Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HERCYNIENS MASSIFS ou MASSIFS VARISQUES

Les faisceaux plissés nés de l'orogenèse alpine forment en Europe des chaînes de montagnes aux sens structural et morphologique. Cette continuité, cette unité de relief et d'affleurement, se retrouvent en plus usé, en plus émoussé, mais aussi en plus vaste, dans la chaîne calédonienne scandinave et l'Oural. Rien de tel pour l'édifice orogénique varisque (ou hercynien) d'Europe occidentale. À ne considérer que la géographie physique, il n'y a pas de « chaîne » hercynienne : il n'y a que des « massifs » hercyniens. Chacun pour son compte, ils émergent de la couverture secondaire et tertiaire en rendant difficile toute reconstitution exacte du plan d'ensemble. Ce que ces massifs peuvent avoir actuellement de relief ne doit du reste rien au soulèvement orogénique initial. Dès la fin des temps primaires, tout était arasé, aplani, nivelé. Un même gondolement épirogénique lent et persistant, encore en cours aujourd'hui, a bombé tardivement les massifs et creusé les bassins sédimentaires qui les séparent. Le modelé en découle : pénéplaines exhumées, gradins d'érosion et monadnocks, reliefs résiduels arrondis, gorges où la vive attaque quaternaire a buriné en creux un relief rocheux jeune, s'accompagnant quelquefois d'un début de sculpture appalachienne généralisée, aux dépens des plateaux limitrophes.

Le tableau, assez négatif, serait incomplet si l'on ne rappelait que, dans le sud et le sud-est de l'Europe, le bâti varisque a été bouleversé par l'orogenèse alpine, qui s'y est superposée, et n'est plus identifiable que sous forme de noyaux ou de fragments plus ou moins remaniés jusque dans leur substance (la zone axiale pyrénéenne constituant cependant un cas privilégié). Il faut de plus avouer notre relative ignorance de ce qui est actuellement le tout proche Atlantique (bien qu'il ne manque pas de solutions hypothétiques, faisant intervenir des boucles, des rotations et des coulissements de compartiments).

On notera enfin que la seule région où le bâti varisque affleure sur une étendue un peu vaste et continue, à savoir la Meseta ibérique, demeura longtemps l'une des plus fragmentairement analysées.

Ce qui précède explique et justifie l'accent mis traditionnellement sur la notion de massifs hercyniens, étudiés nécessairement en ordre dispersé.

Ambiguïté du terme « hercynien »

Le vocable « hercynien » est la transposition française de l'adjectif allemand herzynisch, créé au début du xixe siècle par Leopold von Buch dans un sens bien précis, trop souvent méconnu en France. Dans un contexte faisant jouer, à tort ou à raison, un rôle capital à l'aspect directionnel des structures, il s'agissait de qualifier la direction d'allongement du môle du Harz, et en général de tout relief ou accident tectonique ayant cette même direction ouest-nord-ouest - est-sud-est, quel que soit son âge. Or le Harz, ainsi défini par son contour enveloppe, est un horst issu de la « tectonique saxonne », mésozoïque et tertiaire, essentiellement cassante et radiale, presque sans aucun rapport avec les plis et les structures internes des compartiments. Il est regrettable que Marcel Bertrand ait introduit en France le terme d'orogenèse et de chaîne « hercyniennes » pour désigner ce qu'Eduard Suess avait clairement défini du nom de varisque, c'est-à-dire l'ensemble des déformations survenues au Paléozoïque supérieur (plus exactement du Dévonien moyen au Permien inclus). Il existe en Allemagne une phase tectonique dite « subhercynienne », mais elle désigne des mouvements intrasénoniens localisés notamment, avec forte discordance angulaire, en contrebas et au nord - nord-est du Harz.

Les massifs hercyniens d' Europe centre-occidentale ont joué un rôle capital dans l'histoire en tant que[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Zones structurales varisques en Europe - crédits : Encyclopædia Universalis France

Zones structurales varisques en Europe

Ardenne : structure géologique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Ardenne : structure géologique

Ardenne : vallée de la Meuse - crédits : Encyclopædia Universalis France

Ardenne : vallée de la Meuse

Autres références

  • ALLEMAGNE (Géographie) - Aspects naturels et héritages

    • Écrit par François REITEL
    • 8 281 mots
    • 6 médias
    ...Il s'agit de l'Allemagne moyenne, située entre l'Allemagne alpine et la plaine du Nord, les délimitations nettes n'étant pas toujours faciles à établir. Les influences hercyniennes prévalent, c'est-à-dire plissements prétriasiques, massifs cristallins et métamorphisés, faibles couvertures sédimentaires,...
  • BERG

    • Écrit par Pierre RIQUET
    • 684 mots

    En allemand, le mot Berg signifie tout à la fois la montagne et la mine, et l'association n'est pas fortuite. Il s'agit moins de la haute montagne, où l'on reconnaît plutôt des massifs (Gebirge) et des crêtes qui s'attirent les noms de Spitze, Stein, Kopf, que...

  • EUROPE - Géologie

    • Écrit par Jean AUBOUIN, Pierre RAT
    • 10 020 mots
    • 6 médias
    L'Europehercynienne forme la plupart des massifs anciens de l'Europe centrale et de l'Europe occidentale : ceux-ci sont isolés les uns des autres par des bassins sédimentaires mésozoïques et cénozoïques ou par des fossés cénozoïques liés à l'orogenèse alpine. Par conséquent, à la différence de l'Europe...
  • FRANCE (Le territoire et les hommes) - Géologie

    • Écrit par Jean AUBOUIN, Jean COGNÉ, Michel DURAND-DELGA, François ELLENBERGER, Jean-Paul von ELLER, Jean GOGUEL, Charles POMEROL, Maurice ROQUES, Étienne WINNOCK
    • 16 692 mots
    • 24 médias
    Le Massif central français est un fragment de lachaîne hercynienne dont le plissement se situe vers la fin du Paléozoïque. Ce massif n'apparaît cependant pas sur une carte comme une chaîne linéaire, mais, selon l'expression des géographes, comme un « plateau central » d'une largeur de 300 kilomètres...
  • Afficher les 8 références

Voir aussi