BELLMER HANS (1902-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le corps désarticulé

En 1938, Bellmer, désormais veuf et indésirable dans son pays, s'installe à Paris. Lorsque la guerre éclate, il est interné au camp des Milles avec Max Ernst, puis se réfugie à Toulouse, et à Castres, où il survit en vendant des portraits. Parallèlement, il poursuit son exploration graphique du désir. Raffinant son trait à l'extrême, il traduit la polymorphie du fantasme en multipliant les effets de transparence qui caractériseront plus tard ses illustrations pour Histoire de l'œil (1945) ou Madame Edwarda (1965) de Bataille.

Durant la guerre, il s'adonne à la décalcomanie selon le principe élaboré par Oscar Dominguez en 1936, et découvre la gravure, dont l'outillage incisif répond mieux que la photographie à la mise au jour des mécanismes de sa pensée. Avec Nora Mitrani, « sœur de l'impossible », éprise comme lui d'anagrammes, il poursuit l'élaboration de son « dictionnaire pour la conscience du corps », lequel, à l'instar de la phrase, doit faire l'objet d'une désarticulation permanente, « pour que se recomposent, à travers une série d'anagrammes sans fins, ses contenus véritables » (Petite Anatomie de l'inconscient physique, ou l'Anatomie de l'image, 1957).

Rentré à Paris après la guerre, Bellmer peine à vivre de son art, malgré la parution des Jeux de la poupée en 1949 (photographies colorisées de la Poupée et poèmes de Paul Eluard). La rencontre à Berlin, l'année suivante, de la journaliste Unica Zürn (1916-1970) invite Bellmer à renouer avec l'« Amour intact » (Nora Mitrani). Ils composent ensemble un livre (Hexentexte, Textes de sorcière, publié à Berlin en 1954 sous le seul nom d'Unica Zürn) où se mêlent anagrammes et dessins, avant de revenir à Paris vivre une vie de « céphalopode à deux », ponctuée par les crises d'angoisse de la jeune femme. La précarité matérielle continuera de menacer le couple jusqu'à ce que Daniel Cordier, en 1959, achète à l'artiste un grand nombre d'œuvres. Mais il lui faudra attendre 1966 pour que se [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  BELLMER HANS (1902-1975)  » est également traité dans :

MONSTRES, esthétique

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 3 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Angoisse, désirs et monstres »  : […] Mais les liens qui unissent le monstre de l'art aux affects sont plus importants que ceux qui le relient aux savoirs. Plus qu'à notre volonté de savoir, c'est à nos désirs, à notre angoisse que le monstre a affaire. Bien des monstres naissent de l'angoisse et la suscitent. Henri Michaux ( Plume ) écrit : « Avec simplicité, les animaux fantastiques sortent des angoisses et des obsessions [...]. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monstres-esthetique/#i_9836

PHOTOGRAPHIE (art) - Le statut esthétique

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 5 133 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La « fuite hors du réel » »  : […] À cette époque où sont posés les jalons de l'impressionnisme se produit une débauche d'effets de flou, de retouches, de traitements chimiques compliqués, qui ont tous pour but avoué ou inavoué de permettre à la photographie de rivaliser avec la peinture. La vogue du nouvel art suit la courbe de l'évolution générale de la société : au positivisme triomphant succède une certaine « évasion » vers des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-le-statut-esthetique/#i_9836

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine VASSEUR, « BELLMER HANS - (1902-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-bellmer/