HONDURAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique du Honduras (HN)
Chef de l'État et du gouvernementXiomara Castro (depuis le 27 janvier 2022)
CapitaleTegucigalpa
Langue officielleespagnol
Unité monétairelempira (HNL)
Population9 596 000 (estim. 2022)
Superficie (km2)112 492

Le Honduras depuis l'indépendance

Les modalités de la colonisation espagnole dans le territoire qui deviendra le Honduras annoncent les difficultés à venir : faible intégration territoriale, population clairsemée, développement économique tourné vers l'exportation, intégration périphérique au reste de l'Amérique centrale. Aux xixe et xxe siècles, la vie politique du pays va se caractériser par une instabilité politique quasi permanente, l'absence d'un État central, et l'émergence très tardive d'une élite nationale.

La construction chaotique du Honduras indépendant

L'indépendance est proclamée dans les colonies espagnoles d'Amérique centrale le 15 septembre 1821. Mais les tensions politiques internes au Honduras favorisent la défaite des indépendantistes et, comme ses voisins, le pays est intégré au sein de l'Empire mexicain d'Iturbide. En novembre 1824, le Honduras rejoint les Provinces-Unies d'Amérique centrale, devenues la Fédération d'Amérique centrale et constituée du Guatemala, du Nicaragua, du Costa Rica et du Salvador. La période est marquée par une guerre civile entre, d'un côté, les libéraux, fédéralistes et anticléricaux, favorables à une modernisation, et, de l'autre, les conservateurs proches du clergé et partisans de l'éclatement de la fédération. De 1830 à 1839, la fédération est dirigée par le Hondurien Francisco Morazán. Libéral, anticlérical et réformateur, il se heurte aux forces conservatrices et combat par les armes plusieurs tentatives de sécession. Il est toutefois battu au Guatemala en mars 1840, se réfugie au Costa Rica où il est arrêté et fusillé. La mort de Morazán signe l'éclatement de la Fédération d'Amérique centrale, et le Honduras devient un État souverain.

L'indépendance ne met cependant pas fin aux rivalités internes : le pays est désormais dominé par les conservateurs, mais perpétuellement agité par de sanglantes guerres civiles entre oligarchies locales, ce qui empêche l'émergence d'un État structuré. La faiblesse du pouvoir central fait du Honduras une cible de prédilection pour les gouvernements des pays voisins du Salvador et du Guatemala qui, par le jeu des alliances locales, vont réussir à imposer, à plusieurs reprises, des dirigeants favorables à leurs intérêts. L'instabilité chronique (86 gouvernements de 1821 à 1876) reflète cette situation qui, par ailleurs, favorise l'implantation rapide de capitaux britanniques puis nord-américains.

À partir de 1870, les libéraux reviennent au pouvoir, même si les rivalités internes se perpétuent. Sous l'impulsion des présidents Marco Aurelio Soto (de 1876 à 1883) et Luis Bográn (de 1883 à 1891), le gouvernement engage des réformes. Pour ces derniers, seule une production orientée vers le marché mondial – et non soumise aux avatars des marchés locaux – peut renforcer et unifier la nation. Au Guatemala, au Salvador et au Costa Rica, ce projet repose sur le café. Au Honduras, les terres propices à la culture caféière sont relativement réduites, et déjà exploitées par des communautés bien structurées, où l'influence de l'Église est forte. De ce fait, les réformistes libéraux se heurtent à des résistances locales et renoncent rapidement. Ils préfèrent, dès lors, faciliter l'entrée de capitaux étrangers. Le processus d'intégration du Honduras à l'économie mondiale se réalise donc à travers une agro-exportation contrôlée par des groupes étrangers.

