HELMHOLTZ HERMANN LUDWIG FERDINAND VON (1821-1894)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Hermann Ludwig Ferdinand von Helmholtz

Hermann Ludwig Ferdinand von Helmholtz
Crédits : Hulton Getty

photographie

Julius von Mayer

Julius von Mayer
Crédits : Hulton Getty

photographie


Physiologie

C'est bien le désir de s'opposer aux réminiscences vitalistes de ses maîtres en biologie comme J. Müller, autant que la volonté d'approfondir la question du perpetuum mobile à l'arrière-plan, qui, de son propre aveu, guida Helmholtz dans ses premiers travaux de physiologie. Son mémoire de 1845 sur la consommation de matière dans l'action musculaire (Über die Stoffverbräuche in der Muskelaktion) rend compte d'études expérimentales sur la notion de chaleur animale par l'analyse de la respiration et de la digestion. C'est sous cet angle également qu'il faut considérer les travaux qui font de lui le père de la neurophysiologie. Il en a établi la base histologique en découvrant au microscope la relation entre cellules et fibres nerveuses, qui fait l'objet de sa thèse de doctorat en médecine : De fabrica systematis nervosi evertebratorum. En 1852, après trois années de recherches, il mit au point une méthode pour calculer la vitesse de propagation de l'influx nerveux, ce qui lui vaudra pour la première fois la considération de l'Académie de Paris.

Ces préoccupations, liées à ses convictions empiristes, l'amenèrent à s'intéresser à l'analyse des faits de perception. Sa thèse d'habilitation porte déjà pour titre : Über die Natur der menschlichen Sinnesempfindungen (Sur la nature des sensations humaines). Ce domaine se trouvait au croisement de plusieurs disciplines et l'on comprend que la multiplicité de ses talents lui permit d'y exceller. En inventant en 1852 l'ophtalmoscope, il fit faire de remarquables progrès à la thérapeutique de l'œil et se donna par ailleurs les moyens expérimentaux de développer l'« optique physiologique » ; l'ouvrage qui porte ce titre et qu'il publia à partir de 1856 est sans doute la base de cette discipline. Calculant à l'aide de l'ophtalmomètre les différents rayons de courbure des membranes de l'œil, il clarifia les intuitions de J. Scheiner sur le phénomène de l'accommodation, expliqua la vision binoculaire et, surtout, discuta les problèmes de la vision colorée. Sous ce rapport, en opp [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  HELMHOLTZ HERMANN LUDWIG FERDINAND VON (1821-1894)  » est également traité dans :

AUDITION - Acoustique physiologique

  • Écrit par 
  • Pierre BONFILS, 
  • Yves GALIFRET, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 14 763 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'hypothèse de la résonance »  : […] L'hypothèse de la résonance a acquis son statut scientifique lorsqu'elle a bénéficié de l'autorité de Helmholtz . Elle est fondée sur la géométrie de la membrane basilaire. Alors que le diamètre de la cochlée diminue de la base (2 mm) au sommet (1 mm), la membrane basilaire présente une variation inverse : elle est large de 0,1 mm à la base et de 0,5 mm à l'apex, pour une longueur de 34 mm (chez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/audition-acoustique-physiologique/#i_1883

ÉLECTROPHORÈSE

  • Écrit par 
  • Jean GUASTALLA, 
  • Jean MORETTI, 
  • Jean SALVINIEN
  •  • 4 734 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Principe de l'électrophorèse »  : […] L'électrophorèse suppose tout d'abord que la macromolécule ou la particule en cause possède une charge électrique. Dans le cas des macromolécules ionisables, l'origine de la charge électrique est évidente, mais, d'une façon plus générale, la surface d'un solide acquiert le plus souvent une charge électrique au contact de certains liquides qui favorisent l'ionisation. Ainsi, la surface de la silice […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrophorese/#i_1883

ÉNERGIE - La notion

  • Écrit par 
  • Julien BOK
  •  • 7 639 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Conservation de l'énergie totale »  : […] En rassemblant les définitions, on est conduit à écrire la relation : sous la forme synthétique d E c  +  d χ +  d Ψ = 0, qui exprime la conservation de l'énergie mécanique totale, somme de l'énergie cinétique E c , de l'énergie potentielle interne χ et de l'énergie potentielle dans le cha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/energie-la-notion/#i_1883

LIE SOPHUS (1842-1899)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 1 333 mots

Dans le chapitre « L'œuvre de Lie »  : […] La vocation mathématique de Sophus Lie, né à Nordfjordeid en 1842, ne se révéla qu'assez tard, à la lecture en 1865 des travaux de Julius Plücker sur les complexes de droites. Sa rencontre à Berlin avec le jeune Félix Klein (1849-1925), en 1869, allait être le début d'une longue et fructueuse amitié. Les deux mathématiciens viennent à Paris et découvrent les travaux de Galois et de Jordan qui all […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophus-lie/#i_1883

PARTCH HARRY (1901-1976)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 023 mots

Au début du xx e  siècle, quelques compositeurs américains vont tenter de s'affranchir de l'influence de la tradition européenne en remettant en question le matériau sonore et en créant un univers musical inouï. Carl Ruggles (1876-1971), Henry Cowell (1897-1965), George Antheil (1900-1959) ou Harry Partch, dont les traits communs sont l'éclectisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harry-partch/#i_1883

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 642 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le divorce de la science et de la philosophie »  : […] Cet édifice harmonieux commence à se lézarder avec Galilée et Newton et le développement de la science expérimentale. La physique se sépare de la métaphysique, et conquiert son autonomie. Dès lors, l'éloignement de la science et de la philosophie ira croissant. Les philosophes auront bien sûr leur part de responsabilité dans cette évolution, et, s'il fallait n'en retenir qu'un seul, ce serait cert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_1883

SONS - Production et propagation des sons

  • Écrit par 
  • Michel BRUNEAU, 
  • André DIDIER, 
  • Jean-Claude RISSET
  •  • 13 384 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre «  Historique »  : […] L'intérêt porté par l'homme aux phénomènes sonores remonte à la nuit des temps, mais cet intérêt ne fut pas dès l'origine d'ordre scientifique. Les premières recherches concernant les phénomènes sonores datent du vi e  siècle avant l'ère chrétienne, époque à laquelle l'école pythagoricienne se pencha sur le fonctionnement des cordes vibrantes et c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sons-production-et-propagation-des-sons/#i_1883

VENTS

  • Écrit par 
  • Jean BESSEMOULIN, 
  • René CHABOUD, 
  • Jean-Pierre LABARTHE
  •  • 6 207 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Les vents dominants à la surface de la planète »  : […] À l'échelle planétaire, des courants aériens permanents assurent une redistribution de la chaleur entre les pôles et l'équateur. Ce sont de grands vents réguliers, des « vents dominants ». En 1686, l'astronome anglais Edmund Halley publia la première carte météorologique expliquant la circulation des vents à l'échelle du globe. Sans en comprendre parfaitement tous les mécanismes, il décrivit avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vents/#i_1883

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis BRETEAU, « HELMHOLTZ HERMANN LUDWIG FERDINAND VON - (1821-1894) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-ludwig-ferdinand-von-helmholtz/