VILLA-LOBOS HEITOR (1887-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Affirmation du style et nationalisme

L'année 1917 est décisive. Une forme de beauté primitive naît sous les tropiques, avec Amazonas et Uirapuru, partitions de ballet fondées sur des légendes amazoniennes. Le style symphonique de Villa-Lobos s'y trouve défini : un genre de poème symphonique ramassé, de forme kaléidoscopique, éclatant de puissance, débordant de vie rythmique et de virtuosité instrumentale. Ses Troisième, Quatrième et Cinquième Symphonies sont marquées par la Première Guerre mondiale, qui l'affecte profondément, comme nombre de ses compatriotes si liés affectivement à la France.

En 1922 se tient la semaine d'art de São Paulo. En butte aux quolibets du public, les modernistes proclament leur droit à l'existence, contre le conservatisme et les influences venues d'Europe. Villa-Lobos, qui y est raillé, a des ennemis attitrés parmi les attardés opposés à tout « folklorisme », situation qui contraste avec l'opinion d'Arthur Rubinstein, ami de la première heure : « Il faudrait être sourd pour ne pas sentir la profondeur de cette musique [...]. J'étais complètement sous le charme. » C'est à Rio de Janeiro que le célèbre pianiste crée la première suite de La Famille du bébé, qui lui est dédiée.

Villa-Lobos s'installe à Paris de 1923 à 1930 pour faire jouer ses œuvres en France. Leopold Stokowski, Stravinski, Varèse, Picasso, Léger, Aline van Barentzen l'entourent de leur amitié, ainsi que Paul Le Flem, Florent Schmitt et René Dumesnil, qui contribuent, par leurs critiques favorables, à lui assurer une place dans le monde musical.

D'étonnantes créations d'art « sauvage » résonnent dans les salles de concert françaises, reflétant la phase d'exaltation nationaliste de leur auteur : les deux suites de La Famille du bébé et le Rudepoema, pour piano, les Trois Poèmes indiens, le Noneto, quintessence de musique brésilienne dans une harmonie très libre, et la série des Chôros, ex [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : musicologue, critique musical, président du Groupe des Sept

Classification

Autres références

«  VILLA-LOBOS HEITOR (1887-1959)  » est également traité dans :

SCHIC ANNA STELLA (1922-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 360 mots

La pianiste et musicologue brésilienne Anna Stella Schic, spécialiste d'Heitor Villa-Lobos, naît à Campinas (État de São Paulo, Brésil) le 30 juin 1922 (et non pas 1925, comme l'indiquent de nombreuses biographies). Elle donne son premier récital, à l'âge de six ans, dans sa ville natale. À São Paulo, elle étudie auprès de José Kliass, un élève de Martin Krause, un des plus célèbres disciples d […] Lire la suite

TAGLIAFERRO MAGDA (1894-1986)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 551 mots

Cette « ambassadrice de charme du gouvernement français » appartenait à une certaine légende du piano. En France, elle était certainement moins connue côté scène que côté salle où sa chevelure rouge, ses décolletés profonds et ses tenues peu banales passaient rarement inaperçus. Mais, dans l'ensemble de l'Amérique latine, elle était devenue le véritable symbole du piano français, incarnant la trad […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre VIDAL, « VILLA-LOBOS HEITOR - (1887-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/heitor-villa-lobos/