Un pays façonné par une économie d'enclave

La domination du capital étranger suscite la création d'une économie d'enclave, à partir du secteur minier d'abord, puis de la production des bananes. Les produits miniers représentent déjà plus de 50 p. 100 du total des exportations vers 1890-1895. La compagnie nord-américaine The New York and Honduras Rosario Mining Company, fondée en 1880, contrôle 87 p. 100 de la production minière. Mais c'est surtout la culture de la banane qui symbolise le plus ce mode de production, avec deux compagnies américaines rivales, la United Fruit Company et la Standard Fruit Company, qui s'installent dans les années 1910 dans le nord du pays. Celles-ci contrôlent rapidement l'essentiel de la production et de l'exportation, assurent la construction de voies de chemin de fer entre les zones de culture et la côte caraïbe, et diversifient leurs investissements dans l'industrie pour le marché local (brasseries, cimenteries, etc.). Au début du xxe siècle, la culture des bananes constitue plus de 50 p. 100 des e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Honduras : carte physique

Honduras : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Honduras : drapeau

Honduras : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Plantations de bananes au Honduras

Plantations de bananes au Honduras
Crédits : Orlando Sierra/ AFP

photographie

Copán, le terrain de jeu de balle

Copán, le terrain de jeu de balle
Crédits : Jean-Pierre COURAU/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de géographie à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot
  • : maître de conférences en science politique à l'université de Lyon-II-Lumière
  • : professeur d'histoire, directeur du Centre de recherches Caraïbes-Amériques

Classification

Autres références

«  HONDURAS  » est également traité dans :

HONDURAS, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 183 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'Amérique centrale nucléaire »  : […] Comprenant l'extrême sud du Guatemala, le Salvador, le Honduras et la plus grande partie du Nicaragua, l'Amérique centrale nucléaire est séparée de l'extrême sud du continent nord-américain par la zone de faille senestre de la transversale de Polochic-Motagua. Elle est caractérisée par la présence d'un «  noyau » continental d'âge précambrien-paléozoïque, métamorphique, qui comprend les formations […] Lire la suite

ARIAS SÁNCHEZ OSCAR (1941- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 618 mots

Président du Costa Rica de 1986 à 1990, puis de 2006 à 2010. Né le 13 septembre 1941 à Heredia au sein d'une des plus riches familles de planteurs de café du Costa Rica, Oscar Arias Sánchez étudie l'économie à l'université du Costa Rica et obtient un doctorat en sciences politiques à l'université d'Essex, en Angleterre. Dans les années 1960, il s'engage dans le Parti de libération nationale (Part […] Lire la suite

CHORTI

  • Écrit par 
  • Marie-France FAUVET
  •  • 324 mots

Indiens Maya, les Chorti (ou ch'orti') habitent dans les hautes terres de l'est du Guatemala, principalement dans le département de Chiquimula, et, au Honduras, dans la région de Copán ; autrefois, leur territoire s'étendait jusqu'au Salvador. Leur population représente environ 46 800 personnes au Guatemala (recensement de 2002) et moins de 5 000 au Honduras. Ces Indiens ont subi très fortement le […] Lire la suite

LENCA

  • Écrit par 
  • Susana MONZON
  •  • 304 mots

Indiens de l'Amérique centrale qui parlaient le lenca, langue appartenant au groupe linguistique macrochibcha. Les Lenca habitent les régions montagneuses des départements de La Paz et d'Intibuca, et le sud-est du département de Gracias au Honduras. Ils sont, dans les années 1990, environ 80 000 dans ce pays. Au Salvador, il y a quelques Indiens Lenca dans les villes situées près de la frontière n […] Lire la suite

LÓPEZ ARELLANO OSWALDO (1921-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 377 mots

Général et chef d'État du Honduras, Oswaldo López Arellano renversa deux gouvernements civils pour instaurer un régime militaire de 1963 à 1971, puis de 1972 à 1975. Oswaldo Enrique López Arellano est né le 30 juin 1921 à Danlí, près de la frontière nicaraguayenne, dans une famille de la classe moyenne. Après avoir gravi les échelons dans l'armée de l'air, il prend part en 1956 au coup d'État qui […] Lire la suite

LES MAYAS AU PAYS DE COPÁN (exposition)

  • Écrit par 
  • Claude-François BAUDEZ
  •  • 1 269 mots

L'intérêt que peuvent susciter en France les civilisations précolombiennes se heurte généralement à la prudence et à la frilosité des éditeurs et des organisateurs d'expositions. Soit les civilisations et les arts préhispaniques sont traités dans leur ensemble, et le lecteur ou le visiteur se perd alors dans la complexité du tableau culturel qui lui est présenté, soit ils sont limités à un grand […] Lire la suite

