HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

27 août 1770 Naissance de Georg Wilhelm Friedrich Hegel, à Stuttgart.

1788-1790 Il est boursier au Stift de Tübingen où il a pour condisciples Hölderlin et Schelling.

1793-1796 Précepteur à Berne. Premiers écrits théologiques (Positivité de la religion chrétienne, Vie de Jésus).

1797-1799 Il travaille comme précepteur à Francfort-sur-le-Main. Rédige L'Esprit du christianisme et son destin.

1801 Hegel devient privat-dozent à l'université d'Iéna. Publie son premier livre : La Différence entre les systèmes philosophiques de Fichte et de Schelling.

1802-1803 Il fonde avec Schelling le Journal critique de philosophie.

1806 Le 1er octobre, Napoléon, « cette âme du monde », fait son entrée à Iéna. L'université est fermée.

1807 Il publie la Phénoménologie de l'esprit.

1808 Hegel est recteur du lycée de Nuremberg.

1812 Premier tome de la Science de la logique (les second et troisième tomes paraîtront en 1813 et 1816).

1816 Hegel est nommé professeur à l'université de Heidelberg.

1817 Encyclopédie des sciences philosophiques en abrégé (elle sera rééditée et considérablement amplifiée en 1827 et 1830).

1818-1831 Il est professeur à l'université de Berlin. Nombreux cours sur la philosophie de l'histoire, l'esthétique, l'histoire de la philosophie.

1821 Les Principes de la philosophie du droit connaissent un grand succès.

14 novembre 1831 Hegel est emporté par la dernière grande épidémie de choléra qui sévira en Europe.

—  Francis WYBRANDS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH (1770-1831)  » est également traité dans :

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 820 mots
  •  • 1 média

« Sans spinozisme, pas de philosophie », disait Hegel, et cela marque déjà l'une des orientations de sa pensée. Car, en son temps, on ne se référait pas innocemment à Spinoza. Nous pouvons maintenant affirmer : « pas de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-wilhelm-friedrich-hegel/

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH, en bref

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 183 mots
  •  • 1 média

Par son ampleur, sa volonté de systématisation, la technicité de ses analyses, son encyclopédisme, l'œuvre de Hegel demeure l'un des massifs les plus impressionnants de la philosophie occidentale. Son « idéalisme absolu » est en fait une remise en cause du dualisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hegel-g-w-f-en-bref/

ESTHÉTIQUE, Georg Wilhelm Friedrich Hegel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 776 mots
  •  • 1 média

De 1818 à 1830, d'abord sporadiquement, puis de façon plus continue à partir de 1827, G. W. F. Hegel (1770-1881) donne des cours d'esthétique à l'université de Berlin, où il a été appelé après la mort de Fichte. Si la notion d'esthétique figurait depuis 1750 dans le titre d'un célèbre ouvrage d'A. G. Baumgarten, aucune chaire d'esthétique n'existai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-georg-wilhelm-friedrich-hegel/#i_881

LEÇONS SUR LA PHILOSOPHIE DE L'HISTOIRE, Georg Wilhelm Friedrich Hegel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 804 mots

G. W. F. Hegel (1770-1831) a professé les Leçons sur la philosophie de l'histoire, pour la première fois à Berlin au cours du semestre d'hiver 1822-1823. Elles ont été réitérées avec de multiples changements à cinq reprises, tous les deux ans. Après la disparition du philosophe, hégéliens de gauche et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lecons-sur-la-philosophie-de-l-histoire/#i_881

PHÉNOMÉNOLOGIE DE L'ESPRIT, Georg Wilhelm Friedrich Hegel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 796 mots
  •  • 1 média

Une des œuvres les plus difficiles et les plus diversement interprétées de G. W. F. Hegel (1770-1831), la Phénoménologie de l'esprit (1807), ne peut être abordée sans guides sûrs. S'agit-il, en effet, d'un préambule au système ou bien, déjà, d'une première version du système soit « la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie-de-l-esprit/#i_881

VIE DE HEGEL (K. Rosenkranz)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 934 mots

Prussien et francophile, successeur de Kant à l'université de Königsberg, auteur d'une œuvre abondante (notamment une Vie et œuvres de Diderot, 1866, et une intéressante Esthétique du laid, 1853), Karl Rozenkranz (1805-1879) est surtout connu pour cette biographie de Hegel parue pour la première fois en 18 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vie-de-hegel/#i_881

ABSOLU

  • Écrit par 
  • Claude BRUAIRE
  •  • 4 206 mots

Dans le chapitre « Hegel »  : […] Cependant, la thèse de Leibniz sur l'absolu, qu'implique toute assertion d'identité, d'hier et d'aujourd'hui, entre l'absolu et le système avive la difficulté qu'elle devait résoudre. Car affirmer que chacun, en soi, est équivalent à chacun, en vertu de l'unicité du système, c'est aussi admettre l'équivalence réelle de l'un absolu et de son contrai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/absolu/#i_881

ALIÉNATION

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 998 mots

Dans le chapitre « Le français et l'allemand »  : […] En passant du sens juridique au sens politique, il n'est pas douteux que le mot aliénation ait pris son premier « emballement ». Le terrain est prêt pour la traduction française, en terme d'aliénation, de vocables appartenant à une tout autre tradition. C'est pourquoi il importe de placer correctement le cran d'arrêt à cette signification de l'alié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alienation/#i_881

ALTRUISME

  • Écrit par 
  • Guy PETITDEMANGE
  •  • 3 312 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Figures de l'altérité »  : […] La problématique de l'autre n'est pas un produit de l'immédiate modernité même si celle-ci, par bien de ses traits, permet de mieux comprendre son irruption sur le devant de la scène. Hegel la met en figure de façon très adéquate. Même si, dans la Phénoménologie de l'esprit (1807), la négation se révèle être, au terme, la médiation du concept, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/altruisme/#i_881

ÂME

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Henri Dominique SAFFREY
  •  • 6 025 mots

Dans le chapitre « Le XIXe siècle »  : […] Très riche xix e  siècle ! Il y a le renouveau thomiste des « vingt-quatre thèses », avec la distinction des âmes (1. âmes de l'ordre végétatif et sensitif ; 2. âme humaine...) et la reconnaissance de l'âme raisonnable comme force substantielle du corps. Le type globalisant, généralisant, intégralisant subsiste et se développe avec l'unité dynamiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ame/#i_881

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 332 mots
  •  • 7 médias

L'anarchisme est un mouvement d'idées et d'action qui, en rejetant toute contrainte extérieure à l'homme, se propose de reconstruire la vie en commun sur la base de la volonté individuelle autonome . Bien que l'anarchisme militant ne se manifeste que vers la fin du xix e  siècle avec Kropotkine , Élisée Reclus et Malatesta, les lignes essentielles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anarchisme/#i_881

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et philosophie

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 451 mots

Dans le chapitre « L'architecture des philosophies, de Platon à Hegel »  : […] Le premier volet de notre enquête nous a révélé la fragilité de l'union des deux mots, archè et tektonikos , qui composent l'« architecture » en elle-même : vécue « de l'intérieur », dans la mémoire de la langue. Et donc posée comme susceptible de susciter sa propre philosophie. Mais qu'en pensent les philosophes ? L'investigation doit ici, semble […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-architecture-et-philosophie/#i_881

