FOCILLON HENRI (1881-1943)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre historique

On ne trouve de véritable application de cette pensée que dans quelques articles de Focillon (« Généalogie de l'unique », 1937 ; « Les Sciences sociales en France », 1937 ; introduction au livre posthume Survivances et réveils, 1943) ; mais la méthode et les principes sur lesquels elle était fondée sous-entendaient tout son enseignement et son œuvre d'historien. Celle-ci est très vaste, embrasse plusieurs civilisations, va du haut Moyen Âge jusqu'à l'époque contemporaine ; pourtant, l'essentiel de ses écrits concerne l'art occidental du Moyen Âge, le xviiie et le xixe siècle européen.

L'histoire de la gravure intéressa tout particulièrement Focillon : son dernier article présentait un graveur américain, Brenson, et sa première étude, en 1906, était consacrée à la lithographie du xixe siècle ; deux ouvrages importent surtout, dans ce domaine : sa thèse de doctorat sur Giovanni Battista Piranesi (1918) et le volume Les Maîtres de l'estampe (1930). D'une certaine manière, toute la méditation de Focillon sur l'art fut dominée par son amour pour la gravure, et en particulier l'eau-forte, « où il voyait un moyen particulièrement apte à faire apparaître le contact entre l'esprit et la matière, la sensibilité et la technique », le domaine où les contraintes du métier laissaient mieux transparaître l'apport personnel de l'artiste. Mais son Piranèse est, en même temps, une étude de la société italienne et romaine au xviiie siècle, fond sur lequel l'artiste se détache par contraste, comme s'il était étranger à ce temps ; et l'influence de ce « visionnaire » ne se propage pas en lignes droites, elle agit par secousses, grâce aux affinités qui défient l'histoire conçue comme un développement continu et uniforme. En fait, les fondements de la Vie des formes sont déjà posés dans ce livre.

Des nombreuses études sur l'art du xixe siècle, on retiendra surtout les deux volumes sur La Peinture aux XIXe et XXe siècles (1927-1928). Le xixe siècle était pour Focillon le « grand siècle », celui dont les mouvements intellectuels et artistiques apportèrent à l'histoire les enrichissements essentiels. Le livre est « engagé », en quelque sorte, par la conviction de l'auteur à affirmer ses préférences idéologiques ou esthétiques. Ce fut, en langue française, la première synthèse de la peinture européenne moderne ; peut-être ne fut-elle pas dépassée. Sur le plan de la méthode, toutes les divergences et les convergences entre la « vie des formes » et les courants de l'évolution sociale ou intellectuelle se dessinent clairement, la peinture n'illustrant pas le siècle, mais apparaissant comme une forme qui, parmi d'autres, l'anime et lui « donne forme ».

Mais c'est à l'art médiéval que Focillon a réservé, pendant les vingt dernières années de sa vie, les réflexions les plus fécondes. Il renouvela les méthodes françaises d'étude de l'art roman par son Art des sculpteurs romans (1932), en dépassant les considérations archéologiques sur la chronologie, les filiations et l'iconographie, par les définitions formelles du style et de son équilibre instable. La notion de « stylistique monumentale » (à laquelle Jurgis Baltrušaitis ajoutait, au même moment, la notion de « stylistique ornementale ») détermine un système formel dont on peut étudier les origines, la formation, la maturité et le déclin. Focillon entreprit, en 1934, avec ses élèves, une vaste enquête sur la sculpture romane ; mais la guerre empêcha la poursuite de ce travail. L'architecture gothique, à laquelle il réservait une place importante dans son enseignement, ne lui fournit que la matière de quelques articles (tel « Le Problème de l'ogive », 1935) ; ce fut pourtant le domaine privilégié de sa démonstration méthodologique, unissant dans la même recherche les problèmes matériels (structure), formels (masses et effets) et historiques (« métamorphoses »). La dernière grande synthèse de Focillon fut son Art d'Occident (1938). Embrassant cinq siècles d'histoire, cherchant à définir la cohérence de la notion d'Occident et à décrire la diversité des milieux géographiques et la richesse de variations successives, Focillon y démontrait une fois de plus que l'art est un « monde cohérent et actif », animé surtout par son propre mouvement, auquel l'histoire politique ou sociale sert seulement de cadre ou de référence. À beaucoup d'égards, l'art définit le plus fortement [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  FOCILLON HENRI (1881-1943)  » est également traité dans :

VIE DES FORMES, Henri Focillon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annamaria DUCCI
  •  • 1 344 mots

