BESANÇON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chef-lieu du département du Doubs et capitale de la région Franche-Comté jusqu’au 31 décembre 2015, Besançon comptait 120 200 habitants en 2012 et se trouvait au cœur d'une aire urbaine de 246 800 personnes. Située au contact des plateaux jurassiens et du bas-pays, elle constitue l'une des pièces maîtresses de l'axe du Doubs, qui concentre la majeure partie de la population franc-comtoise. À l'échelle continentale, la ville se trouve au cœur de l'espace Rhin-Rhône, qui relie l'Europe du Nord et l'Europe du Sud. Pour elle, c'est une opportunité à exploiter. Mais, dans le cadre de la Franche-Comté, la ville doit partager son leadership sur la région avec une autre agglomération importante, celle de Belfort-Montbéliard qui, dans le nord du département, regarde volontiers vers l'Alsace et le monde rhénan. Dole et Lons-le-Saunier sont, quant à elles, attirées par Dijon et Lyon respectivement ; la polarisation de l'espace régional par Besançon est donc imparfaite. À partir de 2016, elle se trouve en concurrence avec Dijon, qui est désigné chef-lieu de la nouvelle région Bourgogne-Franche-Comté.

Bourgogne-Franche-Comté : carte administrative

Carte : Bourgogne-Franche-Comté : carte administrative

Carte administrative de la région Bourgogne-Franche-Comté. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La ville est née dans un méandre encaissé du Doubs et sur la colline qui ferme le pédoncule côté sud. Le Doubs, en effet, ne longe pas les reliefs du faisceau bisontin mais serpente à travers eux, ce qui donne un chapelet de collines escarpées encadrant la ville. Si les altitudes ne dépassent pas 600 mètres, la topographie produit néanmoins un véritable effet de barrière, qui a bloqué le développement de l'agglomération vers le sud en direction des plateaux jurassiens. La croissance spatiale n'a pu se faire que vers le nord, au-delà des vieux faubourgs d'Arènes, de Charmont et de Battant, sur un vaste plan incliné qui relie la vallée du Doubs aux Avants-Monts. De nouveaux quartiers virent le jour à la fin du xixe siècle, et après la Seconde Guerre mondiale, puis ce fut la quasi-ville nouvelle de Planoise à la fin des années 1960. C'est également vers le nord, au-delà d'une ceinture inconstructible, que s'est développée la croissance périurbaine, autour des communes de Franois, Pouilley-les-Vignes, École-Valentin, etc. Mais ce développement spatial est l'aboutissement d'une longue histoire.

Capitale des Séquanes, puis chef-lieu gallo-romain, Vesontio fut, dès le ive siècle, la métropole religieuse d'une vaste circonscription. En 1032, le comté de Bourgogne (en partie l'actuelle Franche-Comté) fut intégré à l'Empire germanique, mais la ville fut rattachée directement à l'empereur, dont elle obtint, en 1290, une charte reconnaissant le droit pour les citoyens de gérer eux-mêmes leurs affaires. Après les temps troublés de la fin du Moyen Âge, la cité connut un certain âge d'or au xvie siècle, avec un statut de quasi-autonomie sous l'autorité des Habsbourg d'Autriche puis d'Espagne. De magnifiques édifices furent alors construits, dont demeurent aujourd'hui l'hôtel de ville et le palais Granvelle. La conquête française intervint en 1674 ; Besançon perdit ses libertés mais devint capitale de la province ; elle fut fortifiée par Vauban et fut dotée de nombreuses casernes. L'embellissement architectural reprit au xviiie siècle et a laissé maintes traces dans la cité. La création des départements sous la Révolution ramena Besançon au rang de simple préfecture ; même le diocèse fut réduit au seul département du Doubs. Le xixe siècle fut marqué par le développement de l'activité horlogère et par une certaine vitalité de la vie intellectuelle et artistique. Pendant l'entre-deux-guerres, des plans d'urbanisme modifièrent la physionomie de la ville, mais c'est surtout après 1945 que Besançon connut une très forte mutation : la population double entre 1946 et 1968, passant de 63 500 à 113 200 habitants.

Besançon : la citadelle

Photographie : Besançon : la citadelle

La citadelle de Vauban, achevée en 1688, fut construite sur une ancienne fortification située sur la colline Saint-Étienne, afin de réorganiser la place forte de Besançon. Elle se distingue par d'épaisses murailles qui protègent les cours intérieures. (Doubs, France). 