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Plastique

  • Écrit par 
  • Hubert TONKA
  •  • 3 124 mots

Dans le chapitre « Architecture et industrie »  : […] L'architecture ne peut se détacher totalement de la progression des forces productives. L'économie esthétique de laquelle participe l'architecture est reliée conflictuellement aux dernières découvertes de l'industrie ; la brutalité de la production industrielle se heurte à la finesse de la composition artistique ; il y a une opposition culturelle e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-materiaux-et-techniques-plastique/#i_881

ARCHITECTURE & MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 7 421 mots

La comparaison, tentée à maintes reprises, entre architecture et musique a donné lieu en général à des slogans du genre « l'architecture est une musique figée ». On ne s'est pas privé non plus de constater que les œuvres de la « grande » musique occidentale s'étaient peu à peu solidifiées en objets, et que la complexité de leur architectonique aut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-et-musique/#i_881

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Dans le chapitre « Une discipline nouvelle »  : […] C'est pourtant au xviii e siècle que le climat intellectuel allait amener l'apparition d'une attitude radicalement nouvelle ; pour rompre avec tous les aspects du « vasarisme », il fallait une double concentration sur le concret des formes et sur les articulations spécifiques du développement. Le Lehrgebäude der Geschichte der Kunst in der Alter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-le-discours-sur-l-art-l-histoire-de-l-art/#i_881

BASSE POLITIQUE, HAUTE POLICE (H. L'Heuillet)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 966 mots

Si la police, à la fois honnie et désirée, omniprésente dans le quotidien des cités modernes, a si peu été interrogée quant à son statut historique et philosophique, cela tient aux difficultés d'en dégager l'essence. Identifiée aux formes de l'État, son essence se dissout dans les questions liées aux institutions du politique ; vouée à la défense […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/basse-politique-haute-police-h-l-heuillet/#i_881

BATAILLE GEORGES (1897-1962)

  • Écrit par 
  • Francis MARMANDE
  •  • 2 721 mots

Dans le chapitre « La communauté inachevée »  : […] À la fin des années vingt s'ouvre pour Bataille une période de tension entre la volonté renouvelée de communauté active et une extrême solitude. Il se marie en 1928 avec la comédienne Sylvia Maklès dont les trois sœurs épousent Théodore Fraenkel, André Masson et Jean Piel. À côté de L'Anus solaire et d' Histoire de l'œil (publié, en 1928, sous le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-bataille/#i_881

BONHEUR, notions de base

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 588 mots

Dans le chapitre « Bonheur et nature »  : […] En dépit de ce paradoxe, la civilisation gréco-romaine, ignorant l’idée de faute, étrangère à la notion de mal, a eu le privilège d’imaginer un accès réel au bonheur. Il suffirait pour être heureux de « vivre selon la nature », ce qui est le mot d’ordre de toutes les philosophies antiques. La nature est bonne, elle est un cosmos – à la fois idée d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonheur-notions-de-base/#i_881

CIVISME

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 4 694 mots

Dans le chapitre « Le fondement du civisme »  : […] Civisme et moralité pure . Il serait en effet tentant de faire du civisme une obligation de la moralité pure. Si l'on y parvenait, l'anticivisme se changerait en incivisme de la pensée, c'est-à-dire, encore que les termes jurent entre eux, en une faute purement théorique. Kant a pourtant voulu fonder un devoir de servir la société politique. On sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civisme/#i_881

CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 8 266 mots

Dans le chapitre « Hegel et l'État »  : […] Penseur héritier proche de ce xviii e siècle qui institue la société de l'individualisme démocratique et à l'orée de ce xix e siècle qui voit l'essor de la grande industrie, Hegel, en 1818, dans sa Philosophie du droit , a su le premier, et peut-être mieux que personne, faire la synthèse des diverses exigences dont la pensée avait à rendre compte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classes-sociales-la-theorie-de-la-lutte-de-classes/#i_881

CONCEPT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 3 815 mots

Dans le chapitre « Genèse et évolution des concepts »  : […] La plupart de nos concepts sont construits par l'esprit à partir de l'expérience sensible. Le mécanisme de cette construction constitue un problème important (auquel a tenté de répondre jadis la doctrine de l'abstraction et que l'épistémologie génétique de Jean Piaget a repris de nos jours sur une base scientifique). Mais en est-il ainsi de tous n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept/#i_881

CONSTITUTION

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNET
  •  • 4 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La constitution comme ordre de valeurs »  : […] La tentation est certes grande de s'en remettre à l'usage actuel où le mot semble inévitablement renvoyer à un document que chacun présuppose être normatif et contraignant. Il n'en a pas toujours été ainsi, et cela même à l'époque où l'on a commencé à rédiger des constitutions. Autrement dit, le concept de constitution a longtemps évolué entre l'id […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constitution/#i_881

CONTINU & DISCRET

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 7 679 mots

Dans le chapitre « Investissement philosophique de l'opposition »  : […] Il existe une tradition philosophique rattachant le continu à l'Identité, au Même, à la Permanence : le structuralisme, qui pensait mener un combat contre ces figures, et tout particulièrement contre l'historicisme, nous a incité à considérer de préférence cette tradition, pour mieux la rejeter. Peut-être tire-t-elle sa force de la pensée de Leibn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/continu-et-discret/#i_881

CONVERSION

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 4 057 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aspects philosophiques »  : […] Dans l'Antiquité, la philosophie était essentiellement conversion, c'est-à-dire retour à soi, à sa véritable essence, par un violent arrachement à l'aliénation de l'inconscience. C'est à partir de ce fait fondamental que la philosophie occidentale s'est développée. D'une part, elle s'est efforcée d'élaborer une physique ou une métaphysique de la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conversion/#i_881

CRAINTE ET TREMBLEMENT, Soren Kierkegaard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 800 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le désir de rupture »  : […] Dans son Journal , Kierkegaard écrit ces lignes qui éclairent le sens de Crainte et tremblement  : « Il y a en moi un côté poétique prépondérant et la mystification tient justement au fait que Crainte et tremblement , au fond, reproduisait ma propre vie. » C'est en octobre 1841, en effet, que Kierkebgaard rompt ses fiançailles avec Régine Olsen, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crainte-et-tremblement/#i_881

CROCE BENEDETTO (1866-1952)

  • Écrit par 
  • Charles BOULAY
  •  • 1 997 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le philosophe »  : […] Né à Pescasseroli (Abruzzes), Benedetto Croce appartient à une famille de grands propriétaires terriens et de magistrats, et son enfance se passe dans un milieu austère et laborieux. Il est attiré très jeune par des recherches de caractère érudit, portant principalement sur l'Italie méridionale, et ses premières publications sont des recueils de v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benedetto-croce/#i_881

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Hegel »  : […] Dans ce grand débat, le statut de la foi-croyance est tributaire du statut général de la religion par rapport à la philosophie. Kant avait tenté d'articuler la foi-croyance à la philosophie par le moyen de la pratique, c'est-à-dire de l'obligation morale. La croyance était ainsi enchaînée à une vision morale du monde. Hegel essaiera de dissocier la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croyance/#i_881

