HOMO ERECTUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Succédant à Homo habilis, l'espèce Homo erectus est apparue il y a environ 2 millions d'années en Afrique orientale, mais les premiers représentants africains de la lignée sont maintenant séparés et attribués à une autre espèce, Homo ergaster. Elle s'est développée assez rapidement et a progressivement occupé tout l'Ancien Monde, à l'exception des montagnes et des régions les plus septentrionales dont les conditions climatiques étaient trop rigoureuses au regard de sa technologie. Les Homo erectus furent les premiers représentants de la lignée humaine à avoir quitté l'Afrique. On trouve les traces de leurs activités, ou leurs restes, en Afrique du Nord, dans la vallée du Jourdain, en Chine et à Java. Pendant longtemps leur présence en Europe a été mise en doute, mais on a trouvé, en France et dans d'autres pays d'Europe, des outillages datant d'environ 1 million d'années ; une calotte crânienne datée de 800 000 ans a été mise au jour à Ceprano en Italie. Les dates de ce grand mouvement de peuplement sont encore incertaines, mais il semble que la colonisation de l'Eurasie ait été réalisée entre 1,5 et 1 million d'années en passant par l'isthme de Suez. Les derniers Homo erectus ont vécu il y a moins de 400 000 ans.

Répartition géographique du genre Homo

Répartition géographique du genre Homo

Dessin

Répartition géographique du genre Homo à différentes périodes du Quaternaire. À 700 000 ans B.P., Homo erectus occupe une grande partie de l'Ancien Monde et de l'Afrique. Des facteurs écologiques différents, propres à chaque biotope, ont dû influencer la diversification de cette espèce. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les représentants d'Homo erectus avaient une stature comparable à la nôtre ; ils possédaient un squelette très robuste. Leur capacité cérébrale variait de 780 centimètres cubes pour les plus petits et les plus anciens à 1 250 centimètres cubes pour les plus grands et les plus récents. Par ce caractère ils établissent le lien entre les fossiles plus archaïques et notre espèce, et l'accroissement de leur cerveau est probablement le trait principal de leur évolution. Leur crâne était massif avec une voûte basse, un frontal fuyant, un occipital anguleux et de fortes superstructures. Le relief sus-orbitaire et le bourrelet occipital, en particulier, étaient très accusés. Les parois latérales du crâne convergeaient vers le haut. La face, large et prognathe, était très robuste, surtout la région maxillo-mandibulaire qui port [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOMO ERECTUS  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

  • Écrit par 
  • Augustin HOLL
  •  • 6 306 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les chasseurs-cueilleurs acheuléens et la dispersion de « Homo » sp. »  : […] Les sites acheuléens datant de 1,7-1,6 Ma à 200 000-150 000 B.P. ( before present , c'est-à-dire par convention avant 1950, pour les datations obtenues à l'aide de la méthode du carbone 14) se distribuent sur l'ensemble du continent, avec cependant d'importantes variations régionales. Les densités sont relativement élevées en Afrique du Sud, en Af […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-prehistoire/#i_84086

ARAMBOURG CAMILLE (1885-1969)

  • Écrit par 
  • Djillali HADJOUIS
  •  • 1 316 mots

Camille Arambourg, grande figure de la paléontologie française de la première moitié du xx e  siècle, a décrit de nombreuses espèces de vertébrés fossiles. Homme de terrain, il a effectué de nombreuses missions, surtout en Afrique du Nord où il a découvert, sur le site de Ternifine (aujourd’hui Tighennif) en Algérie, l’Atlanthrope ( Atlanthropus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arambourg-camille-1885-1969/#i_84086

BIFACE, outillage lithique

  • Écrit par 
  • Catherine FARIZY
  •  • 112 mots

Le biface est une pièce taillée sur les deux faces. Le support originel peut être un bloc de pierre, un rognon de silex, un galet ou un grand éclat. Le biface de forme ovale, triangulaire ou en amande est caractérisé par sa symétrie axiale, même si les marques d'usage sont plus abondantes sur une face ou sur un bord ; l'arête pouvait être rectilign […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biface-outillage-lithique/#i_84086

BIFACES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 214 mots

Si l'on met à part les animaux qui fabriquent des « objets » prévus par leur programme génétique (araignées, fourmis, etc.), les frontières entre les objets produits par les singes et ceux des hommes sont perméables. Les chimpanzés façonnent des outils pour casser les noix, outils dont la forme varie suivant les régions. Petits, ils ont appris de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bifaces/#i_84086

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 351 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Le Paléolithique inférieur »  : […] Le développement culturel durant le Paléolithique inférieur est le résultat d'un long processus qui commença sur le territoire chinois il y a un million d'années et se termina voici 200 000 ans. Les plus anciens vestiges d'occupation humaine sont encore très mal connus ; ils dateraient de la fin du Pléistocène inférieur. Les premières traces d' Hom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_84086

