Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LENCA

Indiens de l'Amérique centrale qui parlaient le lenca, langue appartenant au groupe linguistique macrochibcha. Les Lenca habitent les régions montagneuses des départements de La Paz et d'Intibuca, et le sud-est du département de Gracias au Honduras. Ils sont, dans les années 1990, environ 80 000 dans ce pays. Au Salvador, il y a quelques Indiens Lenca dans les villes situées près de la frontière nord-est.

Bien qu'ils aient été progressivement acculturés et assimilés par des gens d'ascendance métisse, ils font preuve d'un certain conservatisme et cherchent à protéger leur propre culture. Leur économie est fondée sur l'agriculture (maïs, café, cacao, haricots). Ils chassent seuls, rarement en groupe, et fabriquent vannerie et poterie.

Autrefois, chaque communauté était endogame et politiquement indépendante, dirigée par un cacique assisté d'un conseil. Aujourd'hui, malgré l'influence de la culture occidentale, ces villages constituent encore le seul vestige de l'ancienne organisation tribale. Dans certains d'entre eux, la charge de cacique reste héréditaire ; dans d'autres, elle est élective. En général, les terres appartiennent à la communauté et sont réparties entre les habitants par les autorités locales. Cependant, il arrive que la terre ne soit pas distribuée, mais travaillée en commun par tous les membres du village.

Les Lenca conservent encore certaines croyances traditionnelles. Ils ont une grande vénération pour le Soleil, et le déroulement des travaux agricoles est marqué par des cérémonies célébrées dans les champs et par des offrandes. Le chaman, qui s'emploie surtout à soigner les malades, occupe une place importante dans la vie des Lenca.

— Susana MONZON

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • HONDURAS

    • Écrit par Noëlle DEMYK, Universalis, David GARIBAY, Oruno D. LARA
    • 8 794 mots
    • 6 médias
    ...(entre 600 et 1 800 m) et froides déterminent la mosaïque des écosystèmes à dominante forestière (pins et feuillus). Les Chorti de langue maya et les Lenca occupaient ces terres lorsque les Espagnols ont créé, près des mines de métaux précieux, les deux principales villes coloniales, Comayagua et Tegucigalpa,...

Voir aussi