DÉMATÉRIALISATION DE L'ŒUVRE D'ART

  • Écrit par 
  • Florence de MÈREDIEU
  •  • 1 633 mots

L'œuvre d'art est traditionnellement conçue comme l'incarnation d'une forme ou d'une idée dans une matière. Ou, plus précisément, dans un matériau, plus ou moins dense ou pesant, et doté de propriétés spécifiques – comme le bois, le marbre, la pierre ou les pigments de la peinture. Dès le départ, cependant, l'art se trouve marqué du sceau de la dém […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dematerialisation-de-l-oeuvre-d-art/#i_881

DE SANCTIS FRANCESCO (1817-1883)

  • Écrit par 
  • Norbert JONARD
  • , Universalis
  •  • 1 354 mots

Dans le chapitre « L'art comme forme »  : […] Bien qu'il se soit toujours défendu d'avoir voulu établir les principes d'une esthétique nouvelle, De Sanctis n'en est pas moins parvenu à formuler une théorie originale, dont le premier axiome est l'indépendance de l'art. Il a en effet retenu de Hegel l'idée de l'identité de la forme et du contenu, de leur unité organique, qui fait de l'œuvre d'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-de-sanctis/#i_881

DÉSIR, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 361 mots

Dans le chapitre « Désir et conscience de soi »  : […] Le désir occupe une place particulièrement importante dans l'anthropologie de Spinoza, qui en fait « l'essence même de l'homme en tant qu'elle est conçue comme déterminée à faire quelque chose » ( Éthique , livre III). Le naturalisme conséquent de Spinoza l'empêche de distinguer appétit et désir, qu'il définit comme « l'Appétit avec conscience de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/desir-philosophie/#i_881

DEVENIR

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT
  •  • 3 133 mots

Dans le chapitre « Quantité et qualité »  : […] Hegel a minutieusement analysé ce changement du changement : c'est un renversement, le saut d'un changement à un autre, qualitativement distinct. Il se produit lorsqu'un certain degré de modification quantitative du premier changement est atteint. L'accroissement de la quantité entraîne donc la mutation de la qualité. Inversement, toute modificatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/devenir/#i_881

DEVOIR

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL
  •  • 1 115 mots

Le devoir désigne une action en tant qu'elle est non seulement justifiée mais exigible d'un point de vue moral. En ce sens, le devoir est distinct de la contrainte puisqu'il n'est pas l'effet mécanique d'une pression sur la volonté mais l'expression d'une obligation conçue et acceptée comme telle par le sujet agissant. Toute la difficulté, pour ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/devoir/#i_881

DIALECTIQUE

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 039 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La théorie hégélienne »  : […] C'est justement à partir de cette problématique que Hegel élabore sa théorie de la dialectique : même en tant que méthode, la dialectique ne peut être strictement formelle, parce que toute forme implique son contenu ; mieux, elle est déjà déterminée, pensée au niveau de son contenu ; le développement des catégories est une détermination, une posi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialectique/#i_881

DIEU - Problématique philosophique

  • Écrit par 
  • Jacques COLETTE
  •  • 5 672 mots

Dans le chapitre « Dieu et le « cogito » »  : […] L'ensemble des philosophèmes véhiculés depuis le début de l'ère chrétienne par la littérature patristique puis, après saint Augustin, par les théologiens représente le trésor conceptuel dont se nourrira la philosophie moderne. Il se compose ou dérive autant des termes hérités de la philosophie grecque que des formules bibliques. Ainsi « le nom qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-problematique-philosophique/#i_881

ÉLÉGIES ET HYMNES, Friedrich Hölderlin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Isabelle KALINOWSKI
  •  • 1 033 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une philosophie de l'Histoire »  : […] La période dite des « hymnes, odes et élégies » (1800-1803) est généralement considérée comme le sommet de la production poétique de Hölderlin. Elle rassemble des œuvres aussi importantes que Pain et vin , Retour , Le Rhin , Fête de paix , Patmos ou Souvenir . Les poèmes ultérieurs, souvent fragmentaires, attirèrent l'attention des exégètes et sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elegies-et-hymnes/#i_881

ÉPHÉMÈRE, arts

  • Écrit par 
  • Véronique GOUDINOUX
  •  • 2 194 mots

Dans le chapitre « La question de la durée »  : […] Deux siècles plus tard, Georg Wilhelm Friedrich Hegel, cherchant à montrer l'idéalité de l'art, écrit : « À ce qui est éphémère dans la nature, l'art donne la solide consistance de la durée ; un sourire fugace, une bouche qui se plisse malicieusement, un regard, une lueur fugitive [...], tout cela, l'art l'arrache à l'existence momentanée et, sous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ephemere-arts/#i_881

ESPACE, architecture et esthétique

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY, 
  • Jean GUIRAUD
  • , Universalis
  •  • 12 324 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Architecture et symbolique de l'espace »  : […] On a noté que, pour Frankl, la destination d'un édifice est l'un des quatre éléments qui contribuent à la définition de son espace. C'est là un équivalent de ce que Erwin Panofsky nomme iconographie dans sa description des niveaux de l'interprétation des œuvres d'art figuratives : la destination d'un espace architectural, qu'il s'agisse de la célé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-architecture-et-esthetique/#i_881

ESPRIT, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Universalis
  •  • 2 148 mots

Dans le chapitre « L'âge classique (XVIIe-XVIIIe s.) »  : […] Descartes et ses disciples n'attachent pas grande importance à une discrimination de l'âme et de l'esprit. Il ne s'agit là que d'une façon de parler. Le second terme est, néanmoins, privilégié par La Forge, dont l'ouvrage porte ce titre suggestif : Traité de l'Esprit de l'Homme, de ses facultés et fonctions, et de son union avec le corps . On trouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esprit-philosophie/#i_881

L'ESSENCE DU CHRISTIANISME, Ludwig Feuerbach - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 754 mots

Dans le chapitre « L'essence de la religion »  : […] « La conscience de Dieu est la conscience de soi de l'homme, la connaissance de Dieu est la connaissance de soi de l'homme. À partir de son Dieu tu connais l'homme, et inversement à partir de l'homme, son Dieu : les deux ne font qu'un. » Telle est « l'essence de la religion en général ». Ce postulat va guider les recherches de Feuerbach qui radica […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-essence-du-christianisme/#i_881

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 892 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De Schelling à Hegel »  : […] La Critique du jugement ouvre l'époque moderne de l'esthétique. C'est d'abord à la faveur de ce qu'enseigne Kant que Goethe peut voir dans le Beau l' Urphänomenon (le phénomène premier) et que Schiller décèle en l'art une puissance infinie, susceptible d'embrasser, dans l'« illimité » du jeu, toutes les tentatives humaines – cela grâce à la limit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-histoire/#i_881

ÉTHIQUE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 5 714 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « pôle-il » »  : […] Et maintenant nous rencontrons le pôle-il , que je qualifierai par la médiation de la règle . En faisant ce dernier tiers du chemin, nous prenons aussi le chemin du tiers De même que, sur le plan du langage, toute relation dialogique entre un locuteur et un autre locuteur exige un référent commun, une chose placée entre deux sujets, de même l'inte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethique/#i_881

