HAMMOURABI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le législateur

Mais c'est surtout dans son code que se manifeste le génie unificateur de Hammourabi. Le roi en ordonna au moins deux rédactions, séparées par un intervalle de cinq ans. La seconde, dressée dans la trente-quatrième année du règne, est connue par la stèle conservée au Louvre et traduite en français dès 1902 par le père Vincent Scheil. Un bas-relief y figure le roi recevant de Shamash, dieu du Soleil et de la Justice (ou de Mardouk ?), le contenu des lois. Le texte comporte un prologue, environ deux cent quatre-vingts articles et un épilogue. Prologue et épilogue exaltent les hauts faits du souverain, les buts de son activité législative, et cherchent à assurer, au moyen de bénédictions et d'imprécations, le respect de sa volonté. Trouvée à Suse, où un conquérant l'avait transportée au xiie siècle avant J.-C. comme butin de guerre, la stèle avait été polie à sa base ; la lacune résultant de cette mutilation a été partiellement comblée grâce à vingt-deux fragments de copies sur argile retrouvés dans les sites les plus divers et de dates très échelonnées. Ces copies prouvent la diffusion et la renommée du Code loin de Babylone (Élam, Assyrie) et mille ans après sa promulgation.

On connaît aujourd'hui les fragments d'au moins trois codes, sumériens et akkadien, antérieurs à celui de Hammourabi, et qui lui ont en partie servi de modèles. Toutes ces œuvres constituent, plus que des codes au sens moderne, des recueils inspirés par des précédents judiciaires et destinés à compléter la coutume ou à trancher des espèces délicates : elles forment donc une législation casuistique et complémentaire, comparable à celle de certains capitulaires.

Le droit révélé par le Code opère la synthèse d'éléments sumériens et sémitiques. Il évoque déjà une société de marchands tandis que, treize siècles plus tard, la loi des Douze Tables apparaîtra encore comme un code de paysans (P. Bonfante). On l'a aussi opposé, pour le modernisme de son esprit laïc, au Code de l'Alliance, po[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HAMMOURABI (mort en ~1750)  » est également traité dans :

HAMMOURABI, en bref

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 194 mots
  •  • 1 média

Lors de l'arrivée au pouvoir de Hammourabi (— 1792-— 1750), Babylone n'est qu'une principauté de très moyenne importance, dans une position plutôt défavorable au cœur d'une Mésopotamie déchirée par d'âpres ambitions dominatrices. Mais, grâce à une politique visant systématiquement à structurer la Babylonie autour de sa capitale et à renforcer sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hammourabi-en-bref/

ASSYRIE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 9 704 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Guerres civiles et dominations étrangères (XVIIIe-XVe s.) »  : […] d'Eshnounna qui s'empare d'Assour ; mais Ishmé-Dagan s'est placé sous la protection de Hammourabi de Babylone, qui se vantera dans le prologue de son Code d'avoir rendu à la ville d'Assour son dieu protecteur (sans doute la statue d'Assour enlevée par le roi d'Eshnounna). Le long règne (40 ou 50 ans) du fils de Shamshi-Adad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assyrie/#i_5393

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 319 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le roi et les institutions publiques »  : […] juge suprême, administrateur et chef militaire. Dans son Code (1694 env. avant J.-C.), Hammourabi transmet à ses sujets des lois inspirées par les dieux, mais couvertes de son autorité temporelle. On possède des édits émanant du premier (Samsou-ilouna) et du quatrième (Ammi-tsadouqa) successeur de ce roi, et quelques débris d'une loi néo- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/babylone/#i_5393

CODE D'HAMMOURABI (-1760 env.)

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 213 mots
  •  • 1 média

Comparé aux « codes » d'Urukagina (— 2350), d'Ur-Nammu (— 2100) ou d'Eshnunna (— 1800), le Code d'Hammourabi constitue, grâce à la découverte en 1901 de la célèbre stèle par l'archéologue Jacques de Morgan, le document le plus complet de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/code-d-hammourabi/#i_5393

CONSTRUCTION DU PREMIER EMPIRE BABYLONIEN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 304 mots

— 1763 Défaite de Larsa face à la coalition. La mort de Rim-Sîn donne à Hammourabi le contrôle de toute la Mésopotamie méridionale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/construction-du-premier-empire-babylonien-reperes-chronologiques/#i_5393

MARI, site archéologique

  • Écrit par 
  • Pascal BUTTERLIN
  •  • 4 490 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Palais et royauté, les rituels du pouvoir »  : […] la salle, face au trône royal. Le palais et la ville furent détruits en même temps par Hammourabi de Babylone en 1759 av. J.-C. Il mit ainsi fin à l'existence de Mari comme ville royale. Le nom même de la ville resta longtemps dans les mémoires, mais le site cessa de représenter un centre politique important. Le geste d'Hammourabi débarrassa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mari-site-archeologique/#i_5393

MÉSOPOTAMIE - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HUOT
  •  • 5 134 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'unification de la Mésopotamie »  : […] À partir du début du IIe millénaire, le centre de gravité du monde oriental se déplaça vers l'ouest. Si, sous le roi Hammourabi (xviiie siècle), la ville de Babylone réussit à imposer son autorité à l'ensemble de la Mésopotamie (code d'Hammourabi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesopotamie-l-archeologie/#i_5393

NAISSANCE DE LA BANQUE

  • Écrit par 
  • François REBUFFAT
  •  • 240 mots

d'Abisarê (— 1905-— 1895) du pays de Larsa, on rencontre pour la première fois la mention de prêts sacrés. Plus tard, sous le règne de Hammourabi (— 1792-— 1750), se constitue l'éphémère mais glorieux empire de Babylone et le roi attend du clergé qu'il paye les rançons des prisonniers de guerre et qu'il lui accorde des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naissance-de-la-banque/#i_5393

PEINTURE MÉSOPOTAMIENNE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 359 mots

— 1760 Destruction de Mari par Hammourabi de Babylone : l'abattage volontaire des murs du palais immédiatement après l'incendie a permis la conservation des peintures jusqu'à leur découverte par André Parrot en 1936 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-mesopotamienne-reperes-chronologiques/#i_5393

Voir aussi

Pour citer l’article

Guillaume CARDASCIA, « HAMMOURABI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hammourabi/