HERCYNIENS MASSIFS ou MASSIFS VARISQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un massif hercynien privilégié : l'Ardenne

Bien connue, grâce à la coupe transversale de la Meuse, à l'exploration du bassin houiller franco-belge, aux profils de sismique-réflexion et aux forages profonds, l'Ardenne est, à divers égards, un massif hercynien privilégié, du moins aux yeux des géologues et géographes de langue française. La stratigraphie du Dévonien et du Carbonifère y a été étudiée dans les moindres détails, ainsi que celle du Cambro-Silurien des massifs de Rocroi-Stavelot, du Condroz, du Brabant, etc. ; ce Cambro-Silurien a subi l'orogenèse calédonienne et joue le rôle d'un étage structural inférieur, recouvert en transgression par le Dévonien, modèle classique de tectonique superposée.

Les figures résument les grandes lignes de la structure de l'Ardenne. On doit rappeler la situation tout à fait externe de ce massif, au front de la chaîne hercynienne. Cette situation est reflétée par les faciès sédimentaires. Le Dévonien est réduit, et incomplet par la base, au nord de l'ancienne cicatrice ou flexure limite du Condroz ; passé cette limite (bassin de Dinant), il est brusquement complet mais encore avec des influences continentales. Il ne prend tout son développement, avec un Dévonien inférieur extrêmement puissant plus ou moins géosynclinal, que dans le synclinorium de Neufchâteau-Eifel. Vers la fin du Dévonien et surtout au Dinantien (calcaire carbonifère), l'Ardenne tend à basculer autour d'un axe transverse méridien avec déclenchement de vastes glissements sédimentaires sous-marins (brèches viséennes). Le Namurien et le Westphalien inférieur (et sans doute moyen) semblent avoir couvert uniformément, en concordance, tout le nord de l'Ardenne, le plissement débutant très progressivement et se développant peu à peu, du sud vers le nord, tandis que le Houiller productif continuait à se déposer dans l'actuel bassin houiller (dont les limites sont uniquement dues aujourd'hui à la tectonique ultérieure et à l'érosion).

Ardenne : structure géologique

Dessin : Ardenne : structure géologique

Structure géologique de l'Ardenne et du massif schisteux rhénan 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ardenne : vallée de la Meuse

Dessin : Ardenne : vallée de la Meuse

Coupe de l'Ardenne selon la vallée de la Meuse 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

On peut résumer schématiquement la tectonique comme suit :

– Une phase, progressive et continue, de plissement, débutant, comme on l'a déjà mentionné, sous la surcharge de toute la masse sédimentaire, fait naître des plis, tantôt amples (zone anticlinoriale Rocroi-Stavelot), tantôt plus serrés (bassins de Dinant et de Namur), plis déjetés souvent au nord et parfois au sud. Mais, dès ce moment, la zone suturale du Condroz est privilégiée : tout au long de son bord nord, il se forme, à ce qu'il semble partout (de Liège au Boulonnais), un ou plusieurs plis couchés souples d'amplitude plurikilométrique, à flanc inverse non étiré.

– L'érosion ayant déjà fortement affecté l'ensemble de la région, mais surtout l'Ardenne, les compressions tangentielles engendrent alors, dans le bassin houiller de Namur, des cisaillements quasi instantanés en forme de cuillères subhorizontales (« failles listriques » ou « failles de charriage »). Avec des déplacements vers le nord, d'échelle tantôt hectométrique, tantôt plurikilométrique, ces cisaillements plats sectionnent net les plis existants ; très localement, ils seront à leur tour plissés par la continuation ultime du plissement lent de l'autochtone sous-jacent (région de Liège, Ruhr). Cette remarquable tectonique tangentielle affectant le Houiller a été décrite d'abord en Belgique, notamment par P. Fourmarier (mais soupçonnée dès le début du xixe siècle), puis, depuis 1945, en France. Elle est probablement la conséquence de l'avancée globale de l'Ardenne sur le bassin de Namur, selon la surface de charriage cisaillant supérieure et principale, dite faille eifélienne, du Condroz ou du Midi. Le resserrement total pourrait dépasser 35 kilomètres : fenêtre de Theux, mesures sur les coupes sériées du bassin houiller. Les tentatives que font certains auteurs de minimiser les charriages, ou d'y voir la conséquence de la seule gravité, ne sont pas convaincantes. On ignore cependant le sort des surfaces de charriage à l'arrière et en profondeur ; la solution la plus audacieuse mais la plus simple serait peut-être de les faire se réunir en une seule grande surface de discontinuité subhorizontale profonde, d'où remonteraient vers le haut, par décomposition du mouvement tangentiel, des surfaces annexes de glissement cisaillant, surfaces décrites effectivement de loin en loin vers l'arrière, jusque dans le sud de l'Ardenne.

