CODE D'HAMMOURABI (1760 av. J.-C. env.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comparé aux « codes » d'Urukagina (— 2350), d'Ur-Nammu (— 2100) ou d'Eshnunna (— 1800), le Code d'Hammourabi constitue, grâce à la découverte en 1901 de la célèbre stèle par l'archéologue Jacques de Morgan, le document le plus complet de l'abondante production juridique des riches cités-royaumes de Mésopotamie. Vers la fin de son règne (— 1792-— 1750), Hammourabi le fit graver dans plusieurs villes « afin de proclamer la Justice en ce pays, de régler les disputes et réparer les torts » (Épilogue). À proprement parler, il s'agit non d'un code, mais d'un édit notifiant au public des cas juridiques reçus. Ce tarif juridique, garanti par le roi et appliqué par ses magistrats, pour divers types de contrats (salaire, vente, emprunt, location) ou de fautes, varie selon les personnes impliquées : homme libre, femme, métayer, esclave... Outre une responsabilité pour faute des architectes, médecins et bateliers, on note le recours au talion, que l'on retrouvera bien plus tard dans la Bible. La concision du style casuistique (si X est dans telle situation, alors telle solution s'applique) fit de ce texte un modèle suivi par les scribes pendant plus de mille ans.

Stèle du code de Hammourabi, roi de Babylone

Stèle du code de Hammourabi, roi de Babylone

photographie

Stèle trouvée à Suse, portant le Code de Hammourabi , 282 lois du souverain. Le sommet de la stèle est orné d'un bas-relief: le roi reçoit du dieu Shamash les symboles du pouvoir. Règne de Hammourabi (1792-1750). Basalte noir. Hauteur: 2,225 mètres. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Art Media/ Heritage-Images

Afficher

—  Christian HERMANSEN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CODE D'HAMMOURABI (1760 av. J.-C. env.)  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Le droit antique

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 11 962 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Babylone »  : […] À la différence de l'Égypte, la Mésopotamie Babylone a fourni une documentation juridique considérable, qui s'échelonne sur une période aussi longue que celle de l'histoire de l'Égypte ancienne. Ce droit, conservé par des textes en écriture cunéiforme, est pour cette raison souvent appelé « droit cunéiforme ». L'aire géographique du droit cunéiforme dépasse d'ailleurs très largement la Babylonie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-le-droit-antique/#i_19510

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 315 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le roi et les institutions publiques »  : […] Dès sa première dynastie, la Babylonie est une grande monarchie centralisée qui a profité des expériences unificatrices des royaumes sumériens et akkadiens. Le prince, « roi de la totalité », prétend à une domination universelle. Vicaire du dieu national, Mardouk, il est à la fois législateur, juge suprême, administrateur et chef militaire. Dans son Code (1694 env. avant J.-C.), Hammourabi transm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/babylone/#i_19510

CODIFICATION

  • Écrit par 
  • Guy BRAIBANT
  •  • 6 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines de la codification »  : […] La codification est une vieille ambition de l'humanité. Les plus anciens codes aujourd'hui connus apparaissent en Mésopotamie deux mille ans avant notre ère. Après le Code d'Our-Nammou, rédigé en réalité, semble-t-il, par son fils Shoulgi (2094-2047 av. J.-C.), et le Code d'Eschouna (vers 1800 av. J.-C.), du nom d'une ville, le plus complet et le plus intéressant est le célèbre Code d'Hammourabi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/codification/#i_19510

HAMMOURABI

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA
  •  • 1 263 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le législateur »  : […] Mais c'est surtout dans son code que se manifeste le génie unificateur de Hammourabi. Le roi en ordonna au moins deux rédactions, séparées par un intervalle de cinq ans. La seconde, dressée dans la trente-quatrième année du règne, est connue par la stèle conservée au Louvre et traduite en français dès 1902 par le père Vincent Scheil. Un bas-relief y figure le roi recevant de Shamash, dieu du Sole […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hammourabi/#i_19510

MÉSOPOTAMIE - L'art

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 3 070 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'art babylonien »  : […] L'histoire du II e  millénaire mésopotamien est celle d'un rééquilibrage des centres politiques au profit des régions septentrionales. L'empire de la III e  dynastie d'Ur avait été fondé au début du xxi e  siècle sur l'idée d'une renaissance du pays sumérien ; pendant un siècle, il brilla de tous s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesopotamie-l-art/#i_19510

PREMIERS SALAIRES, PREMIÈRES AMENDES

  • Écrit par 
  • François REBUFFAT
  •  • 189 mots

Dès la III e  dynastie d'Ur (— 2113-— 2006), on connaît la valeur relative de différents métaux : en raison de sa plus grande rareté, le fer a une valeur supérieure à celle de l'or ; quant au cuivre, il vaut de 80 à 140 fois moins que l'argent. On n'ignore pas non plus le prix des produits agricoles, ni le montant de certains « salaires ». Un bœuf représentait alors 75 si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premiers-salaires-premieres-amendes/#i_19510

Pour citer l’article

Christian HERMANSEN, « CODE D'HAMMOURABI (1760 av. J.-C. env.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/code-d-hammourabi-1760-av-j-c-env/