Vie des formes est sans doute l'ouvrage le plus connu d'Henri Focillon (1881-1943). Publié à Paris en 1934, il avait été précédé par deux conférences prononcées en 1933 sur le même sujet. Il s'inscrit dans le droit fil des recherches consacrées aux lois qui gouvernent la composition des sculptu […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Dans le chapitre « Une problématique originale »  : […] Sensible à l'importance de toutes ces orientations et soucieux de les faire converger en une enquête cohérente, Focillon, dans la Vie des formes (Paris, 1934), rappelait éloquemment que « l'œuvre d'art n'existe qu'en tant que forme », mais que, d'autre part, la forme tend toujours à signifier autre chose et plus qu'elle-même. Il se trouvait ainsi formuler l'essentiel d'une problématique qui n'a c […] Lire la suite

BONY JEAN (1909-1995)

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 944 mots

Historien français de l'art et de l'architecture du Moyen Âge. Pour le public cultivé, Jean Bony restera l'auteur de la synthèse magistrale sur l' Architecture gothique en France aux XII e et XIII e  siècles , qu'il écrivit en anglais et que publia l'université de Berkeley en 1983. Jean Bony est né à Paris. Après avoir suivi les cours de Henri Focillon, il continue une carrière à l'étranger, d'ab […] Lire la suite

ESPACE, architecture et esthétique

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY, 
  • Jean GUIRAUD
  • , Universalis
  •  • 12 326 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'architecture comme art de l'espace »  : […] Faisant écho aux travaux de langue allemande, Henri Focillon donnait, dès la Vie des formes (1943), une formulation simplifiée mais éloquente de l'espace : « L'espace est le lieu de l'œuvre d'art ; [celle-ci] le définit et [...] le crée tel qu'il lui est nécessaire », et le privilège de l'architecture tient à ce que « les trois dimensions ne sont pas seulement [son] lieu [...] , [mais aussi sa] […] Lire la suite

FORMALISME (arts)

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 870 mots

Dans le chapitre « Diffusion du formalisme »  : […] En France, le formalisme a suivi une tout autre ligne de développement. Il prend la forme d'une « grammaire » systématisée des arts décoratifs et du dessin chez le théoricien de l'art Charles Blanc (1813-1882). La célèbre formule manifeste du peintre nabi Maurice Denis (1890) – « Se rappeler qu'un tableau, avant d'être un cheval de bataille, une femme nue, ou une quelconque anecdote, est essentie […] Lire la suite

GRODECKI LOUIS (1910-1982)

  • Écrit par 
  • Jacques HENRIET
  •  • 999 mots

L’historien d'art, Louis Grodecki eut deux maîtres, Henri Focillon et Erwin Panofski ; il fut l'élève du premier à partir de 1929, peu de temps après son arrivée en France – il était né à Varsovie en 1910 et devait être naturalisé français en 1935 – et rencontra beaucoup plus tard (en 1949) le second, à l'Institute for Advanced Study de Princeton. L'admirable exposition de 1953, Vitraux de France […] Lire la suite

PEINTURE - Les techniques

  • Écrit par 
  • Marie MATHELIN, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Jean RUDEL, 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 13 208 mots
  •  • 12 médias

Il existe une technique de la peinture, dans la mesure où l'on utilise certains types de matériaux associés dans un rapport exact d'interdépendance. L'expression « technique de la peinture » peut néanmoins prêter à confusion, car elle désigne à la fois la pratique des matériaux utilisés et le faire de l'artiste – expression matérielle propre à sa création. Par exemple, la technique de Rembrandt ne […] Lire la suite

REPRODUCTION DES ŒUVRES D'ART - Copie et reproduction depuis la Renaissance

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 3 632 mots

Dans le chapitre « L'œuvre photographiée »  : […] Quel que soit l'écart entre un original et son image imprimée, on ne peut méconnaître l'inépuisable utilité documentaire des reproductions, particulièrement depuis l'apparition des procédés photomécaniques. André Malraux note justement que « l'histoire de l'art depuis cent ans [...] est l'histoire de ce qui est photographiable ». Omniprésente et protéiforme, l'image photographique est devenue l'i […] Lire la suite

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 520 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les voies du renouvellement »  : […] Les conditions de la disparition de l'art roman retiennent aujourd'hui autant l'attention que naguère le problème de ses origines. On pourrait croire, à considérer le plan suivi jusqu'ici, que la dernière phase du style sera envisagée comme un déclin. La réalité est différente, et sans doute Henri Focillon était-il plus près de la réalité lorsqu'il percevait dans la dernière phase de l'évolution […] Lire la suite

SCULPTURE - L'espace sculptural

  • Écrit par 
  • Henri VAN LIER
  •  • 3 265 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Surface et profondeur »  : […] Pourtant, il n'y aurait pas véritablement de corps s'il n'y avait que ces délimitations et ces distributions. En même temps que des contours, des parties et des mouvements – une kinesthésie –, l'organisme est une cénesthésie profonde, une relation dynamique d'un dedans et d'un dehors. Tel est le volume dont parle Read : capacité d'occuper l' espace. Ainsi, pour achever de se donner un corps, l'hom […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis GRODECKI, « FOCILLON HENRI - (1881-1943) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-focillon/