LÉGION D'HONNEUR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le plus élevé des ordres nationaux français, créé le 29 floréal an X (19 mai 1802) par Napoléon Bonaparte, Premier consul, pour récompenser les services civils et militaires.

La Révolution, ayant aboli les décorations de la monarchie, avait remis des récompenses militaires, usage réglementé par l'arrêté consulaire du 4 nivôse an VIII, créant les armes d'honneur. Peu avant son accession au trône impérial, Bonaparte fondait un ordre consacrant le principe de l'égalité entre tous les services rendus au pays : la Légion d'honneur, nom inspiré de la Legio honoratorum de Rome, et qui connut immédiatement un prestige incomparable. Elle comprit quatre, puis cinq degrés de légionnaires ; trois grades : chevalier, officier, commandeur (d'abord commandant) ; deux dignités : grand officier, grand aigle (devenu grand-croix). L'Empereur présida aux Invalides, le 15 juillet 1804, et au camp de Boulogne, le 16 août suivant, les premières distributions de croix aux corps civils de l'État et aux officiers et soldats, notamment les possesseurs d'armes d'honneur, légionnaires de droit. Conservée par la Restauration aux côtés des ordres royaux rétablis, la Légion d'honneur redevint à partir du règne de Louis-Philippe le seul ordre national français. Son influence a été considérable et sert de modèle, depuis sa création, à presque tous les ordres du Mérite créés dans le monde entier.

Trois textes organiques l'ont régie depuis 1802 : l'ordonnance de 1816, le décret présidentiel de 1852 et le Code de 1962. Le chef de l'État, le président de la République, est grand maître de la Légion d'honneur. À la tête de celle-ci est placé un grand chancelier (qui jusqu'en 1809 eut sous ses ordres les chanceliers des seize cohortes, divisions territoriales de l'ordre). Un conseil de l'ordre l'assiste. Le siège de la Légion d'honneur se trouve à Paris, au palais construit en 1782 pour le prince de Salm et acheté par l'ordre en 1804, qui abrite aussi le Musée national de la Légion d'honneur [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : conservateur du Musée national de la Légion d'honneur et des ordres de chevalerie, Paris

Classification


Autres références

«  LÉGION D'HONNEUR  » est également traité dans :

CONSULAT

  • Écrit par 
  • Marcel DUNAN
  •  • 2 375 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le redressement intérieur »  : […] La Constitution de l'an VIII instituait quatre assemblées : le Conseil d'État, le Tribunat, le Corps législatif et le Sénat. L'expérience révolutionnaire avait montré le danger des entraînements ou des improvisations d'assemblée. Les conseillers d'État élaboraient les lois ; les tribuns les discutaient sans les voter ; les législateurs les votaient sans les discuter, tranchant les éventuels confl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consulat/#i_22491

RÉVOLUTION & EMPIRE, armée

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BERTAUD
  •  • 8 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les officiers de Napoléon et l'honneur »  : […] Les cadres furent à plus de 80 p. 100 des officiers sortis du rang, devant l'épaulette à leur bravoure et à leur ancienneté de service au cours des guerres de la Révolution. Napoléon voulait que leur nombre diminuât progressivement au profit des jeunes officiers sortis des écoles militaires, comme celles de Saint-Cyr ou de Polytechnique. Il désirait non seulement disposer d'officiers bien au fait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-et-empire-armee/#i_22491

Pour citer l’article

Claude DUCOURTIAL-REY, « LÉGION D'HONNEUR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/legion-d-honneur/