HONNEUR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Honneur et éthique

L'honneur s'élabore au tréfonds de l'individu, il est considéré par celui qui y tend comme un sentiment noble lui permettant de se surpasser. La mort ne fait pas peur à l'homme d'honneur. Don Juan respecte la promesse faite au Commandeur, il lui donne sa main ; il sait qu'il en meurt, qu'il se damne sans doute, mais l'essentiel est d'agir en homme d'honneur : « Donne-moi cette main, n'aie pas peur. – Que dis-tu ? Peur, moi ! Serais-tu l'enfer même que ma main je te la donnerais sur l'heure. »

Mais ce sentiment noble ne repose absolument pas sur la morale ; plus exactement, il n'y a pas de référence de l'un à l'autre. L'honneur, au nom d'un certain code, commande certaines actions, mais la finalité de ces actions importe peu. Le vainqueur d'une joute d'honneur voit sa réputation grandie de l'humiliation du vaincu : « Les rois vainqueurs s'accaparent les titres / Des ennemis vaincus dont ils font leurs captifs. » Le séducteur ne perd pas son honneur en trompant le mari – en Andalousie comme à peu près partout, c'est bien le mari bafoué qui déchoit ; les exemples sont multiples. Les jansénistes dénonçaient déjà la fausseté de la « morale héroïque » fondée sur l'exaltation de la gloire, de l'honneur : « Nous ne nous contentons pas de la vie que nous avons en nous et notre propre être, écrivait Pascal, nous voulons vivre dans l'idée des autres une vie imaginaire, et nous nous efforçons pour cela de paraître. Nous travaillons incessamment à embellir et conserver notre être imaginaire, et négligeons pour cela le véritable [...]. Grande marque du néant de notre propre être, de n'être pas satisfait de l'un sans l'autre et d'échanger souvent l'un pour l'autre. » Vanité donc que l'honneur.

L'honneur ne peut être un sentiment moral, car il ne consiste pas à respecter le sujet de moralité en soi, mais à respecter un code élaboré par un groupe social ; car il ne consiste pas à estimer l'individu pour lui-même, mais selon l'estime d'autrui, ce qui peut mener à une parfaite hétéronomie.

L'honneur peut être une religion pour [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HONNEUR  » est également traité dans :

CHEVALERIE

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 2 491 mots

Dans le chapitre « Les ordres de chevalerie »  : […] Cette éthique, qui se résout en un ensemble de règles strictement codifiées et dont le mépris entraîne la perte de l'«   honneur », c'est-à-dire l'exclusion du groupe, triomphe dans la conscience aristocratique européenne du xiv e  siècle, la grande époque des romans de chevalerie. C'est en ce temps, précisément, que naissent les ordres de chevalerie, dernière expression d'un mythe social. Les so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chevalerie/#i_20298

CORNEILLE PIERRE

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 5 555 mots

Dans le chapitre « Individu et groupe social »  : […] C'est l'individu qui conquiert la gloire et qui en jouit ; la gloire est, par définition, un goût et un triomphe du moi. Mais, en même temps, la gloire implique un empire de l'opinion publique, donc une suprématie du groupe, qui peut froisser durement les intérêts de l'individu. Il ne peut s'agir de l'intérêt d'argent, que la tragédie ignore ; ni de l'intérêt que chacun attache à sa conservation, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-corneille/#i_20298

FÉODALITÉ

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 5 987 mots

Dans le chapitre « Désagrégation des structures monarchiques »  : […] L'affaiblissement de l' autorité royale se manifesta dès les premières décennies du ix e  siècle ; les discordes internes de la famille carolingienne le hâtèrent, ainsi, bientôt, que l'impuissance des souverains à remplir leur mission fondamentale, c'est-à-dire à mener la guerre victorieuse et à contenir les envahisseurs, notamment les Normands. La désagrégation politique commença par le sommet, a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feodalite/#i_20298

LÉGION D'HONNEUR

  • Écrit par 
  • Claude DUCOURTIAL-REY
  •  • 784 mots

Le plus élevé des ordres nationaux français, créé le 29 floréal an X (19 mai 1802) par Napoléon Bonaparte, Premier consul, pour récompenser les services civils et militaires. La Révolution, ayant aboli les décorations de la monarchie, avait remis des récompenses militaires, usage réglementé par l'arrêté consulaire du 4 nivôse an VIII, créant les armes d'honneur. Peu avant son accession au trône im […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/legion-d-honneur/#i_20298

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Les cadres sociaux de la loyauté »  : […] C'est dans trois contextes que se pose le problème de la loyauté : celui de la famille, celui des organisations, celui de l'État. Bien entendu, être loyal à ses parents n'est pas la même chose qu'être loyal à l'égard de l'entreprise qui nous emploie, ou envers l'État dont nous sommes citoyens. Mais, dans les trois cas, la loyauté s'analyse comme un ensemble de devoirs plus ou moins contraignants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loyaute/#i_20298

RÉVOLUTION & EMPIRE, armée

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BERTAUD
  •  • 8 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les officiers de Napoléon et l'honneur »  : […] Les cadres furent à plus de 80 p. 100 des officiers sortis du rang, devant l'épaulette à leur bravoure et à leur ancienneté de service au cours des guerres de la Révolution. Napoléon voulait que leur nombre diminuât progressivement au profit des jeunes officiers sortis des écoles militaires, comme celles de Saint-Cyr ou de Polytechnique. Il désirait non seulement disposer d'officiers bien au fait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-et-empire-armee/#i_20298

Pour citer l’article

Marie-France MURAWA-WULFING, « HONNEUR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/honneur/