VILLA-LOBOS HEITOR (1887-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On ne peut constater sans amertume que Villa-Lobos, l'un des créateurs les plus féconds qui aient jamais vécu, compositeur à l'inspiration prodigieusement diverse, n'est généralement présent dans l'esprit du grand public qu'à travers quelques pièces instrumentales, principalement pour guitare, et, surtout, un air célèbre, les Bachianas Brasileiras no 5, soit un pour cent environ de sa production.

Heitor Villa-Lobos

Photographie : Heitor Villa-Lobos

Le compositeur brésilien Heitor Villa-Lobos (1887-1959), en 1940. 

Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La redécouverte de Villa-Lobos devrait confondre le plus grand nombre non seulement par sa musique orchestrale, domaine où il s'est le plus complètement affirmé, mais aussi grâce au legs fabuleux de celui qui reste l'un des derniers grands rassembleurs de sons de l'histoire, toujours entièrement lui-même dans chaque genre : solo, duo, mélodie, trio, quatuor à cordes, ensemble instrumental, chœur...

L'illustrateur de mythes indigènes au style épique est admirable, comme le sont l'idéaliste, le créateur de portraits vivants inspirés par les hommes de sa terre, le peintre de scènes typiques. Cette création essentiellement poétique est à l'échelle de tout un continent. On aime sa générosité, sa joie, sa fantaisie. Au fil du temps, un autre malentendu finira bien par être dissipé : celui qui ferait de Villa-Lobos un auteur trop européen pour les Brésiliens, mais aussi non vraiment adapté à l'Europe, livrée au cloisonnement des habitudes d'écoute, aux esprits cartésiens dérangés par la profusion d'une création au mouvement incessant. La haute stature qui se dégage aujourd'hui, avec le recul du temps, est justement celle d'un « barde » qui, tout en alimentant son chant éperdu aux sources populaires de son pays, s'est fait largement l'héritier – comment en serait-il autrement dans un pays neuf ? – des hautes traditions européennes, depuis le chant grégorien jusqu'aux créations des premières années du xxe siècle. Finalement, l'Européen et l'Américain se reconnaîtront dans l'art audacieux de l'un des pionniers de la musique de notre temps, puissant lien culturel et affectif entre l'Ancien et le Nouveau Monde.

Une conquête de l'espace sonore brésilien

Villa-Lobos fut le premier musicien brésilien qui ait tenté de réaliser un synchrétisme des musiques de toutes les races formant le Brésil, au moment où la musique savante de ce pays, encore située dans le sillage européen, attendait une fécondation, une prise de conscience des ressources diversifiées de ce territoire. Si quelques musiciens, tels Alberto Nepomuceno (1864-1920) ou Alexandre Levy (1864-1891), furent les premiers artisans d'un lyrisme de la terre, aucun des prédécesseurs brésiliens de Villa-Lobos n'eut sa stature, sa puissance créatrice, ne put s'affirmer comme lui parmi les grands noms de la musique mondiale.

Heitor Villa-Lobos naît à Rio de Janeiro le 5 mars 1887. Son père, Raul, historien, est d'ascendance espagnole, sa mère, Noemia, a des origines indiennes. Le jeune enfant, qu'on surnomme Tuhu (« flamme »), apprend le violoncelle et la clarinette avec son père, et la musique classique est pratiquée à la maison. Toutefois, il n'aurait jamais pu se préparer à retracer l'épopée musicale de son pays s'il n'avait été tenté, contre le gré de sa famille, de rencontrer des musiciens populaires de Rio, ceux qui pratiquaient le « chôro ». Ce mot, dont l'origine a été rattachée au verbe portugais « chôrar », signifiant pleurer, désigne une sorte d'improvisation collective, de caractère sentimental, sur des instruments divers. Villa-Lobos devient lui-même guitariste auprès de ces descendants des troubadours qui improvisent sur des airs en vogue.

Presque entièrement autodidacte, il déchiffre lui-même les auteurs classiques. Bach l'attire dès le plus jeune âge, réflexe d'autodéfense contre les musiques affadies de la fin du xixe siècle. Son instrument favori devient le violoncelle. « Mon premier traité d'harmonie fut la carte du Brésil. » Cette boutade traduit l'état d'esprit dans lequel il se trouve en 1905, lorsqu'il effectue une première exploration musicale du pays : Bahia, le Nordeste, le Sud. Au cours des années 1907-1910, après avoir suivi quelques cours à l'Institut national de musique de Rio, il entreprend de nouveaux voyages à travers le Brésil. Guidé par un instinct infaillible et par une oreille exceptionnelle, il enregistre de mémoire [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : musicologue, critique musical, président du Groupe des Sept

Classification

Autres références

«  VILLA-LOBOS HEITOR (1887-1959)  » est également traité dans :

SCHIC ANNA STELLA (1922-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 360 mots

La pianiste et musicologue brésilienne Anna Stella Schic, spécialiste d'Heitor Villa-Lobos, naît à Campinas (État de São Paulo, Brésil) le 30 juin 1922 (et non pas 1925, comme l'indiquent de nombreuses biographies). Elle donne son premier récital, à l'âge de six ans, dans sa ville natale. À São Paulo, elle étudie auprès de José Kliass, un élève de Martin Krause, un des plus célèbres disciples d […] Lire la suite

TAGLIAFERRO MAGDA (1894-1986)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 551 mots

Cette « ambassadrice de charme du gouvernement français » appartenait à une certaine légende du piano. En France, elle était certainement moins connue côté scène que côté salle où sa chevelure rouge, ses décolletés profonds et ses tenues peu banales passaient rarement inaperçus. Mais, dans l'ensemble de l'Amérique latine, elle était devenue le véritable symbole du piano français, incarnant la trad […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre VIDAL, « VILLA-LOBOS HEITOR - (1887-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/heitor-villa-lobos/