ARIAS SÁNCHEZ OSCAR (1941- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président du Costa Rica de 1986 à 1990, puis de 2006 à 2010.

Né le 13 septembre 1941 à Heredia au sein d'une des plus riches familles de planteurs de café du Costa Rica, Oscar Arias Sánchez étudie l'économie à l'université du Costa Rica et obtient un doctorat en sciences politiques à l'université d'Essex, en Angleterre. Dans les années 1960, il s'engage dans le Parti de libération nationale (Partido de Liberación Nacional, P.L.N.), parti social démocrate. En 1972, Oscar Arias Sánchez est nommé ministre de l'Économie dans le gouvernement du président José Figueres Ferrer, poste qu'il conserve jusqu'en 1977. Élu secrétaire général du P.L.N. en 1979, il remporte en 1986 l'élection présidentielle.

Il prend alors des mesures visant à résoudre divers problèmes économiques telle la lourde dette extérieure, mais il aspire surtout à rétablir la paix et la stabilité politique dans les pays d'Amérique centrale déchirés par les conflits, notamment au Nicaragua où les forces rebelles (les Contras), soutenues par les États-Unis mais basées essentiellement au Honduras, tentent de renverser le gouvernement sandiniste. Bien qu'il soit très critique à l'égard des sandinistes, Oscar Arias Sánchez interdit aux contras de mener des opérations militaires sur le sol costaricain, malgré les pressions exercées par les États-Unis. En février 1987, il propose un plan de paix régional qui fixe un cessez-le-feu entre gouvernements et forces rebelles, assure l'amnistie aux prisonniers politiques et prévoit des élections libres et démocratiques. Oscar Arias Sánchez et les dirigeants du Guatemala, du Salvador, du Honduras et du Nicaragua signent ce plan en août 1987. Il ne sera pourtant jamais complètement appliqué, en partie à cause de l'opposition des États-Unis. En octobre 1987, Oscar Arias Sánchez reçoit le prix Nobel de la paix en reconnaissance de ses efforts. En 1988, il utilise l'argent du prix pour mettre en place la fondation Arias pour la paix et le progrès. Oscar Arias Sánchez joue aussi un rôle actif dans de nombreuses organisations non gouvernementales œuvrant pour la promotion de la paix et la lutte contre la corruption.

Oscar Arias Sánchez se représente à l'élection présidentielle de 2006 ; il promet d'investir dans l'éducation et le logement et de signer l'accord de libre-échange entre l'Amérique centrale et les États-Unis (le Costa Rica étant le seul pays d'Amérique centrale à ne pas l'avoir signé). Il remporte la présidence de justesse en février. Lors d'un référendum national en octobre 2007 – le premier organisé dans le pays –, les Costariciens votent, à une faible majorité (51,6 p. 100), en faveur du Central American Free Trade Agreement (C.A.F.T.A.) signé avec les États-Unis. En juillet 2009, le président Arias est médiateur dans la crise hondurienne entre le président élu Manuel Zelaya, destitué en juin, et le président de facto Roberto Micheletti. Toutes ses propositions de sortie de crise sont rejetées par l'un et l'autre camp. Le Prix Nobel de la paix, qui avait encouragé la démilitarisation de l'Amérique centrale, soutient que le coup d'État au Honduras est le résultat d'une nouvelle course aux armements dans la région. En février 2010, ne pouvant se représenter à l'élection présidentielle selon la Constitution, Oscar Arias Sánchez salue la victoire de son ancienne ministre et vice-présidente, Laura Chinchilla, qui devient la première femme élue à la tête de l'État.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  ARIAS SÁNCHEZ OSCAR (1941- )  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Évolution géopolitique

  • Écrit par 
  • Georges COUFFIGNAL
  •  • 7 479 mots

Dans le chapitre « Naissance de diplomaties autonomes »  : […] En 1982, la dictature militaire au pouvoir en Argentine cherche à reconquérir une légitimité contestée en envahissant les îles Malouines dont l'Argentine revendiquait la souveraineté depuis toujours. On connaît la réaction de Margaret Thatcher, qui envoya une véritable armada pour reconquérir ces îles inhospitalières. La plupart des pays européens et les États-Unis soutinrent la Grande-Bretagne […] Lire la suite

COSTA RICA

  • Écrit par 
  • Marie-Chantal BARRE, 
  • Noëlle DEMYK, 
  • Marcel NIEDERGANG
  • , Universalis
  •  • 4 258 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Oscar Arias à la recherche de la paix »  : […] C'est le thème de la guerre et de la paix qui domine les élections de 1986, dont le vainqueur Oscar Arias Sánchez, du parti sortant de libération nationale, social-démocrate, obtient 54 p. 100 des suffrages, contre 44 p. 100 recueillis par son adversaire, Rafael Calderón Fournier, du Parti de l'union sociale chrétienne (P.U.S.C., soutenu par la démocratie chrétienne internationale). Dès son arriv […] Lire la suite

Pour citer l’article

« ARIAS SÁNCHEZ OSCAR (1941- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oscar-arias-sanchez/