LÉGION D'HONNEUR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le plus élevé des ordres nationaux français, créé le 29 floréal an X (19 mai 1802) par Napoléon Bonaparte, Premier consul, pour récompenser les services civils et militaires.

La Révolution, ayant aboli les décorations de la monarchie, avait remis des récompenses militaires, usage réglementé par l'arrêté consulaire du 4 nivôse an VIII, créant les armes d'honneur. Peu avant son accession au trône impérial, Bonaparte fondait un ordre consacrant le principe de l'égalité entre tous les services rendus au pays : la Légion d'honneur, nom inspiré de la Legio honoratorum de Rome, et qui connut immédiatement un prestige incomparable. Elle comprit quatre, puis cinq degrés de légionnaires ; trois grades : chevalier, officier, commandeur (d'abord commandant) ; deux dignités : grand officier, grand aigle (devenu grand-croix). L'Empereur présida aux Invalides, le 15 juillet 1804, et au camp de Boulogne, le 16 août suivant, les premières distributions de croix aux corps civils de l'État et aux officiers et soldats, notamment les possesseurs d'armes d'honneur, légionnaires de droit. Conservée par la Restauration aux côtés des ordres royaux rétablis, la Légion d'honneur redevint à partir du règne de Louis-Philippe le seul ordre national français. Son influence a été considérable et sert de modèle, depuis sa création, à presque tous les ordres du Mérite créés dans le monde entier.

Trois textes organiques l'ont régie depuis 1802 : l'ordonnance de 1816, le décret présidentiel de 1852 et le Code de 1962. Le chef de l'État, le président de la République, est grand maître de la Légion d'honneur. À la tête de celle-ci est placé un grand chancelier (qui jusqu'en 1809 eut sous ses ordres les chanceliers des seize cohortes, divisions territoriales de l'ordre). Un conseil de l'ordre l'assiste. Le siège de la Légion d'honneur se trouve à Paris, au palais construit en 1782 pour le prince de Salm et acheté par l'ordre en 1804, qui abrite aussi le Musée national de la Légion d'honneur et des ordres de chevalerie.

Un Français n'entre dans la Légion d'honneur qu'au grade de chevalier. Il doit justifier d'au moins vingt ans de services publics (ou vingt-cinq ans d'activités professionnelles), assortis de mérites éminents. Chaque avancement doit récompenser des mérites nouveaux (les membres des assemblées parlementaires ne peuvent être admis ou promus en cette qualité). Les nominations et promotions font l'objet de décrets du président de la République, publiés au Journal officiel. Mais elles ne prennent effet qu'après la réception de l'intéressé par un légionnaire, d'un grade au moins égal à celui du récipiendaire. Les légionnaires sont nommés à vie, sauf s'ils sont frappés d'une mesure disciplinaire. Nommés à titre militaire, ils reçoivent un traitement. Les maisons d'éducation de l'ordre sont réservées à leurs filles. Les étrangers peuvent être nommés directement à un degré supérieur, mais sont admis et non reçus dans l'ordre. Le Code de 1962 a supprimé les nominations à titre posthume et celles qui concernent les collectivités (villes, régiments).

La devise de l'ordre est : « Honneur et Patrie ». L'insigne créé par décret du 22 messidor an XII est l'étoile à cinq branches émaillées blanc, entourée d'une couronne de feuillage, suspendue à un ruban rouge ; le modèle actuel comporte la bélière en forme de couronne ovale de feuillage (chêne et laurier). Aux centres, médaillons d'or, ceinturés d'émail bleu ; centre avers : la République ; revers : deux drapeaux croisés, la devise et « 29 floréal an X ». Les insignes des chevaliers sont d'argent, ceux des officiers, des commandeurs et grands-croix, d'un modèle croissant, de vermeil ou d'or. La plaque est l'insigne complémentaire des grands officiers et des grands-croix ; le modèle actuel : étoile d'argent (de vermeil pour les grands-croix) anglée de rayons ; au centre : la République et devise. Si Napoléon en décerna plusieurs, le collier est devenu l'insigne particulier des présidents de la République. Les chevaliers portent la décoration attachée par un ruban moiré rouge, sur le côté gauche de la poitrine ; les officiers, de même, avec un ruban à rosette ; les commandeurs, en sautoir ; les grands officiers portent la plaque à droite et la croix d'officier ; les grands-croix un grand cordon passé en écharpe avec la plaque au côté gauche.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : conservateur du Musée national de la Légion d'honneur et des ordres de chevalerie, Paris

