HOHENSTAUFEN ou STAUFEN LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Famille qui règne en Allemagne et en Italie de 1138 à 1250, c'est-à-dire de l'élection de Conrad III à la mort de Frédéric II. Elle joue un rôle considérable en Europe à cette époque, mais ses membres, qui ont souvent été des personnages remarquables, n'ont pu résister aux tendances centrifuges de ce conglomérat de duchés. Les Hohenstaufen héritent du rêve d'un empire unifié, plus ou moins centralisé, alors que les villes développent leur autonomie et que les ducs, à l'origine gouverneurs militaires des zones frontières, se transforment en gestionnaires et organisent le territoire à leur profit. Le dernier des leurs a même essayé de donner à l'Empire une structure constitutionnelle en déterminant les droits et devoirs des divers pouvoirs. S'ils parviennent individuellement à réussir certaines de leurs entreprises, leur politique dans l'ensemble aboutit à un fiasco, puisque l'Empire entre dans une longue période de décadence immédiatement après la mort de Frédéric II.

Allemagne, XIIe-XIIIe siècle

Dessin : Allemagne, XIIe-XIIIe siècle

Le Saint Empire romain germanique sous les Hohenstaufen, de Frédéric Ier Barberousse (1155-1190) à Frédéric II (1220-1250). À la mort de ce dernier, le pouvoir impérial ne parvient plus à s'imposer face aux princes allemands et aux villes italiennes. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Leur fortune commence par une alliance : l'empereur Henri IV, en butte à la révolte des grands de l'Empire, donne à l'un de ses plus fermes soutiens, Frédéric le Borgne, le duché de Souabe, puis sa fille Agnès en mariage (1089). Ce petit seigneur franconien entre ainsi dans les familles de sang royal, la haute noblesse. Il se construit en Souabe, dans le Rauhe Alp, une forteresse, Staufen ou Hohenstaufen, d'où le nom de ses descendants. Agnès lui donne deux fils, Frédéric et Conrad, puis, veuve, se remarie avec un Babenberg d'Autriche, réconciliant ainsi Conradins, dont elle descend, et Babenberg.

Quand meurt le dernier des empereurs saliens, Henri V (1125), Frédéric de Staufen, son neveu, se présente comme candidat à la couronne royale de Germanie : son oncle l'avait associé à son gouvernement, il se montre trop sûr de son droit. Les représentants des duchés nationaux lui préfèrent le riche duc de Saxe, Lothaire de Supplinburg, qui n'a pas d'enfant mâle. Frédéric, cependant, s'est constitué un domaine en Souabe, dans la vallée du Rhin et en Alsace. Il s'oppose à Lothaire, qui n'arrive pas à mâter complètement cette fronde : son frère Conrad se fait même couronner en Italie roi des Lombards. Quand Lothaire III disparaît (1137), il semble que le puissant duc de Bavière Henri le Superbe, qui a épousé l'unique héritière de l'ancien duc de Saxe et qui a été associé aux entreprises de son beau-père, va être élu. Mais les princes, pour la première fois rassemblés en collège électoral avant la diète d'Empire, choisissent, à l'instigation de quelques prélats, Conrad de Hohenstaufen ; le duc de Bavière est, en effet, considéré comme trop puissant.

Cette élection marque le début de la grande querelle des Welfs, partisans des ducs de Bavière, alliés à la papauté, et des Gibelins, tenants de la famille impériale, plus tard de l'Empire. Conrad III arrive à rassembler l'Empire sous son autorité, quoiqu'il ait des difficultés avec les Bavarois, car il refuse d'inféoder le duché de Saxe aux Welfs. À la mort d'Henri le Superbe (1139), il démembre la Bavière. Welf VI doit se contenter des terres italiennes, le fils d'Henri, le futur Henri le Lion, reçoit la Saxe, mais le duché de Bavière passe à un Babenberg, qui épouse la duchesse douairière Gertrude de Supplinburg. Le successeur de Conrad III reviendra sur cette décision : c'est Henri le Lion qui hérite alors de tous les biens de son père et de sa mère. Conrad III, qui ne laisse que des enfants trop jeunes pour régner, désigne son neveu Frédéric pour lui succéder. Le fils du prétendant de 1125 devient Frédéric Ier Barberousse (1152), dont l'habileté diplomatique et la force de caractère lui permettent de rétablir en Allemagne et en Italie un ordre impérial.

La puissance des Hohenstaufen, qui semble considérable, est très fragile parce que leur territoire est trop vaste. Ceux-ci s'appuient sur un corps de ministeriales, fonctionnaires allemands, souabes en général, qui ne sont pas assez nombreux et, souvent, trop brutaux. Chaque changement de règne est l'occasion de révoltes des populations opprimées contre cette caste, sans laquelle il aurait été impossible d'autre part de maintenir l'Empire.

