Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

WEYL HERMANN (1885-1955)

La caractéristique la plus surprenante de l'œuvre de Weyl est son extraordinaire diversité et, malgré les brusques passages d'un domaine de recherche à un autre qui jalonnent sa vie, son influence fut grande.

« Son œuvre, écrivent C. Chevalley et A. Weil, a grandement contribué à ce changement de vision qui a fait passer de la mathématique classique, fondée sur le nombre réel, à la mathématique moderne, fondée sur la notion de structure. L'emploi systématique et tout abstrait du revêtement universel, la notion de variété analytique complexe, l'emploi courant et la popularisation, jusque parmi les physiciens, de l'algèbre vectorielle et du concept de représentation d'un groupe, tout cela vient avant tout de lui. »

Éléments biographiques

Hermann Weyl est né le 9 novembre 1885 dans la petite ville d'Elmshorn, près de Hambourg. À l'âge de dix-huit ans, il s'inscrit à l'université de Göttingen où il restera (à l'exception d'une année passée à Munich) comme étudiant, puis comme professeur, jusqu'en 1913 ; la présence de F. Klein, de D. Hilbert et de H. Minkowski fait alors de Göttingen l'un des plus grands centres mathématiques du monde. En 1913, Weyl est nommé professeur à Zurich ; il ne quittera cette ville que pour revenir à Göttingen en 1930 occuper la chaire de Hilbert. Mais son séjour est de courte durée, car, en 1933, devant la montée du nazisme et les persécutions dont les professeurs étaient l'objet, il quitte l'Allemagne et accepte un poste de membre permanent à l'Institute for Advanced Study de Princeton (New Jersey). Il meurt d'une crise cardiaque à Zurich le 8 décembre 1955.

H. Weyl a publié plus de cent cinquante livres et articles et il est hors de question ici même de mentionner tous les sujets auxquels il s'est intéressé ; on se contentera de citer ses travaux les plus importants.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences honoraire à l'université de Paris-VII

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANALYSE MATHÉMATIQUE

    • Écrit par Jean DIEUDONNÉ
    • 8 527 mots
    ...ainsi que l'on s'en est peu à peu aperçu, jouent un rôle capital dans pratiquement toutes les parties des mathématiques. Avec les mémoires célèbres de H.  Weyl en 1925 commence la théorie des groupes de Lie sous leur aspect global, développée ensuite par É. Cartan lui-même et une pléiade de mathématiciens...
  • CHAMPS THÉORIE DES

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 4 463 mots
    • 1 média
    ...Emmy Noether (1882-1935), reliant l'existence d'une quantité conservée à l'invariance de la théorie par rapport à une transformation continue. En 1919, Hermann Weyl (1885-1955) reconnaissait la conservation de la charge électrique comme la manifestation de l'invariance des lois physiques lorsqu'on fait...
  • CHROMODYNAMIQUE QUANTIQUE

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 6 420 mots
    • 6 médias
    ...transformation. L’exemple le plus connu est la conservation de l’énergie dans une théorie invariante par translation dans le temps. Dans les années 1920, Hermann Weyl (1885-1955) applique cette idée à la conservation de la  charge électrique dans le cadre de la nouvelle théorie quantique de l’électromagnétisme,...
  • DÉRIVÉES PARTIELLES (ÉQUATIONS AUX) - Théorie linéaire

    • Écrit par Martin ZERNER
    • 5 367 mots
    À la suite d'une série de travaux dont les premiers sont dus à Hermann Weyl, la partie principale de N(r) est connue pour des problèmes elliptiques très généraux.
  • Afficher les 10 références

Voir aussi