Classification

Autres références

«  LÉGION D'HONNEUR  » est également traité dans :

CONSULAT

  • Écrit par 
  • Marcel DUNAN
  •  • 2 376 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le redressement intérieur »  : […] La Constitution de l'an VIII instituait quatre assemblées : le Conseil d'État, le Tribunat, le Corps législatif et le Sénat. L'expérience révolutionnaire avait montré le danger des entraînements ou des improvisations d'assemblée. Les conseillers d'État élaboraient les lois ; les tribuns les discutaient sans les voter ; les législateurs les votaient sans les discuter, tranchant les éventuels confl […] Lire la suite

RÉVOLUTION & EMPIRE, armée

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BERTAUD
  •  • 8 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les officiers de Napoléon et l'honneur »  : […] Les cadres furent à plus de 80 p. 100 des officiers sortis du rang, devant l'épaulette à leur bravoure et à leur ancienneté de service au cours des guerres de la Révolution. Napoléon voulait que leur nombre diminuât progressivement au profit des jeunes officiers sortis des écoles militaires, comme celles de Saint-Cyr ou de Polytechnique. Il désirait non seulement disposer d'officiers bien au fait […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-24 février 2017 France. Ouverture d'une information judiciaire dans l'affaire Fillon.

La presse révèle également que le parquet national financier (PNF) s’intéresse à d’éventuels conflits d’intérêts liés aux activités de la société de conseil et de conférence de François Fillon, 2F Conseil, ainsi qu’aux conditions de l’élévation de Marc Ladreit de Lacharrière, propriétaire de la Revue des Deux Mondes, à la dignité de grand-croix de l’ordre national de la Légion d’honneur, en décembre 2010, sur proposition de François Fillon, alors Premier ministre. […] Lire la suite

28 mai 2015 France. Jugement dans l'affaire Bettencourt.

Le tribunal le relaxe également de l’accusation de trafic d’influence qui reposait sur le soupçon d’avoir fait attribuer la Légion d’honneur à Patrice de Maistre en contrepartie de l’embauche de son épouse.  […] Lire la suite

8-9 février 2012 France. Mises en examen d'Éric Woerth dans l'affaire Bettencourt

Éric Woerth a favorisé l'octroi, en juillet 2007, de la Légion d'honneur à Patrice de Maistre, alors gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, héritière de L'Oréal et bienfaitrice de l'U.M.P. Son épouse avait ensuite été embauchée par Patrice de Maistre. Ce dernier a lui-même été mis en examen pour abus de faiblesse en décembre 2011. Le 9, Éric Woerth est de nouveau mis en examen pour recel de 150 000 euros, « une présumée remise de numéraire qui lui aurait été faite par Patrice de Maistre ». […] Lire la suite

1er-27 septembre 2010 France. Prolongement de l'affaire Woerth-Bettencourt

, demande à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, d'appuyer la démarche de Patrice de Maistre en vue d'être décoré de la Légion d'honneur. Patrice de Maistre est le gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt – première actionnaire du groupe de cosmétiques L'Oréal, qui a notamment financé la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. […] Lire la suite

16-25 juin 2010 France. Implication du ministre Éric Woerth dans le dossier Bettencourt

fr révèle qu'Éric Woerth a remis, en janvier 2008, les insignes de chevalier de la Légion d'honneur à Patrice de Maistre, gestionnaire de la société Clymène et employeur de Florence Woerth. Le 25, le procureur de la République Philippe Courroye indique que le parquet de Nanterre avait informé dès janvier 2009 l'administration fiscale – dont le ministère du Budget a la tutelle – de possibles fraudes révélées dans le cadre de l'enquête sur l'abus de faiblesse de Liliane Bettencourt par François-Marie Banier. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude DUCOURTIAL-REY, « LÉGION D'HONNEUR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/legion-d-honneur/