HONNEUR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Manifestations de l'honneur

L'honneur est, en effet – et c'est essentiel –, une qualité qui s'acquiert par la naissance ou le mérite (honneur-vertu ou honneur-préséance des anthropologues), mais surtout qui se perd. Elle se perd à partir du moment où le comportement de celui qui est considéré comme homme d'honneur ne répond plus aux critères fixés par le code de la société dans laquelle il vit. Une « dette d'honneur » se doit d'être honorée, un « serment sur l'honneur » d'être respecté. Comment expliquer la prégnance de ces prescriptions ? La question pécuniaire n'est pas en cause ; le parjure non plus, puisque, à partir du moment où l'on jure, on doit ne pas mentir. Quand on en appelle à l'honneur, on en réfère à un certain code social et moral. Celui qui transgresse ce code, après l'avoir évoqué, s'exclut de facto de sa communauté, il s'excommunie et est excommunié.

Selon le code établi, l'honneur se perd généralement par lâcheté, il se regagne par le courage. C'est un paradoxe, mais il est exact de dire que souvent l'honneur se mesure à l'aune de l'affront. Celui qui reçoit un affront risque d'être déshonoré. Encore faut-il pour que le risque existe que l'affront soit explicite – paroles accompagnées de geste (car on peut toujours interpréter les mots), soufflet ou bras d'honneur... ; qu'il soit fait en présence de témoin qui rendent les faits irrémédiables ; qu'il vienne, enfin, d'un égal. Si l'offenseur est un inférieur, l'injure ne peut atteindre celui à qui elle est destinée : « Honni soit qui mal y pense », selon la fière devise des rois d'Angleterre ; si l'offenseur est un supérieur, l'injure ne peut – de fait – être vengée, donc elle ne provoque pas de déshonneur. Un paysan dont la femme a été séduite par un noble ou un notable ne perd pas l'estime des siens, au contraire, parfois.

À partir du moment où l'affront est réel, l'offensé a le devoir de se venger, sinon, il perd sa propre estime et celle des autres. Il doit exiger que l'offenseur lui présente des excuses, mais l'offenseur ne peut les lui présenter sans être tax [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  HONNEUR  » est également traité dans :

CHEVALERIE

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 2 491 mots

Dans le chapitre « Les ordres de chevalerie »  : […] Cette éthique, qui se résout en un ensemble de règles strictement codifiées et dont le mépris entraîne la perte de l'«   honneur », c'est-à-dire l'exclusion du groupe, triomphe dans la conscience aristocratique européenne du xiv e  siècle, la grande époque des romans de chevalerie. C'est en ce temps, précisément, que naissent les ordres de cheval […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chevalerie/#i_20298

CORNEILLE PIERRE

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 5 555 mots

Dans le chapitre « Individu et groupe social »  : […] C'est l'individu qui conquiert la gloire et qui en jouit ; la gloire est, par définition, un goût et un triomphe du moi. Mais, en même temps, la gloire implique un empire de l'opinion publique, donc une suprématie du groupe, qui peut froisser durement les intérêts de l'individu. Il ne peut s'agir de l'intérêt d'argent, que la tragédie ignore ; ni de l'intérêt que chacun attache à sa conservation, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-corneille/#i_20298

FÉODALITÉ

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 5 987 mots

Dans le chapitre « Désagrégation des structures monarchiques »  : […] L'affaiblissement de l' autorité royale se manifesta dès les premières décennies du ix e  siècle ; les discordes internes de la famille carolingienne le hâtèrent, ainsi, bientôt, que l'impuissance des souverains à remplir leur mission fondamentale, c'est-à-dire à mener la guerre victorieuse et à contenir les envahisseurs, notamment les Normands. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feodalite/#i_20298

LÉGION D'HONNEUR

  • Écrit par 
  • Claude DUCOURTIAL-REY
  •  • 784 mots

Le plus élevé des ordres nationaux français, créé le 29 floréal an X (19 mai 1802) par Napoléon Bonaparte, Premier consul, pour récompenser les services civils et militaires. La Révolution, ayant aboli les décorations de la monarchie, avait remis des récompenses militaires, usage réglementé par l'arrêté consulaire du 4 nivôse an VIII, créant les armes d'honneur. Peu avant son accession au trône im […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/legion-d-honneur/#i_20298

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Les cadres sociaux de la loyauté »  : […] C'est dans trois contextes que se pose le problème de la loyauté : celui de la famille, celui des organisations, celui de l'État. Bien entendu, être loyal à ses parents n'est pas la même chose qu'être loyal à l'égard de l'entreprise qui nous emploie, ou envers l'État dont nous sommes citoyens. Mais, dans les trois cas, la loyauté s'analyse comme un ensemble de devoirs plus ou moins contraignants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loyaute/#i_20298

RÉVOLUTION & EMPIRE, armée

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BERTAUD
  •  • 8 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les officiers de Napoléon et l'honneur »  : […] Les cadres furent à plus de 80 p. 100 des officiers sortis du rang, devant l'épaulette à leur bravoure et à leur ancienneté de service au cours des guerres de la Révolution. Napoléon voulait que leur nombre diminuât progressivement au profit des jeunes officiers sortis des écoles militaires, comme celles de Saint-Cyr ou de Polytechnique. Il désirait non seulement disposer d'officiers bien au fait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-et-empire-armee/#i_20298

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-France MURAWA-WULFING, « HONNEUR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/honneur/