EXISTENCE PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 6 149 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le « Dieu perdu » »  : […] Comment se fait-il qu'une pensée originairement religieuse, celle de Kierkegaard, se soit transformée en une philosophie non religieuse et même antireligieuse ? À cette observation, on peut répondre que, s'il y a une branche non religieuse et une branche a-religieuse de la philosophie de l'existence, la tendance religieuse persiste toujours, notamm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-l-existence/#i_881

EXPRESSION, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 991 mots

Ensemble de données perceptives offertes par un être à un moment donné du temps et qui fonctionnent comme des signes manifestant, révélant ou trahissant les émotions, les sentiments et les intentions de cet être. Les sources historiques du concept d'expression appartiennent à la philosophie néo-platonicienne, au spinozisme et à la pensée leibnizien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expression-philosophie/#i_881

FEUERBACH LUDWIG (1804-1872)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Universalis
  •  • 2 258 mots

Dans le chapitre « La critique de la philosophie hégélienne »  : […] Feuerbach reproche à la philosophie hégélienne de maintenir le désaccord entre l'homme et son expérience, de ne jamais pénétrer dans le monde concret. Il y a, certes, une opposition fondamentale entre la nature et l'esprit. Mais c'est précisément la philosophie qui doit s'efforcer de la surmonter en prenant pour point de départ non pas l'esprit in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-feuerbach/#i_881

FINS DE L'ART (esthétique)

  • Écrit par 
  • Danièle COHN
  •  • 2 835 mots

Dans le chapitre « Brève histoire de la fin de l'art »  : […] Si les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes de Giorgio Vasari (1550-1568, éd. critique sous la dir. d'A. Chastel, 12 vol. parus de 1981 à 1989) conçoivent une fin de l'art, c'est en termes d'aboutissement d'une évolution. Depuis la manière « grecque » de peindre, c'est-à-dire depuis les fonds or des tableaux comme des absides, su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fins-de-l-art-esthetique/#i_881

GENRES LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Marie SCHAEFFER
  •  • 3 083 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Conventions et prescriptions »  : […] Qui tente de décrire la notion de genre littéraire se heurte à un certain nombre de difficultés. Écartons d'abord les problèmes de terminologie : certains auteurs distinguent entre les genres, compris comme des classes de textes historiquement spécifiques, et d'autres catégories plus abstraites, dont le statut serait transhistorique, tels les modal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genres-litteraires/#i_881

GÉOMÉTRIE DES PASSIONS (R. Bodei)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 366 mots

Géométrie des passions est la version française d'un essai du philosophe Remo Bodei paru en Italie il y a six ans, en 1991 (traduction de Marilène Raiola, aux Presses universitaires de France). Son sous-titre, Peur, espoir, bonheur  : de la philosophie à l'usage politique , en définit l'espace et les enjeux. L'auteur – né à Cagliari en 1938, ensei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geometrie-des-passions/#i_881

HARTMANN EDUARD VON (1842-1906)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 545 mots

En réaction contre le positivisme en vogue à la fin du xix e siècle, la philosophie pessimiste d'Eduard von Hartmann postule l'existence d'un principe absolu du monde, l'inconscient, qui tient à la fois de la volonté selon Schopenhauer et de l'idée selon le système hégélien. Né à Berlin, officier de l'armée prussienne, Hartmann quitte l'armée pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eduard-von-hartmann/#i_881

HISTORICITÉ

  • Écrit par 
  • Hans Georg GADAMER
  •  • 6 441 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Hegel et le progrès de la conscience »  : […] En critiquant les idées de Herder, Emmanuel Kant exposa déjà la tâche qui se présentait aux philosophes ; ce furent surtout Friedrich von Schiller, Johann Fichte, Wilhelm von Humboldt et Friedrich Hegel qui s'employèrent à la résoudre. L'ingénieuse solution de Hegel consista à penser le progrès de l'histoire du monde comme un progrès dans la cons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/historicite/#i_881

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 321 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La finitude »  : […] En ce sens, la finitude est radicale. L'homme ne peut poser absolument ni la question de son origine – comment parler sensément de ce qui, par définition, est en dehors de tout sens ? – ni même celle de sa fin : l'œuvre du sens ne peut avoir d'autre justification qu'elle-même. Plus exactement, le sens est la finitude même. Le discours hégélien éta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homme-la-realite-humaine/#i_881

HONNETH AXEL (1949- )

  • Écrit par 
  • Gérard RAULET
  •  • 1 858 mots

Dans le chapitre « Les sphères de reconnaissance »  : […] Ce changement de paradigme conduit à ne plus concevoir l’agir communicationnel seulement sous l’aspect de l'entente rationnelle mais au sens des conditions de reconnaissance. Il a aussi des implications importantes quant au rapport de la Théorie critique au marxisme et, plus globalement, à l’articulation entre une philosophie morale et politique a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/axel-honneth/#i_881

IDÉALISME ALLEMAND

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT
  •  • 7 090 mots

Dans le chapitre « Un gouffre entre l'homme et la nature »  : […] L'aventure singulière de l'idéalisme allemand se préparait de longue date, mais c'est bien Kant qui l'a véritablement engagée, en rompant avec la métaphysique traditionnelle. Le dogmatisme de Leibniz et de Wolff, se targuant d'une connaissance exhaustive de l'absolu, ne lui parut plus offrir les défenses théoriques suffisantes contre ce qu'il tenai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/idealisme-allemand/#i_881

IMMÉDIAT

  • Écrit par 
  • Dominique LECOURT
  •  • 3 909 mots

Dans le chapitre « Le point de l'immédiateté absolue »  : […] C'est du moins ce que pense Hegel qui, rejetant la notion de chose en soi, rabat, en quelque sorte, les deux points d'immédiateté l'un sur l'autre au lieu de les distendre à l'infini comme l'avait fait Kant. Solution inverse, mais ici les conséquences sont encore plus exorbitantes . On aperçoit d'emblée que si les deux points coïncident, le proces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immediat/#i_881

INDIVIDU

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 4 626 mots

Dans le chapitre « Individu biologique et individu social : de l'individualité à la mort »  : […] Le modèle hégélien s'impose par sa pertinence en ce qui concerne l'individualité ; la dialectique qui conduit la négativité de l'immédiat au savoir totalement médiatisé va du moins différencié au plus différencié : le savoir absolu contient toutes les différences. C'est dire que la dialectique hégélienne peut être considérée tout entière comme un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individu/#i_881

INDIVIDU & SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 4 488 mots

Dans le chapitre « Désir et sujet »  : […] L'ordre biologique est à définir à partir de la symbolisation qu'il rend possible – symbolisation qui l'annule lui-même et le transpose. Ce n'est donc pas dans le discours du positivisme qu'il doit être traduit, mais dans un discours où il recevra son statut de manque. Ainsi compris, l'ordre biologique a un destin comparable à celui qu'a, dans la t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individu-et-societe/#i_881

INFINI, philosophie

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 6 339 mots

Dans le chapitre « Tout est infini »  : […] Selon le jeune Spinoza, la bonté divine implique le transfert total du divin dans la créature. L'infini de Dieu et l'infini du monde ne font plus qu'un dans le spinozisme pour ne se distinguer que comme natura naturans et natura naturata . « Par Dieu, j'entends un être absolument infini, c'est-à-dire une substance consistant en une infinité d'att […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-philosophie/#i_881

INFINI RÉGRESSION À L'