À la mort d'Henri IV, le fils de Frédéric Ier, partisans des Welfs avec Otton de Brunswick, et partisans des Staufen avec [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale de Tunis

Classification

Autres références

«  HOHENSTAUFEN ou STAUFEN LES  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 14 149 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Frédéric II (1194-1250) et la fin de l'idée d'empire universel »  : […] À défaut de faire admettre l'hérédité de la couronne impériale, Henri VI avait du moins pu faire élire, en 1196, Frédéric-Roger « roi des Romains », expression qui avait prévalu dès l'époque d'Henri IV et Henri V pour désigner le successeur élu de l'empereur. Que valait l'engagement, face au péril d'une longue minorité ? Unanimes pour n'en pas tenir compte, les princes ne s'entendirent pas quant a […] Lire la suite

CONRAD III (1093-1152) empereur germanique (1138-1152)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 536 mots

Neveu par sa mère du dernier des Saliens, Conrad III était le frère de Frédéric de Hohenstaufen, candidat malheureux, quoique héritier en titre, de la précédente élection. Il fut élu, pour avoir été choisi par le légat du pape en Germanie, l'archevêque de Trèves. Les princes électeurs le préféraient, parce que moins puissant, à Henri le Superbe qui était duc de Bavière, duc de Saxe et possédait le […] Lire la suite

ÉLECTEURS D'EMPIRE

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 977 mots

Dans la tradition franque, le roi est acclamé par le peuple, en réalité par les hommes libres en état de porter les armes : les Freiherrn , qui sont les barons de l'époque féodale. Ils sont regroupés en nations dans la partie germanique de l'Empire carolingien : Bavarois, Souabes et Saxons (peuples soumis par les Francs à l'époque des Mérovingiens et de leurs successeurs), et Franconiens, descenda […] Lire la suite

FRÉDÉRIC Ier BARBEROUSSE (1122 env.-1190) empereur germanique (1152-1190)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 1 257 mots

L'une des figures les plus attachantes de l'Empire germanique et de l'histoire du Moyen Âge européen. Frédéric I er Barberousse s'est laissé séduire par l'Italie, comme tous ses prédécesseurs, et s'est efforcé de reconstituer un bloc politique formé de la Lombardie et de l'Allemagne : pourtant il n'a pas compris le mouvement communal, alors très puissant dans la vallée du Pô. Ces tentatives, qui […] Lire la suite

FRÉDÉRIC II (1194-1250) empereur germanique (1220-1250)

  • Écrit par 
  • Michel BALARD
  •  • 761 mots
  •  • 1 média

Fils de l'empereur Henri VI et de Constance de Hauteville, héritière des rois normands, Frédéric naquit à Iesi le 26 décembre 1194. Orphelin à quatre ans, le jeune roi de Sicile est confié à la tutelle d'Innocent III et assiste à la dégradation de son royaume, tiraillé entre les barons indigènes et allemands, les légats pontificaux et les prétendants à la succession des Normands. En 1212, avec la […] Lire la suite

GUELFES & GIBELINS

  • Écrit par 
  • Michel BALARD
  •  • 384 mots

Deux factions dont la lutte anima l'histoire de l'Italie aux xiii e et xiv e  siècles. Leur origine toutefois se situe en Germanie. Guelf (Welf) est le nom de famille des ducs de Bavière dont la puissance féodale est hostile à la maison impériale des Hohenstaufen. Gibelin (Waiblingen, château des Hohenstaufen) est le cri de guerre des impériaux. L'antagonisme se développe lors des luttes pour la […] Lire la suite

HENRI VI (1165-1197) empereur germanique (1190-1197)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 334 mots

À la mort de Frédéric Barberousse, en 1190, son fils Henri, déjà proclamé roi des Romains en 1169 et couronné roi d'Italie en 1186, prend le pouvoir à titre personnel, apparemment sans difficulté, malgré une certaine réticence de la part des princes. D'un tempérament cruel, autoritaire et taciturne, Henri VI ne recule ni devant la séquestration (Richard Cœur de Lion, 1193-1194), ni devant l'assass […] Lire la suite

INTERRÈGNE GRAND (1250-1273)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 424 mots

Quand, en 1250, disparaît l'empereur germanique Frédéric II de Hohenstaufen, il laisse deux fils, Manfred et Conrad, pour hériter de l'Empire et de son royaume sicilien. Le pouvoir des Hohenstaufen sort amoindri de la lutte qu'ils ont soutenue contre la papauté : Guillaume de Hollande est proclamé anti-roi (1248) et, en Sicile, Charles d'Anjou sera couronné roi par le pape en 1266. Conrad IV meurt […] Lire la suite

LOTHAIRE II ou LOTHAIRE III (1075-1137) empereur germanique (1125-1137)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 338 mots

Élu roi de Germanie et empereur germanique en 1125, Lothaire de Supplinburg l'emporta sur les héritiers d'Agnès (sœur du dernier empereur, Henri V, mort sans enfants), c'est-à-dire Frédéric de Hohenstaufen, son fils d'un premier mariage, et Léopold de Babenberg, margrave d'Autriche, son deuxième mari. Pendant le règne de Henri V, qui l'avait fait duc de Saxe en 1106, il avait été le chef du parti […] Lire la suite

MANFRED (1231-1266) roi de Sicile (1258-1266)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARTIN
  •  • 350 mots

Fils de Frédéric II de Hohenstaufen et de Bianca Lancia, Manfred devient à la mort de son père (1250) régent du royaume de Sicile pour son demi-frère Conrad IV. Cultivé, chevaleresque, il bénéficie du soutien de l'aristocratie du royaume et des conseils de son oncle Galvano Lancia, mais doit combattre les prétentions du maréchal Pietro Ruffo, les Allemands de Berthold de Hohenburg et l'hostilité d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Anne BEN KHEMIS, « HOHENSTAUFEN ou STAUFEN LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hohenstaufen-staufen/