Crédits : Catherine Mouly

Afficher

Après avoir été une ville d'État au xviiie siècle, puis une ville plus industrielle au xixe et dans les deux premiers tiers du xxe siècle, Besançon cherche aujourd'hui sa voie, entre un rebond industriel du côté des microtechniques et son rôle grandissant de capitale administrative, judiciaire, hospitalière et universitaire.

Au cours des années 1970 et 1980 s'opéra en effet un repli de l'industrie, avec la douloureuse fermeture du fleuron de l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Bourgogne-Franche-Comté : carte administrative

Bourgogne-Franche-Comté : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Besançon : la citadelle

Besançon : la citadelle
Crédits : Catherine Mouly

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BESANÇON  » est également traité dans :

BERTRAND CLAUDE JOSEPH ALEXANDRE (1734-1797)

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 251 mots

Nommé architecte voyer de Besançon (1774-1790), Bertrand mettra en œuvre, peu à peu et partiellement, son Projet d'embellissements pour la ville de Besançon , qui lui valut le prix d'un concours de l'Académie de la ville en 1770. Espérant doter Besançon de tout l'éclat qui convient à une capitale provinciale, Bertrand n'hésita pas à s'inspirer directement des grands modèles de l'architecture paris […] Lire la suite

FRANCHE-COMTÉ

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Serge ORMAUX
  •  • 4 000 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Histoire de la Franche-Comté »  : […] Si le terme de Franche-Comté n'apparaît dans les textes qu'en 1336, la réalité d'une entité politique intermédiaire entre la France et la Germanie est plus ancienne. La Franche-Comté a pris la succession de la province des Séquanes, la Maxima Sequanorum , mentionnée pour la première fois par César dans La Guerre des Gaules (I, 38-39). Sa capitale, Vesontio (Besançon), devint le siège d'un gouver […] Lire la suite

LIPMANN FRED (1905-1996)

  • Écrit par 
  • Philippe DENOIX
  •  • 985 mots

Le nom de Fred Lipmann, entrepreneur visionnaire, patron de l'horlogerie Lip à Besançon, est associé à la révolution électronique dans l'horlogerie, aux difficultés du monde occidental à affronter la jeune industrie asiatique et aux espoirs socialistes autogestionnaires enfantés par le plus long conflit social de l'histoire industrielle française (de 1973 à 1981). En 1939, il succède à son père E […] Lire la suite

Les derniers événements

9-20 mars 2008 France. Poussée de la gauche aux élections locales

Parmi les villes de plus de 100 000 habitants, la gauche conserve Besançon, Dijon, Le Mans, Limoges, Lyon et Nantes; elle reconquiert Rouen, perdue en mars 2001. Le Parti communiste témoigne d'une résistance inattendue et les Verts améliorent leurs résultats. La droite conserve Bordeaux et Toulon. Le Mouvement démocrate (Modem) obtient des résultats mitigés, se plaçant en position d'arbitre dans plusieurs villes. […] Lire la suite

6-13 mars 1983 France. Recul de la gauche aux élections municipales

de conserver certaines villes menacées, quelquefois grâce à l'apport des voix écologistes, comme à Cherbourg, Belfort et Charleville-Mézières, souvent avec des marges très étroites, comme à Dreux ou Besançon. Les socialistes conduits par Édith Cresson ont même remporté une victoire spectaculaire à Châtellerault. En Île-de-France, le P.C.F., qui continue de s'affaiblir, perd trente et une communes de plus de 3 500 habitants, le P. […] Lire la suite

22 septembre 1981 France. Inauguration du T.G.V. Paris-Lyon

Avec une vitesse de croisière de 260 km/h, ce nouveau train met désormais Lyon à 2 h 40 de Paris, et dessert la Bourgogne, la Franche-Comté (jusqu'à Besançon) et Genève. Dans une allocution prononcée à Montchanin (Saône-et-Loire), le président de la République rend hommage à « la tradition d'efforts et de qualité de la S.N.C.F., aux dirigeants politiques de l'époque », qui en ont conduit la réalisation, et évoque deux projets de liaisons à grande vitesse, vers l'ouest (Bretagne) et vers le nord (Belgique et Grande-Bretagne, via le tunnel sous la Manche). […] Lire la suite

Pour citer l’article

Serge ORMAUX, « BESANÇON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/besancon/