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 838 mots

Parce qu'expliquer c'est remonter du présent à ce qui l'a précédé, du composé au simple, la régression à l'infini est un procédé logique qui tente de rencontrer une limite ou un terme premier ne dépendant plus d'aucune condition. L'impossibilité d'accomplir ainsi la régression, s'agissant d'un tout infini, est un argument sceptique, tandis que des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regression-a-l-infini/#i_881

INTELLECT & INTELLIGIBLES

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 1 724 mots

Du latin intellectus (le terme grec correspondant est nous ), l'intellect est le principe de la pensée sous sa forme la plus haute ; à l'époque moderne lui correspondent des termes aux nuances particulières : intelligence, raison, esprit ; au xvii e siècle : entendement. Pour Aristote, les aristotélisants arabes et latins, l'intellect, capable d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intellect-et-intelligibles/#i_881

INTÉRIORITÉ

  • Écrit par 
  • Étienne BORNE
  •  • 5 258 mots

Dans le chapitre « Au commencement, Hegel »  : […] La crise de l'intériorité, trait capital de la pensée contemporaine, a des causes multiples : contestations, redoublées à partir du xviii e  siècle, d'une conception chrétienne de l'homme et doute notamment sur la possibilité d'un passage à la transcendance à partir d'une intériorité et d'une subjectivité personnelles ; mouvements révolutionnaires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interiorite/#i_881

KOJÈVE ALEXANDRE (1902-1968)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 937 mots

Né à Moscou, Alexandr Kojevnikov décide, en 1920, de suivre sa famille en Occident, bien qu'il se tienne pour communiste. En Allemagne, il s'initie à la philosophie (Jaspers, Heidegger, etc.), ainsi qu'au sanskrit et au chinois. Il est attiré par le bouddhisme, unique religion « athée » à ses yeux. En 1933, alors qu'il est étudiant en Sorbonne, Ale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-kojeve/#i_881

LIBERTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 11 650 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mise en question de l'« esprit » hégélien »  : […] C'est à ce point que survient la philosophie hégélienne. On a dit plus haut quel rôle y joue l'activité médiatrice de la raison, pour surmonter successivement l'opposition de la nature et de l'esprit, celle de l'esprit subjectif et de l'esprit objectif, dans le monde de la culture et de l'État. Mais, au niveau de l'histoire profonde auquel on se s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte/#i_881

MAL

  • Écrit par 
  • Étienne BORNE
  •  • 5 218 mots

Dans le chapitre « La récupération esthétique de la dialectique »  : […] Par un paradoxe qui n'est qu'apparent, c'est pourtant avec les philosophies les plus délibérément agressives contre les valeurs chrétiennes d'intériorité et de transcendance, comme celles de Spinoza et de Hegel, que le discours théologico-rationaliste prouve avec le plus d'éclat sa vigueur totalisante, en désamorçant radicalement le problème du ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mal/#i_881

MARCUSE HERBERT (1898-1979)

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 2 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers la « pensée négative » »  : […] Une lente maturation a préparé les œuvres qui ont caractérisé son action philosophique et politique. Il a déjà cinquante-huit ans quand il publie Éros et civilisation , son premier livre « marcusien » ; soixante-six ans, quand paraît L'Homme unidimensionnel , manifeste de sa « théorie critique ». Dans les années qui suivent la guerre de 1914-1918 e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/herbert-marcuse/#i_881

MARXISME - Le matérialisme dialectique

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 6 386 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Hegel et Marx »  : […] Cette question se trouve en quelque sorte résumée dans celle du rapport de Hegel à Marx. En effet, la philosophie de Hegel rassemble toutes les philosophies qui l'ont précédée et les présente sous la forme d'une histoire de la philosophie. L'écart qui sépare Marx de Hegel permet donc de mesurer celui qui sépare le matérialisme dialectique de toutes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marxisme-le-materialisme-dialectique/#i_881

MATÉRIAUX

  • Écrit par 
  • François DAGOGNET
  •  • 6 597 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Grecs et le matériau selon Hegel »  : […] Il nous semble que la pensée et l'importance du matériau ne datent que d'hier ou d'aujourd'hui. Longtemps, on a demandé à la nature de nous approvisionner en moyens de construire ou de fabriquer : la terre (pour les briques), les fils (la vannerie, le tissage) et le bois, qui précède les métaux. Ce dernier mérite une place à part, ne serait-ce que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/materiaux/#i_881

MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 9 360 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des post-kantiens à Bergson »  : […] Dans la critique même qu'il présentait de la métaphysique, Kant mettait en lumière le pouvoir constructeur de la raison. C'est l'idée de ce pouvoir que reprend Hegel pour affirmer, selon sa formule célèbre, que tout ce qui est rationnel est réel, que tout ce qui est réel est rationnel. On retrouve ici l'équivalent de la métaphysique spinoziste : l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaphysique/#i_881

MŒURS

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 7 982 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La morale subjective et la moralité réalisée »  : […] Montesquieu reconnaît aux mœurs et aux manières une constance et une consistance qui les constituent comme des objets naturels. C'est pourquoi il recommande aux législateurs de n'aborder les coutumes des peuples que d'« une main tremblante ». Mais sa prudence et son empirisme laissent en suspens le statut de ces règles coutumières qui parmi d'autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moeurs/#i_881

MONSTRES, esthétique

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 3 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Préoccupations allégoriques »  : […] Le jeu combinatoire et ornemental du monstrueux répond également à un souci symbolique. Comme l'explicite Martin Heidegger dans Holzwege ( Chemins qui ne mènent nulle part ), ce souci caractérise sans doute toute forme esthétique : « L'œuvre est bien une chose, chose amenée à sa finition, mais elle dit encore quelque chose d'autre que la chose qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monstres-esthetique/#i_881

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « Les philosophies de l'histoire des morales »  : […] La solution a été cherchée sur des voies divergentes, qui cependant toutes contiennent, soit explicitement, soit implicitement, une philosophie de l'histoire des sociétés humaines. On considère l'individu et tous les individus comme moralement déchus, formant par conséquent des sociétés injustes ; le salut, regardé comme hors d'atteinte pour les h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/#i_881

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 525 mots

Dans le chapitre « Les doctrines de la chute »  : […] Si le courant des doctrines de la chute est dominé par la figure de Platon, son élaboration philosophique s'inaugure cependant avec les Upanishads et se prolonge, par-delà Origène, jusqu'à Descartes et Malebranche. L'axe qui joint des philosophies aussi différentes est le dualisme de l'âme et du corps. La vie humaine naît de leur rencontre et la mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-interrogations-philosophiques/#i_881

MYTHE - L'interprétation philosophique

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hegel et les représentations religieuses »  : […] Hegel ouvre une autre possibilité. Les représentations religieuses ne sont pas pour lui au-delà de la limite prescrite par une raison qui se censure elle-même ; elles sont, au contraire, en deçà d'un achèvement du savoir, dans la conscience de soi de l'esprit absolu. Les représentations religieuses ne sont pas alors aux confins de la frontière ; e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-l-interpretation-philosophique/#i_881

