UNICA ZÜRN (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après l’exposition sur Unica Zürn organisée à la Halle Saint-Pierre en 2006, celle proposée par le musée d’Art et d’Histoire de l’hôpital Sainte-Anne en 2020 vient approfondir notre connaissance de cette artiste dessinatrice, peintre et écrivaine. Atteinte de schizophrénie, Unica Zürn, née le 6 juillet 1916 à Berlin, a séjourné et beaucoup dessiné dans différents lieux chargés d’histoire de la maladie mentale. Anne-Marie Dubois, directrice du musée d’Art et d’Histoire de l’hôpital Sainte-Anne et commissaire de l’exposition, a été confrontée à la dispersion de son importante production plastique dont seules cinq œuvres, parmi lesquelles trois gouaches, appartiennent au musée, sur près de soixante-dix exposées. Une section documentaire composée de photographies, de publications originales et de lettres ou de reproductions apporte un éclairage précieux sur sa période créatrice depuis sa rencontre à Berlin en 1953 avec Hans Bellmer (1902-1975) jusqu’à sa mort tragique à Paris, le 19 octobre 1970.

Sans titre, U. Zürn

Photographie : Sans titre, U. Zürn

Photographie

Anagrammes et dessins se mêlent dans l'œuvre d'Unica Zürn. Ils sont d'abord des signes en mouvement, les traces d'une parole empêchée que l'encre de Chine, les crayons de couleur ou la gouache font brièvement ressurgir. Unica Zürn, Sans titre, 9 novembre 1961. Hôpital Sainte-Anne, encre... 

Crédits : CEE-MAHHSA ; © Dominique Baliko

Afficher

Une œuvre plurielle

Longtemps perçue dans l’ombre de son compagnon allemand, réfugié en France à partir de 1938, Unica Zürn doit cette mise en lumière au vaste courant d’intérêt pour les femmes dans le milieu surréaliste amorcé dans les années 1980. Désormais mieux connue, l’artiste intéresse pour les qualités plastiques de ses dessins et sa production d’anagrammes. En 1954, pour la galerie d’art Springer de Berlin, paraît Hexentexte (Textes de sorcières), composé de dix anagrammes et dix dessins à l’encre de Chine, avec une postface de Bellmer. Incompris en Allemagne, le recueil rencontre un grand succès parmi les surréalistes parisiens dont Unica fait alors la connaissance, en particulier Max Ernst, Man Ray, Hans Arp, puis André Breton, Francis Ponge et particulièrement Henri Michaux en 1957. Hans Bellmer et Unica Zürn participe [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Nelly FEUERHAHN, « UNICA ZÜRN (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/unica-zurn-exposition/