HONNEUR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Manifestations de l'honneur

L'honneur est, en effet – et c'est essentiel –, une qualité qui s'acquiert par la naissance ou le mérite (honneur-vertu ou honneur-préséance des anthropologues), mais surtout qui se perd. Elle se perd à partir du moment où le comportement de celui qui est considéré comme homme d'honneur ne répond plus aux critères fixés par le code de la société dans laquelle il vit. Une « dette d'honneur » se doit d'être honorée, un « serment sur l'honneur » d'être respecté. Comment expliquer la prégnance de ces prescriptions ? La question pécuniaire n'est pas en cause ; le parjure non plus, puisque, à partir du moment où l'on jure, on doit ne pas mentir. Quand on en appelle à l'honneur, on en réfère à un certain code social et moral. Celui qui transgresse ce code, après l'avoir évoqué, s'exclut de facto de sa communauté, il s'excommunie et est excommunié.

Selon le code établi, l'honneur se perd généralement par lâcheté, il se regagne par le courage. C'est un paradoxe, mais il est exact de dire que souvent l'honneur se mesure à l'aune de l'affront. Celui qui reçoit un affront risque d'être déshonoré. Encore faut-il pour que le risque existe que l'affront soit explicite – paroles accompagnées de geste (car on peut toujours interpréter les mots), soufflet ou bras d'honneur... ; qu'il soit fait en présence de témoin qui rendent les faits irrémédiables ; qu'il vienne, enfin, d'un égal. Si l'offenseur est un inférieur, l'injure ne peut atteindre celui à qui elle est destinée : « Honni soit qui mal y pense », selon la fière devise des rois d'Angleterre ; si l'offenseur est un supérieur, l'injure ne peut – de fait – être vengée, donc elle ne provoque pas de déshonneur. Un paysan dont la femme a été séduite par un noble ou un notable ne perd pas l'estime des siens, au contraire, parfois.

À partir du moment où l'affront est réel, l'offensé a le devoir de se venger, sinon, il perd sa propre estime et celle des autres. Il doit exiger que l'offenseur lui présente des excuses, mais l'offenseur ne peut les lui présenter sans être taxé de lâcheté et donc de déshonneur. Le combat est donc inévitable : « la lessive d'honneur se lave dans le sang », assure Théophile Gautier.

Les rites de ce combat sont historiquement très anciens. Montesquieu voit « naître et se former les articles particuliers de notre point d'honneur » sous Louis le Pieux : « L'accusateur commençait par déclarer devant le juge qu'un tel avait commis une telle action, et celui-ci répondait qu'il en avait menti. La maxime s'établit que, lorsqu'on avait reçu un démenti, il fallait se battre. »Très rapidement, le juge devint indésirable. Seule la justice privée fut reconnue compétente dans les « affaires d'honneur » ; le ministre des Armées qui, dans les années 1900, révoque un officier pour avoir poursuivi en justice l'homme qui l'avait offensé, alors qu'il devait se battre d'homme à homme, reflète une conception de l'honneur, peu éloignée, somme toute, de la conception des gangsters du milieu qui « lavent leur linge sale en famille ». Curieuse religion qui bannit le pardon des offenses, et fait appel au Jugement de Dieu – le duel est un combat judiciaire, un jugement de Dieu ; étrange usage qui fait de tuer – ou au moins de blesser – un devoir moral.

L'affront non réparé entraîne le déshonneur de celui qui n'y répond pas, mais aussi de sa famille, de son lignage. Lorsque le comte donne un soufflet à don Diègue, outrageant ainsi ce dernier, mais aussi Rodrigue, « à l'honneur de tous deux, il porte un coup mortel ». Dans des cas bien précis – incapacité physique ou morale (hommes âgés, malades, femmes) –, un membre de la famille, un homme lige à l'époque féodale, peut répondre de l'honneur de l'offensé. Et c'est encore pour venger l'honneur de son père que Chimène doit attaquer Rodrigue : « Tu t'es, en m'offensant, montré digne de moi / Je me dois, par ta mort, montrer digne de toi. » Un homme d'honneur, au contraire, exalte les vertus de tous les siens, de sa famille, voire de son pays. La patrie est le « champ d'honneur », le défendre est un devoir ; les saint-cyriens mouraient en gants blancs, symboles du savoir-vivre qui est savoir mourir, symboles d'une certaine société où l'honneur et panache sont inséparables.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HONNEUR  » est également traité dans :

CHEVALERIE

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 2 491 mots

Dans le chapitre « Les ordres de chevalerie »  : […] Cette éthique, qui se résout en un ensemble de règles strictement codifiées et dont le mépris entraîne la perte de l'«   honneur », c'est-à-dire l'exclusion du groupe, triomphe dans la conscience aristocratique européenne du xiv e  siècle, la grande époque des romans de chevalerie. C'est en ce temps, précisément, que naissent les ordres de chevalerie, dernière expression d'un mythe social. Les so […] Lire la suite

