et Taïwan). À côté d'une immense majorité Han (ou chinoise proprement dite), la population comprend 54 nationalités minoritaires , qui occupent 60 p. 100 du territoire , et une 55 e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-cadre-naturel/#i_22175

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Les traditions du moyen Yangzi (sud du Henan, Hubei, Hunan) »  : […] Les vestiges trouvés dans cette région, située à la croisée des deux traditions du millet et du riz, montrent qu'elle a conservé des liens plus étroits avec la plaine centrale que les autres provinces plus méridionales. La culture de Daxi (env. 2995 ± 195 av. J.-C.), principalement attestée au Sichuan, dans le sud-ouest du Hubei et dans le nord du Hunan, présente des parentés avec les cultures de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_22175

WUHAN [WOU-HAN]

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 146 mots

Une des principales villes de la République populaire de Chine (8,2 millions d'habitants en 2004), capitale de la province du Hubei, située à la confluence du Hanshui et du Yangzi (ou Yangzijiang), Wuhan est en fait une conurbation qui rassemble depuis 1950 Hankou, Hanyang et Wuchang. Hankou s'étend sur la rive gauche du Yangzi, au nord de l'embouchure du Han (ou Hanshui), juste en face de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wuhan-wou-han/#i_22175

YANGZI, fleuve

  • Écrit par 
  • Jean DELVERT, 
  • Thierry SANJUAN, 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 4 123 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un outil de développement régional »  : […] Le barrage a entraîné la recomposition quasi complète de lieux de vie et de circulation étroits, encadrés par des reliefs abrupts, situés entre le bassin du Sichuan et la région des lacs. Administrativement, la région des Trois Gorges est à cheval sur deux entités territoriales de rang provincial : la municipalité de Chongqing et la province du Hubei. Cette région comptait une population largemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yangzi-fleuve/#i_22175

YICHANG [YI-TCH'ANG]

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 203 mots
  •  • 1 média

Port situé sur le Yangzi, dans l'ouest de la province chinoise du Hubei et qui compte environ 600 000 habitants (la ville-préfecture regroupe un ensemble de plus de 4 millions d'habitants). Sa position était très remarquable : c'est à Yichang que le grand fleuve pouvait enfin s'épanouir en plaine, après avoir coulé depuis le Sichuan, pendant 600 kilomètres, au fond de gorges impressionnantes, rédu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yichang-yi-tch-ang/#i_22175

Pour citer l’article

Pierre TROLLIET, « HUBEI [HOU-PEI] », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hubei-hou-pei/