Bassin houiller franco-belge

Dessin : Bassin houiller franco-belge

Coupe au travers du bassin houiller franco-belge (région de Mons) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

D'ingénieuses études ont permis de relier à l'évolution tectonique ci- [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Zones structurales varisques en Europe

Zones structurales varisques en Europe
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Ardenne : structure géologique

Ardenne : structure géologique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Ardenne : vallée de la Meuse

Ardenne : vallée de la Meuse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Bassin houiller franco-belge

Bassin houiller franco-belge
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  HERCYNIENS MASSIFS ou MASSIFS VARISQUES  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Géographie) - Aspects naturels et héritages

  • Écrit par 
  • François REITEL
  •  • 8 234 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'Allemagne hercynienne : Mittelgebirge, bassins et vallées »  : […] Il s'agit de l'Allemagne moyenne, située entre l'Allemagne alpine et la plaine du Nord, les délimitations nettes n'étant pas toujours faciles à établir. Les influences hercyniennes prévalent, c'est-à-dire plissements prétriasiques, massifs cristallins et métamorphisés, faibles couvertures sédimentaires, volcanisme en relation avec la fracture des massifs anciens. Cette partie de l'Allemagne est c […] Lire la suite

BERG

  • Écrit par 
  • Pierre RIQUET
  •  • 685 mots

En allemand, le mot Berg signifie tout à la fois la montagne et la mine, et l'association n'est pas fortuite. Il s'agit moins de la haute montagne, où l'on reconnaît plutôt des massifs ( Gebirge ) et des crêtes qui s'attirent les noms de Spitze , Stein , Kopf , que de la moyenne montagne, tel le massif volcanique du Vogelsberg, les plateaux fortement disséqués, comme les Keuperberge du bassin de […] Lire la suite

EUROPE - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Pierre RAT
  •  • 10 015 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'Europe hercynienne »  : […] Tirant son nom du massif du Harz, en Allemagne, l'Europe hercynienne résulte du cycle hercynien (ou varisque) développé de 400 à 240 Ma et marqué par différentes périodes orogéniques dont celle qui est dite palatine – du Palatinat, en Allemagne – est la dernière. À la suite de cette orogenèse, l'ensemble des continents furent soudés en une masse unique, la Pangée , ce qui, pour l'Europe, signifie […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean COGNÉ, 
  • Michel DURAND-DELGA, 
  • François ELLENBERGER, 
  • Jean-Paul von ELLER, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Charles POMEROL, 
  • Maurice ROQUES, 
  • Étienne WINNOCK
  •  • 16 657 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre «  Vosges et fossé rhénan »  : […] À l'échelle de l'Europe, il convient de réunir Vosges et Forêt-Noire en un seul môle qui s'intègre, avec quelques autres massifs de moindre importance, au socle rhénan, lui-même considéré comme un jalon érodé de la chaîne hercynienne entre le massif bohémien à l'est et le Massif central, suivi du Massif armoricain, à l'ouest. À l'échelle de la France, les Vosges représentent un massif montagneux […] Lire la suite

MASSIF CENTRAL

  • Écrit par 
  • André FEL
  • , Universalis
  •  • 3 208 mots

Dans le chapitre « Un massif hercynien original »  : […] Le Massif central est un fragment géologique de la vieille chaîne hercynienne, au même titre que le Massif armoricain, les Vosges, le Massif schisteux rhénan. Il a participé au même plissement à la fin de l'ère primaire : c'est au Carbonifère que se forment les dépressions houillères entre de hautes montagnes. L'ensemble fut nivelé ensuite par différentes surfaces d'érosion ou pénéplaines. Les pr […] Lire la suite

PYRÉNÉES

  • Écrit par 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Raymond MIROUSE, 
  • Georges VIERS
  •  • 6 908 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Histoire anté-alpine »  : […] L'analyse structurale et la pétrologie ont permis de déceler dans certaines culminations métamorphiques de la zone axiale et du domaine nord-pyrénéen la présence de vestiges du Précambrien. Ainsi ont été mis en évidence – ce qu'ont localement confirmé des datations radiométriques – des granites et des structures tectoniques antépaléozoïques, au sein de segments d'un vieux socle repris par les déf […] Lire la suite

SIBÉRIE

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 14 142 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Plissements hercyniens du sud de la Sibérie »  : […] Les plissements hercyniens du sud de la Sibérie forment un arc bifide vers l'ouest ( Altaï- Kazakhstan et Tian-Chan) et un arc simple vers l'est (Transbaïkalie- Amour). La branche occidentale est comprise entre les Calédonides et le massif précambrien du Tarim. Dans le Tian-Chan septentrional et l'ouest du Kazakhstan, on trouve une succession qui débute par de l'Archéen et du Protérozoïque métamor […] Lire la suite

VARISQUES CHAÎNES ou CHAÎNES HERCYNIENNES

  • Écrit par 
  • Geneviève TERMIER, 
  • Henri TERMIER
  • , Universalis
  •  • 1 290 mots
  •  • 3 médias

Le terme « varisque », proposé par le géologue autrichien Eduard Suess en 1887 pour décrire une chaîne de montagnes d'âge pré-permien qui traverse l'Europe, est emprunté au nom latin des habitants de l'actuel Vogtland, situé dans le Fichtelgebirge, en Bavière, et dont la ville principale, Hof, se nommait Curia Variscorum . Un an après Suess, le géologue français Marcel Bertrand employait le terme […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François ELLENBERGER, « HERCYNIENS MASSIFS ou MASSIFS VARISQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hercyniens-massifs-varisques/