NATURE PHILOSOPHIES DE LA

  • Écrit par 
  • Maurice ÉLIE
  •  • 6 379 mots

Dans le chapitre « La « Naturphilosophie » »  : […] Les thèmes de la Naturphilosophie se mettent donc en place, et l'on peut aussitôt donner l'une des définitions qui ont été proposées de ce type de philosophie. Elle est due à Heinrich Schmidt, dans son Philosophisches Wörterbuch  : « Ensemble des tentatives philosophiques d'interprétation et d'explication de la nature, que ce soit directement à pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-la-nature/#i_881

NÉANT

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 210 mots

Dans le chapitre « « L'être et le néant sont la même chose » »  : […] La réduction « humaniste » de la dialectique permettait d'éviter ou d'atténuer le paradoxe des formulations de la Science de la logique . Hegel s'attendait d'ailleurs à des sarcasmes qui n'ont pas manqué. « Cela n'exige pas une grande dépense d'esprit, écrit-il dans la Logique de 1817, de tourner la proposition qu'être et néant sont la même chose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neant/#i_881

NON-ÊTRE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 355 mots

Le non-être n'est pas le néant, si l'on entend par néant la simple absence d'être (l'idée de néant ne surgit qu'après coup, de façon imaginaire, comme suppression de l'être). Au sens le plus fort, le non-être est la part de négativité qui est présente dans le réel ou bien le pouvoir de négation qui appartient à l'esprit. Par réaction contre une con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/non-etre/#i_881

NOSTALGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 5 257 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un concept philosophique »  : […] On connaît l'image romantique du voyageur à la recherche d'une terre d'accueil ; et l'on sait déjà que le mirage du port s'évanouira au fur et à mesure que le voyageur s'en approchera. Rappelons à ce propos l'importance des cycles musicaux de Schubert, qui, sur les poèmes de Wilhelm Müller dans le Voyage d'hiver , condamnera le voyageur à l'erranc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nostalgie/#i_881

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Hegel »  : […] Dans son Encyclopédie des sciences philosophiques (1817, 1827, 1830), Hegel enchaîne l'exposé de la « science de la logique », puis de la philosophie de la nature et enfin de la philosophie de l'esprit. Dans la philosophie de la nature, il utilise et justifie la notion de polarité à propos du magnétisme, du processus chimique, ainsi que de la thé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-d-opposition/#i_881

PANTHÉISME

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 7 630 mots

Dans le chapitre « Le panthéisme après Spinoza »  : […] Il reste paradoxal, cependant, de dire que Dieu se pense. La Substance une et infiniment infinie est sans détermination dans le système spinoziste de la Nature. Il semble donc bien que Dieu ne soit plus en réalité qu'un mot ou un système axiomatique de la Nature : en fait, le spinozisme est un athéisme. On pourrait l'établir. L'orthodoxie, finalem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pantheisme/#i_881

PAPAIOANNOU KOSTAS (1925-1981)

  • Écrit par 
  • Alain PONS
  •  • 1 086 mots

Unifiant vie et pensée, Kostas Papaioannou fut un philosophe, par sa formation, sa culture, ses goûts, sa forma mentis , et aussi par l'« amour de la sagesse » qu'il avait trouvé dans la tradition grecque dont il était l'héritier. Né à Volos, Kostas Papaioannou commence ses études à Athènes, et se trouve confronté très jeune aux terribles réalit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kostas-papaioannou/#i_881

PASSION

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 6 821 mots

On note avec étonnement la quasi-disparition du terme passion dans le vocabulaire de la psychologie contemporaine, qui utilise bien plus volontiers les concepts de tendance, d'affect ou de pulsion. La notion ne figure même pas à l'index de manuels aussi classiques que ceux de Munn et de O. Fenichel ; et, s'il se rencontre encore parfois dans la ps […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/passion/#i_881

PATRISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 8 815 mots

Dans le chapitre « Un nouvel univers spirituel »  : […] On pourrait ainsi penser que les Pères de l'Église, en concevant le christianisme comme une philosophie, ont complètement hellénisé le christianisme. La réalité est beaucoup plus complexe. Le donné évangélique originel, même transformé ou déformé, est toujours resté présent. Des éléments étrangers à la tradition hellénique exigèrent, pour être expr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patristique/#i_881

PÉCHÉ ORIGINEL

  • Écrit par 
  • André-Marie DUBARLE, 
  • André DUMAS
  •  • 6 925 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Hegel »  : […] Pour Hegel, qui est revenu plusieurs fois sur la question du péché originel, il ne s'agit pas d'une histoire contingente, mais d'une histoire nécessaire, de l'histoire éternelle de l'esprit humain dans son développement pour devenir ce qu'il est déjà en soi : esprit. L'état de connaissance du bien et du mal ne doit pas être, ou plutôt ne doit pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peche-originel/#i_881

PERSÉCUTION

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 4 143 mots

Dans le chapitre « Les motivations de la persécution »  : […] La persécution est à l'agressivité furieuse (à l' hybris ) ce que la combustion lente est à la déflagration ; de même que le chimiste a découvert la combustion dans la fermentation, le psychologue a décelé la violence et la colère dans les conduites de persécution, mais sous un masque ; elles y sont contenues et répétées. C'est la différence entr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/persecution/#i_881

PHÉNOMÈNE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 3 342 mots

Dans le chapitre « La notion de phénoménologie »  : […] Le mot de phénoménologie, sans doute créé par J. H. Lambert ( Neues Organon , 1764), signifie théorie de l'apparence. La conclusion de Lambert est que le monde des corps ne se montre à nous que comme une apparence. La formule précédait de dix-sept ans la première édition de la Critique de la raison pure . Par quel retournement la phénoménologie de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomene/#i_881

PHÉNOMÉNOLOGIE

  • Écrit par 
  • Renaud BARBARAS, 
  • Jean GREISCH
  •  • 7 227 mots

« Pour une part essentielle, la phénoménologie assume, en notre siècle, le rôle même de la philosophie » (Jean-Luc Marion). Si elle a pu assumer ce rôle, c'est grâce à l'œuvre de Husserl . L'expression elle-même fut forgée par Johann Heinrich Lambert (1728-1777) pour désigner la doctrine de l'apparaître, pour autant qu'elle se distingue de l'être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie/#i_881

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 037 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Inactualité »  : […] Science empirique de l'esprit par excellence, l'histoire n'est pas en mesure de décider de la validité universelle d'une thèse philosophique, à moins que, sous le nom de science historique, il ne s'agisse d'une philosophie de l'histoire. Mais en résulte-t-il la possibilité d'espérer énoncer une philosophia perennis  ? Depuis le début du xix e  siè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_881

PHILOSOPHIQUES SYSTÈMES

  • Écrit par 
  • Jacques MOUTAUX
  •  • 6 726 mots

Dans le chapitre « De la philosophie à l'histoire de la philosophie »  : […] L'exigence d'une histoire de la philosophie qui ne soit pas une simple doxographie, mais une discipline philosophique, se fait jour en philosophie à la fin du xviii e siècle et au début du xix e , avec, notamment, Kant et Hegel. Déterminant les pouvoirs de la raison et les limites de notre faculté de connaître en général, la critique kantienne se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systemes-philosophiques/#i_881

POLITIQUE - La philosophie politique

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 10 294 mots

Dans le chapitre « Hegel »  : […] C'est dans la pensée de Hegel que se rencontrent tous les courants du passé, à l'exception des idées universalistes et théocratiques, et c'est à partir d'elle que de nouvelles façons d'interpréter la réalité politique prennent leur origine. Selon Hegel, la vie politique naît avec la distinction du mien et du tien ; de là, elle passe au contrat, ell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/politique-la-philosophie-politique/#i_881

