CONRAD III (1093-1152) empereur germanique (1138-1152)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Neveu par sa mère du dernier des Saliens, Conrad III était le frère de Frédéric de Hohenstaufen, candidat malheureux, quoique héritier en titre, de la précédente élection. Il fut élu, pour avoir été choisi par le légat du pape en Germanie, l'archevêque de Trèves. Les princes électeurs le préféraient, parce que moins puissant, à Henri le Superbe qui était duc de Bavière, duc de Saxe et possédait les vastes domaines italiens de Mathilde de Toscane. Les grands eussent été à la merci d'un homme si riche, qui était aussi très énergique. Couronné à Aix-la-Chapelle au début de 1138, Conrad, qui tenait son pouvoir de la volonté de l'Église, comme l'avaient souhaité Grégoire VII et ses successeurs, se montra respectueux du concordat de Worms. En assistant à plusieurs élections épiscopales, il les approuvait. Il pensa même aller à Rome réinstaller le pape Eugène III, quand les Romains l'en eurent chassé et que les rois normands de Sicile se faisaient plus pressants dans le sud de l'Italie. En fait il se laissa tenter par l'aventure que représentait la deuxième Croisade, prêchée par Bernard de Clairvaux en 1146, après la chute d'Édesse. Le roi de France Louis VII s'était croisé, le roi de Germanie l'imita, partit le premier mais tomba malade et subit plusieurs revers. Arrivé à Saint-Jean-d'Acre, il ne put obliger son armée à agir avec les troupes des Latins implantés depuis la première Croisade en Terre sainte. Le plus important resta le traité qu'il signa en retournant en Allemagne avec son beau-frère Manuel Comnène, empereur de Byzance, pour reprendre la lutte contre Roger II de Sicile.

En même temps se poursuivait à l'est de l'Elbe la première croisade allemande en terre slave. Le pape Eugène III et Bernard de Clairvaux avaient accepté de considérer qu'il était aussi utile pour la chrétienté d'établir par conquête le christianisme en Europe orientale que de libérer les lieux saints. Ce fut un échec, mais déso [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale de Tunis

Classification


Autres références

«  CONRAD III (1093-1152) empereur germanique (1138-1152)  » est également traité dans :

CROISADES

  • Écrit par 
  • Jean RICHARD
  • , Universalis
  •  • 8 148 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La deuxième croisade »  : […] La deuxième croisade fut provoquée par la chute d'Édesse (1144), qui décida le pape Eugène III à proclamer la croisade en 1146. Saint Bernard prit une part prédominante à la prédication de cette croisade ; le roi Louis VII prit la croix à Vézelay, l'empereur Conrad III à Spire (1147). Leurs deux armées descendirent le Danube, atteignirent Constantinople où l'empereur grec, Manuel Comnène, les acc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croisades/#i_19655

FRÉDÉRIC Ier BARBEROUSSE (1122 env.-1190) empereur germanique (1152-1190)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 1 257 mots

L'une des figures les plus attachantes de l'Empire germanique et de l'histoire du Moyen Âge européen. Frédéric I er Barberousse s'est laissé séduire par l'Italie, comme tous ses prédécesseurs, et s'est efforcé de reconstituer un bloc politique formé de la Lombardie et de l'Allemagne : pourtant il n'a pas compris le mouvement communal, alors très puissant dans la vallée du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-ier-barberousse/#i_19655

HENRI X LE SUPERBE (1100 env.-1139) duc de Bavière (1126-1139)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 326 mots

Fils unique du Welf Henri le Noir, duc de Bavière (mort en 1126), Henri le Superbe échoua dans ses ambitions de prétendant à l'Empire. Son père, en tant que roi de Germanie, avait aidé à l'élection de Lothaire de Supplinburg, duc de Saxe, contre la promesse que son fils épouserait Gertrude, l'unique héritière du duché de Saxe. Devenu gendre de Lothaire III, Henri représente la première fortune de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-x-le-superbe/#i_19655

HOHENSTAUFEN ou STAUFEN LES

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 999 mots
  •  • 1 média

Famille qui règne en Allemagne et en Italie de 1138 à 1250, c'est-à-dire de l'élection de Conrad III à la mort de Frédéric II. Elle joue un rôle considérable en Europe à cette époque, mais ses membres, qui ont souvent été des personnages remarquables, n'ont pu résister aux tendances centrifuges de ce conglomérat de duchés . Les Hohenstaufen héritent du rêve d'un empire unifié, plus ou moins centra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hohenstaufen-staufen/#i_19655

SAINT EMPIRE ROMAIN GERMANIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 472 mots

962 Otton I er , vainqueur des Hongrois en 955, reçoit du pape Jean XII la couronne impériale à Rome (2 février). 972 Mariage de Théophano de Byzance et du futur Otton II (973-983), fils d'Otton I er . 1024 Mort d'Henri II (1002-1024). Succession difficile de Conrad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-empire-romain-germanique-reperes-chronologiques/#i_19655

Pour citer l’article

Anne BEN KHEMIS, « CONRAD III (1093-1152) - empereur germanique (1138-1152) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/conrad-iii/