COPPENS YVES (1934- )

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 2 326 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des éléphants à l'homme »  : […] Né le 9 août 1934 à Vannes (Morbihan), Yves Coppens passe sa petite enfance dans la région de Clermont, dans l'Oise, où enseigne son père qui prépare alors, avec Irène Joliot-Curie, une thèse de doctorat d'État sur la radioactivité. L'installation de ses parents à Vannes en 1944 va contribuer à éveiller son attrait pour les sciences du passé, goût […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-coppens/#i_84086

ÉTHIOPIE

  • Écrit par 
  • Jean CHAVAILLON, 
  • Jean DORESSE, 
  • Éloi FICQUET, 
  • Alain GASCON, 
  • Jean LECLANT, 
  • Hervé LEGRAND, 
  • Jacqueline PIRENNE, 
  • R. SCHNEIDER
  • , Universalis
  •  • 24 456 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La préhistoire »  : […] Depuis 1963, les découvertes de sols paléolithiques et de fossiles d' Hominidés se sont succédé en Éthiopie, et cette région du monde est devenue l'une des plus intéressantes pour la connaissance de l'origine de l'homme. Les premières récoltes de fossiles du genre Australopithecus ont été effectuées dans la basse vallée de l'Omo par la mission in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethiopie/#i_84086

EUROPE, préhistoire et protohistoire

  • Écrit par 
  • Gérard BAILLOUD, 
  • Jean GUILAINE, 
  • Michèle JULIEN, 
  • Bruno MAUREILLE, 
  • Michel ORLIAC, 
  • Alain TURQ
  • , Universalis
  •  • 21 345 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le Paléolithique inférieur »  : […] Premier représentant connu du genre Homo , l' Homo habilis occupe entre — 3 et — 1,5 million d'années l'Afrique orientale puis australe. Il y chasse en petits groupes, et les restes de ses repas ont été découverts dans divers gisements, associés à un outillage sur galet.Les traces les plus anciennes d'un aménagement de l'espace remontent à 1,8 mi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-prehistoire-et-protohistoire/#i_84086

FIGURATION, paléolithique et néolithique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 558 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le goût des formes  »  : […] Cette curiosité esthétique s’accompagna cependant d’actions directes sur la matière, esthétiques en même temps qu’utilitaires. Les premiers outils connus sont désormais datés de près de trois millions et demi d’années. Ils ont été trouvés à Lomekwi (Kenya). À cette époque, les seules espèces humaines étaient les différentes formes d’australopithèq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/figuration-paleolithique-et-neolithique/#i_84086

HOMINIDÉS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 9 483 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Culture, société et milieu »  : […] L'étude du comportement animal a transformé l'idée de culture chez les Hominidés. On sait aujourd'hui que de nombreux animaux (chimpanzés, loutres, etc.), manipulent des objets mais l'Homme reste le seul à travailler la pierre. La plus ancienne culture dite « oldowayenne », car décrite à Olduvai (ou Oldoway, Tanzanie) est attestée 2 Ma et est repr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hominides/#i_84086

LANGUES ET LANGAGE ORIGINE DES

  • Écrit par 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 6 746 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le débat sur l'apparition du langage »  : […] Si la plupart des chercheurs pensent que la faculté de langage n'est pas apparue après l'émergence de notre espèce, le consensus est moins net sur la question de savoir si elle était apparue avant , autrement dit, si d'autres espèces d'hominidés, notamment les Néandertaliens, possédaient un langage de même nature que le nôtre. Le processus d'homi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origine-des-langues-et-langage/#i_84086

PALÉOANTHROPOLOGIE ou PALÉONTOLOGIE HUMAINE

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 4 905 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « Le chaînon manquant » du singe à l’homme »  : […] L'artisan des industries de pierre de l'époque de Saint-Acheul, suivant la chronologie de Mortillet, demeurait cependant inconnu en dépit de ce que laissait espérer la découverte, tant attendue, faite en 1863 par Boucher de Perthes, de la fameuse mandibule de la carrière du Moulin-Quignon, à Abbeville. Elle mit aux prises, cette année-là, les sava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleoanthropologie-paleontologie-humaine/#i_84086

SYRIE, archéologie

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 9 237 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le Paléolithique »  : […] L'existence d'un Paléolithique de tout premier intérêt est une découverte de 1993 qui apporte un maillon manquant dans la chaîne de l'évolution humaine. Les plus anciennes traces d'une présence humaine, il y a quelque 800 000 ans, ont été observées dans la vallée du Nahr el Kébir, mais la fouille du site de Nadaouiyeh par l'équipe suisse dirigée p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syrie-archeologie/#i_84086

Pour citer l’article

Bernard VANDERMEERSCH, « HOMO ERECTUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/homo-erectus/