PRATIQUE ET PRAXIS

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 6 693 mots

Dans le chapitre « De la conscience historique à la praxis marxiste »  : […] Le discours du philosophe agit en élevant à la conscience ce qui depuis toujours a été l'aspiration la plus profonde des hommes, aspiration que la nature lui a implantée et qui ainsi constitue sa vraie nature ; être libre, il peut sans doute toujours fausser cette nature mais, éduqué par des lois justes et instruit par le philosophe, il peut aussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pratique-et-praxis/#i_881

PROGRÈS

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 8 634 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Schémas de croissance : les modèles leibniziens »  : […] C'est précisément sur le mode problématique qu'entre 1694 et 1716 Leibniz a pensé le progrès . Substituant un idéal d'invention à l'exigence cartésienne de certitudes, il a échappé à la régression dubitative vers le fameux point ferme auquel on est toujours tenu de revenir. L'utilisation de la méthode de l'indétermination lui a permis de poser les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/progres/#i_881

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « Le traitement des contraires dans le travail du rêve »  : […] En ce qui concerne la contradiction, Freud souligne que le contenu latent du rêve peut comporter divers sentiments apparentés de contradiction, d'ironie, de mépris, de haine. Dans les idées latentes du rêve, « presque toujours, à côté d'une association d'idées, se trouve son opposé contradictoire » ( kontradiktorisches Widerspiel ). Ce « sentiment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-concept-d-opposition/#i_881

RAISON

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 13 167 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hegel et la raison sans extériorité »  : […] La tentative a été menée à son aboutissement (ou, selon un autre point de vue, à son échec définitif) par Hegel. Pour lui, le fini n'est pas en face de l' infini à la manière de deux partenaires ou adversaires : l'infini n'est pas vrai infini s'il est opposé à un fini, précisément parce qu'il serait déterminé, limité par celui-ci ; l'infini ne peut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raison/#i_881

RATIONALISME

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 7 618 mots

Dans le chapitre « Le rationalisme hégélien »  : […] Avec Hegel apparaît une attitude philosophique dont le caractère rationaliste fait problème, bien que le mot raison en soit un leitmotiv permanent. Dans une telle doctrine règne la thèse de l'équivalence du rationnel et du réel, c'est-à-dire de l'historiquement effectué et de sa reconstitution réglée dans un langage. La rationalité ne porte donc p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rationalisme/#i_881

RECHERCHES PHILOSOPHIQUES SUR L'ESSENCE DE LA LIBERTÉ HUMAINE, Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 828 mots

Les Recherches philosophiques sur l'essence de la liberté humaine et les sujets qui s'y rattachent sont pratiquement le dernier livre paru du vivant de F. W. J. von Schelling (1775-1854) qui, cependant, continuera à élaborer sa pensée pendant près de quarante-cinq ans. Ce texte difficile et célèbre – il en existe cinq traductions en français – mar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recherches-philosophiques-sur-l-essence-de-la-liberte-humaine/#i_881

RÉVÉLATION

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 751 mots

Dans le chapitre « La pensée philosophique moderne »  : […] La notion grecque de logos a permis à la théologie chrétienne de rendre compte de la révélation accordée d'abord aux patriarches et à Moïse, puis advenue en Jésus-Christ comme rencontre d'une personne, elle-même Verbe divin. Cette donnée a été mise en cause pour la première fois par Spinoza ( Tractatus theologico-politicus ), pour qui l'attributio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revelation/#i_881

RÉVOLTE

  • Écrit par 
  • François CHÂTELET
  •  • 2 024 mots

Dans le chapitre « La force d'un symptôme »  : […] C'est à l'intérieur de ce triangle que s'inscrivent les revendications toutes contemporaines, de Camus à E. M. Cioran, du postsurréalisme aux actions anarchistes, des « hippies » voyageurs aux zélateurs des libres communautés urbaines ou rurales... Les condamner, tout simplement, comme on le fait couramment au nom de l'ordre social ou du sens de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolte/#i_881

ROMANCERO, Heinrich Heine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Isabelle KALINOWSKI
  •  • 881 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Perversion du modèle hégélien »  : […] Les trois sections du Romancero –  les « Histoires », les « Lamentations » et les « Mélodies hébraïques » – travaillent une structure ternaire que l'on peut déchiffrer comme étant celle de la philosophie hégélienne. Après l'échec de la révolution de 1848, l'« hégélianisme de gauche », dont Heine avait été le représentant littéraire le plus crédible […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romancero-heinrich-heine/#i_881

RUGE ARNOLD (1802-1880)

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 634 mots

Penseur politique allemand. Né à Bergen, Arnold Ruge s'affilie aux mouvements étudiants libéraux ( Burchenschaften ), est emprisonné pour ses idées de 1824 à 1830, et fonde en 1938, à Halle, avec Echtermayer, les Annales de Halle pour la science et l'art allemands ( Hallische Jahrbücher für deutsche Wissenschaft und Kunst , 1838-1841), qui seront […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arnold-ruge/#i_881

SCEPTICISME

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 7 740 mots

Dans le chapitre « Christianisme et scepticisme »  : […] Le premier philosophe à avoir repris aux Grecs et à avoir en quelque sorte vécu de nouveau l'expérience du doute est saint Augustin . Une grande part de son œuvre est consacrée à une mise en lumière des raisons qu'on pourrait avoir de mettre les connaissances humaines en doute. Le dialogue Contre les Académiciens contient dans sa troisième partie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scepticisme/#i_881

SCHOPENHAUER ARTHUR (1788-1860)

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 154 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La connaissance esthétique »  : […] Dans le plan général du Monde comme volonté et comme représentation , la contemplation est présentée comme une étape vers l'abolition du vouloir-vivre. Mais le salut par la gnose n'est accessible qu'à quelques saints, au nombre desquels Schopenhauer ne s'est pas compté lui-même. La contemplation esthétique est offerte à tous, ne serait-ce que dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-schopenhauer/#i_881

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 642 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le divorce de la science et de la philosophie »  : […] Cet édifice harmonieux commence à se lézarder avec Galilée et Newton et le développement de la science expérimentale. La physique se sépare de la métaphysique, et conquiert son autonomie. Dès lors, l'éloignement de la science et de la philosophie ira croissant. Les philosophes auront bien sûr leur part de responsabilité dans cette évolution, et, s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_881

SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 9 280 mots

Dans le chapitre « La question du commencement »  : […] L'objet étudié par le sociologue, que ce soit un système de relations, un groupe ou même une société globale, est construit à partir d'un horizon qui, pour n'être pas précisément dessiné ni peut-être même aperçu, n'en est pas moins la condition transcendantale de sa constitution. Et c'est cet horizon que vise la question : « Qu'est-ce que la sociét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe/#i_881

SOCIÉTÉ CIVILE

  • Écrit par 
  • Daniel MOUCHARD
  •  • 1 193 mots

Dans le chapitre « Histoire »  : […] Comme le souligne Dominique Colas, la première occurrence historique de la société civile apparaît au iv e  siècle avant J.-C., chez Aristote, dans la Politique . La koinônia politikè (communauté politique) grecque et sa traduction latine, societas civilis , donneront naissance à notre expression. Déjà chez Aristote, la société civile /communauté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe-civile/#i_881

