HAMLET, William ShakespeareFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le principe d'ambiguïté

Les nombreuses digressions – qu'il s'agisse des scènes apparemment peu en rapport avec les deux intrigues de vengeance ou des longs monologues métaphysiques d'Hamlet – tendent à diluer l'action, concentrée à l'acte V. Mais ces digressions renforcent l'unité thématique et métaphorique de la pièce par les effets d'échos, de parallélismes et d'oppositions, comme les thèmes de l'espionnage et de l'incertitude. Toute la pièce semble de fait obéir à un principe d'ambiguïté. Les personnages, d'abord, demeurent à nos yeux presque indécidables : ainsi, si Hamlet est bien le héros positif de la pièce, il peut faire preuve d'un cynisme troublant, en sacrifiant ses amis d'enfance, Rosencrantz et Guilderstern, ou même Ophélie, ou encore en riant de la mort de Polonius. Claudius, fratricide et usurpateur, est aussi un bon roi, soucieux de la paix du royaume. Quant à Gertrude, mère inquiète et aimante, elle est aussi une femme faible peu fidèle à la mémoire du père. L'opportuniste Fortinbras, rebelle contre le Danemark rallié par raccroc, est-il le seul héritier légitime ou détourne-t-il avec habileté la situation à son profit pour s'approprier le pouvoir ? Réflexion sur le pouvoir et l'attrait qu'il suscite, la pièce démontre de fait la parenté qui existe entre le théâtre et le gouvernement de l'État : Fortinbras, comme Claudius, sera sans doute un disciple de Machiavel, puisque, dans les dernières lignes, le dénouement, particulièrement ambigu, le montre mettant en scène les funérailles d'Hamlet pour exploiter le soutien populaire dont bénéficiait ce dernier.

Ce principe d'ambiguïté s'applique à la signification même de la tragédie. Hamlet est, à un premier niveau, la subversion d'une tragédie de vengeance : contrairement à Laerte, justicier dominé par l'indignation, Hamlet place au cœur de ses hésitations l'opposition entre l'éthique expéditive de la vengeance, fondée sur l'individualisme et le mépris des lois, et une éthique chrétienne doublée de l'obéissance aux lois civile [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégée d'anglais, ancienne élève de l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, maître de conférences à l'université de Paris-VIII-Saint-Denis

Classification

Autres références

«  HAMLET, William Shakespeare  » est également traité dans :

HAMLET (mise en scène P. Brook)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 070 mots

« Qui est là ? ». C'est la première réplique d'Hamlet. C'était aussi le titre du travail de recherche présenté, il y a trois ans, par Peter Brook. « Qui est là », sur cette scène ? Et qu'est-ce qui est là ? Du théâtre, des corps, un corps en mouvement surtout, des mots proférés, une langue, un souffle, une intrigue. Et, comme le souli […] Lire la suite

BELLEFOREST FRANÇOIS DE (1530-1583)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 136 mots

Pauvre et peu courtisan, Belleforest vécut de sa plume en exécutant des commandes de libraires. Il séjourna à la cour de Marguerite de Navarre et, après la mort de cette dernière (1549), se fixa à Paris. Polygraphe, il composa, compila, traduisit (Cicéron, Boccace, Bandello...) ou remania plus de cinquante volumes, en vers et en prose. On lui doit d'avoir inspiré le Hamlet de Shakespeare et le V […] Lire la suite

LITTÉRATURE & PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean BELLEMIN-NOEL
  •  • 7 689 mots

Dans le chapitre « L'inconscient pour l'inconscient »  : […] Un léger retour en arrière nous conduit à prendre en considération une autre ligne des investigations de Freud en matière d'art. Sonder les grandes œuvres avec les outils de la psychanalyse donne parfois des informations sur l'esprit humain, plus particulièrement sur des constantes du comportement et des usages si fréquents, si répandus dans les différentes sociétés qu'on ne sait plus très bien di […] Lire la suite

RICHARD III (mise en scène T. Ostermeier)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 915 mots
  •  • 1 média

Depuis qu’il a découvert Shakespeare à l’âge de dix-sept ans, Thomas Ostermeier voue une véritable passion au dramaturge, dont il a mis en scène Le S onge d’une nuit d’été (2006 ) , Othello (2010 ), Mesure pour mesure (2011 ) à la Schaubühne de Berlin, qu’il codirige depuis 1999. Autant de manifestations d’une quête faite d’interrogations, de réflexions et d’éclairages sur certains aspects de l’ […] Lire la suite

SHAKESPEARE WILLIAM

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 8 219 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'amour, la fureur et la mort »  : […] Avec Hamlet , et même Jules César qui le précède, nous sommes entrés dans la période dite « noire » des grandes tragédies. Il ne s'agit plus seulement ici d'un refus cynique des cruelles réalités humaines dont naguère les personnages semblaient s'accommoder, mais d'une négation sans recours, d'un recul devant l'horreur d'une insupportable vision. Les pièces historiques étaient déjà suffisamment g […] Lire la suite

Pour citer l’article

Line COTTEGNIES, « HAMLET, William Shakespeare - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hamlet-william-shakespeare/