GRIEG EDVARD (1843-1907)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La popularité dont jouit Edvard Grieg repose sur quelques-unes seulement de ses œuvres, reléguant ainsi dans l'ombre le reste d'un catalogue pourtant tout à fait remarquable. Le Concerto pour piano et quelques Pièces lyriques ont empêché le public d'apprécier les autres compositions pour piano, à commencer par des cycles inspirés de la musique populaire norvégienne, d'une étonnante modernité. Les deux suites de Peer Gynt ont occulté les trésors d'invention et de fraîcheur que contient l'ensemble de la partition, et la Chanson de Solveig a dérobé à nos yeux les extraordinaires lieder, sans doute le trésor réel de l'œuvre de Grieg, longtemps ignoré des chanteurs et du public. Le vrai Grieg attend toujours sa renaissance.

Grieg

Grieg

Photographie

Le compositeur norvégien Edvard Grieg (1843-1907), vers 1890. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Un Norvégien de troisième génération

Celui qui devint le symbole même de l'art national norvégien n'est qu'un arrière-petit-fils d'immigré. L'Écossais Alexandre Greig s'établit à Bergen dans les années soixante du xviiie siècle. Son petit-fils, Alexandre comme lui, mais déjà Grieg, épousa Mlle Gesine Judith Hagerup, fille d'un notable norvégien. Contrairement à une mystérieuse « tradition », Edvard – né le 15 juin 1843, quatrième de cinq enfants – n'a jamais porté le nom de jeune fille de sa mère. Cette dernière est son premier professeur de piano. Les gammes intéressent moins le jeune Edvard que les exercices d'harmonie : « le monde de mes rêves », dira-t-il plus tard. Sous l'influence d'un personnage illustre de la « renaissance » norvégienne, le violoniste et compositeur Ole Bull, les Grieg décident en 1858 d'envoyer Edvard à Leipzig, au conservatoire le plus célèbre d'Europe. Le jeune homme haïra cet endroit de toute son âme et prétendra n'y avoir rien appris. En vérité, il y reçut une formation solide, quoique conservatrice, découvrit Schumann, dont il restera un fervent admirateur, et s'imprégna de l'air du temps. C'est au Conservatoire qu'il joue en public ses premières œuvres, très schum [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRIEG EDVARD (1843-1907)  » est également traité dans :

LYRISME MUSICAL

  • Écrit par 
  • Étienne SOURIAU
  •  • 2 856 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Réalité du fait lyrique »  : […] Tout ce qui précède, c'est-à-dire les arguments des objectivistes antilyriques, doit être pris en très sérieuse considération. Cela prouve d'abord qu'il n'est pas vrai que toute musique soit lyrique ; ensuite, c'est un avertissement pour éviter de tomber dans les excès du sentimentalisme béotien, et pour porter attention aux qualités propres de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme-musical/#i_12164

Voir aussi

Pour citer l’article

Piotr KAMINSKI, « GRIEG EDVARD - (1843-1907) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edvard-grieg/