STADE NOTION DE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 1 126 mots

En tenant compte de l'arbitraire qui s'attache à toute tentative de définition d'un concept, dans la mesure où elle opère par réduction à partir des prémisses, il semblerait que la notion de stade présente deux applications bien distinctes autour desquelles se distribuent diverses disciplines intéressées : dans les notions de direction et d'organis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notion-de-stade/#i_881

STIRNER MAX (1806-1856)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON
  •  • 2 147 mots

Dans le chapitre « L'unicité »  : […] Une fois extrait de la gangue des idoles, des fantômes, des idées fixes qui le rendaient méconnaissable, le Moi découvre son unicité. N'étant plus réglé, dirigé, mécanisé, gouverné par l'Esprit et les innombrables formes politiques, sociales et idéologiques qui en dérivent, il retrouve son entière et pleine disponibilité. Cette reconnaissance de sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-stirner/#i_881

SUBLIMATION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 5 962 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La sublimation, vérité de l'expérience amoureuse »  : […] Dans son essai Le Moi et le Ça (1923), Freud décrit, en effet, la sublimation comme l'œuvre du moi soulageant le ça de ses premiers investissements d'objets. Rappelons que le ça représente ici le rôle de l'hérédité, et l'ensemble de ce que l'être apporte en naissant, tandis que le moi est déterminé par ce qu'il a lui-même vécu. L'objet des pulsio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sublimation-psychanalyse/#i_881

SUBLIME, philosophie

  • Écrit par 
  • Philippe LACOUE-LABARTHE
  •  • 6 168 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le problème de la présentation »  : […] Mais si le sublime peut se définir comme la présentation du métaphysique, on ne peut manquer de voir apparaître une redoutable difficulté. Toute présentation étant par définition sensible (physique), comment du non-sensible ou du suprasensible peut-il se présenter ou se manifester ? La tradition la moins philosophique du sublime ne s'embarrasse guè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sublime-philosophie/#i_881

SUBSTANCE

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 5 343 mots

Dans le chapitre « Hegel »  : […] Le philosophe de l'histoire qu'est Hegel est en effet un philosophe d'abord, et un philosophe de la substance ensuite ou par conséquent. Certes, on ne trouve dans son œuvre que des allusions éparses à la substance : par exemple, la définition (apparemment fort traditionnelle) de ce terme dans l' Encyclopédie des sciences philosophiques , ou bien di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/substance/#i_881

SYLLOGISME

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 1 820 mots

Dans le chapitre « Valeur du syllogisme »  : […] Depuis le début des Temps modernes, le syllogisme a été souvent en butte aux critiques, voire aux railleries. Seul parmi les grands philosophes, Hegel lui accordera une place importante, encore que d'un point de vue tout à fait étranger à la logique formelle, dans sa Science de la logique  : retenant la fonction médiatrice du syllogisme, il en fera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syllogisme/#i_881

SYNTHÈSE, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 343 mots

Pour présenter la synthèse, on s'inspirera plus particulièrement de deux philosophes qui ont fait d'elle un moment essentiel de la pensée : Kant et Hegel. Kant introduit la distinction entre les jugements analytiques, qui élucident et expliquent un concept sans communiquer d'information nouvelle (par exemple : « Tous les corps sont divisibles »), e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/synthese-philosophie/#i_881

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 310 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la catharsis à l'étonnement »  : […] Essentielle à l'esthétique d'Aristote, qui juge de la réussite d'une tragédie à l'aune de son effet sur le spectateur, la catharsis se réduit dans les Écrits sur le théâtre à une identification aliénante, tant pour le comédien que pour le spectateur. Brecht propose ainsi une interprétation étroitement psychologique de l'effet visé par la représen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-dramaturgie/#i_881

TOTALITÉ

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 3 269 mots

Nous reconnaissons un tout quand une multiplicité d'objets – ou, dans une continuité homogène, une multiplicité de points ou d'éléments – forme une unité ou entre, sans résidu, sous un acte unique de la pensée. Ce par quoi le tout est un tout, la totalité, s'emploie aussi comme synonyme du tout. Les notions du tout et de la totalité sont impliquées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/totalite/#i_881

VERTU

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 4 480 mots

Dans le chapitre « Le mythe vertuiste »  : […] « La vertu antique (αρετ̀η), écrit Hegel, avait une signification précise et sûre, car elle avait son contenu solide dans la substance du peuple, et elle se proposait comme but un bien effectivement réel, un bien déjà existant. » Comment contester l'exigence d'αρετ̀η, quand celle-ci est conçue, suivant les termes de Gorgias, comme « la chose donnan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertu/#i_881

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 198 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Violence et rapport à autrui »  : […] Une approche philosophique très différente consiste à envisager la violence du point de vue du rapport à autrui et de l'intersubjectivité. Hegel dans la Phénoménologie de l'esprit (B-IV-A) a ouvert la voie à ces analyses avec sa dialectique du maître et de l'esclave. Dans la mesure où toute conscience dans son désir tend à réifier autrui, la viole […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violence/#i_881

VOLONTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 8 783 mots

Dans le chapitre « Le contexte « dialectique » : Hegel »  : […] On peut voir dans la philosophie hégélienne une tentative pour donner une réponse dialectique à la série des scissions auxquelles conduit le mode de pensée critique : scissions entre l'a priori et l'empirique, entre la raison théorique et la raison pratique, entre l'obligation morale et le désir, enfin entre la volonté raisonnable et la volonté arb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volonte/#i_881

WAHL JEAN (1888-1974)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  •  • 1 456 mots

Philosophe et poète, Jean Wahl fut d'abord un élève brillant au lycée Janson-de-Sailly à Paris. Après un an de préparation au lycée Louis-le-Grand, il entre à l'École normale supérieure en 1907 et, dès 1910, est agrégé de philosophie (premier de la liste devant son ami Gabriel Marcel). Docteur ès lettres en 1920, il enseigne à Besançon, Nancy, Lyon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-wahl/#i_881

WEIL ERIC (1904-1977)

  • Écrit par 
  • Marcel REGNIER
  •  • 708 mots

De 1923 à 1927, Eric Weil, né à Parchim (Allemagne), eut principalement pour maîtres Max Dessoir à Berlin et surtout Ernst Cassirer à Hambourg. Dans sa thèse de doctorat de 1928 sur Pietro Pomponazzi (1462-1524), on retrouve l'admiration d'Ernst Cassirer pour l'homme de la Renaissance, se pensant lui-même comme centre de l'univers. En 1933, Weil é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eric-weil/#i_881

PÉCHÉ, religion

  • Écrit par 
  • Jacques POHIER
  •  • 6 302 mots

Dans le chapitre « Péché et mutations philosophiques de l'éthique »  : […] Les importantes mutations culturelles engendrées ou favorisées par les découvertes, les théories et les pratiques des différentes disciplines évoquées ci-dessus se sont conjuguées avec des mutations non moins importantes, et à peine plus anciennes, dans la conception même qu'on se fait, au moins en Occident, de la moralité et de ce qu'elle représen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peche-religion/#i_881

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hegel-reperes-chronologiques/