MOSQUITO ou MISKITO

  • Écrit par 
  • Agnès LEHUEN
  •  • 297 mots

Indiens d'Amérique centrale vivant dans le nord-est de l'actuel Nicaragua et, en moindre nombre, à la frontière du Honduras, les Mosquito furent découverts par Christophe Colomb en 1502, lors de son quatrième voyage ; toutefois, la tentative de colonisation espagnole n'ayant été que passagère, ces Indiens ne furent réellement au contact des Européens qu'après 1650, époque où les Anglais établirent […] Lire la suite

SALVADOR EL

  • Écrit par 
  • Noëlle DEMYK, 
  • David GARIBAY
  • , Universalis
  •  • 9 393 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Croissance économique et crise du modèle autoritaire »  : […] Cette forte croissance produit des effets aux niveaux rural et urbain qui vont conduire à une crise durant les décennies suivantes. La forte densité de la population, l'absence de terres disponibles et le refus des élites caféières de mettre en place des éléments de réforme agraire renforcent les tensions dans le monde rural. De nombreux paysans sans terre émigrent au Honduras. Parallèlement, la c […] Lire la suite

TEGUCIGALPA

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 404 mots

Capitale de la république du Honduras, Tegucigalpa est située sur des collines encerclées de montagnes, à près de 1 000 mètres d'altitude. Ancienne ville minière fondée en 1578 sur les versants du mont Picacho, Tegucigalpa, qui obtint le statut de ville en 1821, alterna dans le rôle de capitale avec Comayagua jusqu'en 1880. En 1938, la ville fusionna avec Comayaguela, située sur la rive opposée ( […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

21-7 janvier 2022 Honduras. Crise politique lors de l'entrée en fonction de la présidente Xiomara Castro.

Le 21, lors d’une séance préalable à l’élection du président du Parlement monocaméral renouvelé en novembre, un groupe de vingt dissidents du Parti Liberté et Refondation (Libre, gauche), la formation de la nouvelle présidente élue Xiomara Castro, propose la candidature de l’un d’entre eux, Jorge Calix, en violation d’un accord passé entre Libre et le Parti sauveur du Honduras (PSH, centre) qui prévoit la désignation à ce poste de Luis Redondo (PSH). […] Lire la suite

28 novembre 2021 Honduras. Élections générales.

Elle devance le dauphin du président sortant Juan Orlando Hernández, Nasry Asfura, candidat du Parti national du Honduras (PNH, droite), qui recueille 36,9 % des voix. Le candidat du Parti libéral du Honduras (PLH, centre droit) Yani Rosenthal obtient 10 % des suffrages. Le taux de participation est de 69,1 %. Le Parti national était au pouvoir depuis le coup d’État contre le président Manuel Zelaya, époux de Xiomara Castro, en juin 2009. […] Lire la suite

20 janvier 2020 Mexique. Nouvelle caravane de migrants.

Ils font partie d’une caravane de trois mille personnes partie six jours plus tôt de San Pedro Sula, au Honduras, la première de ce type depuis la signature d’un accord migratoire entre Mexico et Washington en juin 2019. Quelque mille membres de cette caravane acceptent des propositions d’emploi au Mexique faites par les autorités qui refusent de délivrer des laissez-passer à ceux qui veulent gagner les États-Unis. […] Lire la suite

14-18 janvier 2019 Mexique. Nouvelle caravane de migrants.

De son côté, Washington a débloqué 4,8 milliards de dollars d’aide en faveur du Mexique et 5,8 milliards à destination du Guatemala, du Honduras et du Salvador. Quelque trois cent mille migrants centraméricains sont entrés au Mexique en 2018. […] Lire la suite

9-25 novembre 2018 États-Unis – Mexique. Arrivée de la première caravane de migrants à la frontière avec les États-Unis.

Le 14, les premiers éléments de la caravane de migrants centre-américains partie du Honduras en octobre, qui compte environ cinq mille personnes, arrivent à Tijuana, à la frontière entre le Mexique et les États-Unis. Le 19, un juge fédéral de San Francisco saisi par des organisations de défense des droits de l’homme suspend le décret signé le 9, le jugeant illégal. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Noëlle DEMYK, David GARIBAY, Oruno D. LARA, « HONDURAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/honduras/