BELLMER HANS (1902-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Profondément troublante, l'œuvre de Hans Bellmer, peintre, dessinateur, graveur et sculpteur français d'origine allemande, n'est en rien tapageuse. Nourrie par une culture exigeante, secondée par une écriture ciselée, elle est le fruit d'une subversion du désir mûrie au cœur de la pensée. En ce sens, Bellmer est tout aussi proche d'un Sade – dont les cruautés épousent un discours critique implacable – que d'un Bataille – dont l'écriture draine les obsessions intimes. Bellmer fut aussi proche, par sa dextérité, des maîtres allemands de la Renaissance. Les surréalistes, quant à eux, offriront une terre d'asile à ce loup solitaire.

Naissance de la poupée

Né en 1902 à Katowice (ville alors allemande, aujourd'hui polonaise), dans une famille où l'autorité paternelle confine à l'exercice de la terreur, Hans Bellmer cultive le goût du merveilleux, via les jouets et les romans populaires. En 1922, il entre à la Technische Hochschule de Berlin, pour y apprendre le dessin industriel. Son amitié avec George Grosz aura toutefois raison des desseins de son père. Séduit depuis l'adolescence par Arnold Böcklin, Max Klinger et Aubrey Beardsley, Bellmer découvre à Paris, en 1924, Jules Pascin et Georges Seurat. De retour à Berlin, il se passionne pour l'œuvre graphique des peintres Altdorfer, Baldung Grien et Grünewald.

Lorsque les nazis accèdent au pouvoir, en 1933, Bellmer délaisse l'agence de publicité qu'il avait fondée avec sa femme Margarete, afin de n'être en rien « utile à l'État ». À la même époque, il assiste à une représentation des Contes d'Hoffmann. Le personnage d'Olympia lui inspire la création d'une « fille artificielle aux possibilités anatomiques capables de rephysiologiser les vertiges de la passion jusqu'à inventer des désirs ». Ignorant alors les recherches des surréalistes sur l'objet à fonctionnement symbolique, Bellmer fabrique, avec son frère Fritz, une poupée en étoupe durcie à la colle, abritant un « panorama » visible par le trou du nombril. Les clichés de cette « mineure articulée » sont publiés en décembre 1934, dan [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en histoire de l'art à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  BELLMER HANS (1902-1975)  » est également traité dans :

MONSTRES, esthétique

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 3 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Angoisse, désirs et monstres »  : […] Mais les liens qui unissent le monstre de l'art aux affects sont plus importants que ceux qui le relient aux savoirs. Plus qu'à notre volonté de savoir, c'est à nos désirs, à notre angoisse que le monstre a affaire. Bien des monstres naissent de l'angoisse et la suscitent. Henri Michaux ( Plume ) écrit : « Avec simplicité, les animaux fantastiques sortent des angoisses et des obsessions [...]. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monstres-esthetique/#i_9836

PHOTOGRAPHIE (art) - Le statut esthétique

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 5 133 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La « fuite hors du réel » »  : […] À cette époque où sont posés les jalons de l'impressionnisme se produit une débauche d'effets de flou, de retouches, de traitements chimiques compliqués, qui ont tous pour but avoué ou inavoué de permettre à la photographie de rivaliser avec la peinture. La vogue du nouvel art suit la courbe de l'évolution générale de la société : au positivisme triomphant succède une certaine « évasion » vers des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-le-statut-esthetique/#i_9836

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine VASSEUR, « BELLMER HANS - (1902-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-bellmer/