CORNEILLE PIERRE

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 5 555 mots

Dans le chapitre « Individu et groupe social »  : […] C'est l'individu qui conquiert la gloire et qui en jouit ; la gloire est, par définition, un goût et un triomphe du moi. Mais, en même temps, la gloire implique un empire de l'opinion publique, donc une suprématie du groupe, qui peut froisser durement les intérêts de l'individu. Il ne peut s'agir de l'intérêt d'argent, que la tragédie ignore ; ni de l'intérêt que chacun attache à sa conservation, […] Lire la suite

FÉODALITÉ

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 5 987 mots

Dans le chapitre « Désagrégation des structures monarchiques »  : […] L'affaiblissement de l' autorité royale se manifesta dès les premières décennies du ix e  siècle ; les discordes internes de la famille carolingienne le hâtèrent, ainsi, bientôt, que l'impuissance des souverains à remplir leur mission fondamentale, c'est-à-dire à mener la guerre victorieuse et à contenir les envahisseurs, notamment les Normands. La désagrégation politique commença par le sommet, a […] Lire la suite

LÉGION D'HONNEUR

  • Écrit par 
  • Claude DUCOURTIAL-REY
  •  • 784 mots

Le plus élevé des ordres nationaux français, créé le 29 floréal an X (19 mai 1802) par Napoléon Bonaparte, Premier consul, pour récompenser les services civils et militaires. La Révolution, ayant aboli les décorations de la monarchie, avait remis des récompenses militaires, usage réglementé par l'arrêté consulaire du 4 nivôse an VIII, créant les armes d'honneur. Peu avant son accession au trône im […] Lire la suite

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Les cadres sociaux de la loyauté »  : […] C'est dans trois contextes que se pose le problème de la loyauté : celui de la famille, celui des organisations, celui de l'État. Bien entendu, être loyal à ses parents n'est pas la même chose qu'être loyal à l'égard de l'entreprise qui nous emploie, ou envers l'État dont nous sommes citoyens. Mais, dans les trois cas, la loyauté s'analyse comme un ensemble de devoirs plus ou moins contraignants […] Lire la suite

RÉVOLUTION & EMPIRE, armée

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BERTAUD
  •  • 8 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les officiers de Napoléon et l'honneur »  : […] Les cadres furent à plus de 80 p. 100 des officiers sortis du rang, devant l'épaulette à leur bravoure et à leur ancienneté de service au cours des guerres de la Révolution. Napoléon voulait que leur nombre diminuât progressivement au profit des jeunes officiers sortis des écoles militaires, comme celles de Saint-Cyr ou de Polytechnique. Il désirait non seulement disposer d'officiers bien au fait […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3 mars 2022 Arménie. Élection à la présidence de Vahagn Khatchatrian.

Présentée par le parti Contrat civil au pouvoir, la candidature de Vahagn Khatchatrian avait été rejetée par les deux autres formations représentées à l’Assemblée, l’Alliance arménienne et l’Alliance « J’ai l’honneur », qui contestaient l’impartialité du ministre. Le président ne dispose plus que de pouvoirs honorifiques depuis la révision constitutionnelle de décembre 2015, qui a fait passer le pays d’un régime semi-présidentiel à un régime parlementaire. […] Lire la suite

24-27 novembre 2021 France. Mise en cause de Nicolas Hulot pour des faits de violences sexuelles.

Le 24, dans un entretien à la chaîne BFM-TV, Nicolas Hulot annonce sa démission de la présidence d’honneur de la Fondation pour la nature et l’homme, ainsi que son retrait de la vie publique. Ces déclarations interviennent la veille de la diffusion annoncée d’une émission de télévision dans laquelle des femmes s’apprêtent à témoigner contre lui sur des faits de violences sexuelles. […] Lire la suite

20 septembre 2021 France. Demande de pardon du président Emmanuel Macron aux harkis.

En septembre 2001, le président Jacques Chirac avait reconnu la « dette d’honneur » de la France à l’égard des supplétifs de l’armée française en Algérie, et le président François Hollande, en septembre 2016, « les responsabilités des gouvernements français dans l’abandon des harkis ». […] Lire la suite

7-9 septembre 2021 Brésil. Manifestations de soutien au président Jair Bolsonaro.

Le 8, le président du STF Luiz Fux déclare que « bafouer l’honneur des juges […] et appeler au non-respect des décisions judiciaires sont des pratiques antidémocratiques » et que cela « constituerait un crime de responsabilité qui serait soumis au Congrès ». Le 9, Jair Bolsonaro publie une « adresse à la nation » dans laquelle il déclare n’avoir « jamais eu la moindre intention d’agresser quelque pouvoir que ce soit ». […] Lire la suite

15-28 août 2021 France – Afghanistan. Mise en place d'une opération d'évacuation de civils de Kaboul.

Il annonce la poursuite des opérations d’évacuation, affirmant que c’est « l’honneur de la France » d’être aux côtés « de nombreux Afghans, défenseurs des droits, artistes, journalistes, militants […] menacés en raison de leur engagement ». Toutefois, « l’Europe ne peut pas à elle seule assumer les conséquences de la situation actuelle », déclare-t-il, affirmant la nécessité de « nous protéger contre des flux migratoires irréguliers importants qui mettraient en danger ceux qui les empruntent et nourriraient les trafics de toute nature ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-France MURAWA-WULFING, « HONNEUR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/honneur/