Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HABITAT L'habitat contemporain

Un habitat pour l'homme d'aujourd'hui

Le mot « habitat » n'a pas d'équivalent exact dans toutes les langues et sa définition soulève en France des discussions byzantines.

Le Conseil économique a demandé en 1949 à l'architecte Le Corbusier de faire une proposition pour une « charte d'habitat ». Or c'est la notion d'habitation, et non celle d'habitat vu comme un environnement de la vie, que Le Corbusier a placée au centre de son rapport. Le IXe Congrès international d'architecture moderne (C.I.A.M.), réuni en 1955 à Aix-en-Provence avait également comme but la création d'une « charte d'habitat ». Malgré de longues discussions, les nombreux architectes venus du monde entier se sont trouvés dans l'impossibilité de clarifier la notion d'habitat par rapport à celle d'habitation. L'habitat était considéré comme une habitation totale, c'est-à-dire « le logis » et ses « prolongements ».

L'étymologie latine du terme français (habitatum, de habitare, vivre, tenir) ne trouve dans les autres langues que des similitudes approximatives : en grec όιχισμ́ος, en allemand das Wohnen, en anglais housing, etc. Le mot « habitat » fut d'abord utilisé pour désigner « un lieu spécialement habité par une espèce végétale ; on l'applique aussi aux animaux et à l'homme considérés selon les diverses races » (Littré), c'est-à-dire pour désigner une « aire habitée » par une espèce ou un groupe d'espèces animales ou végétales.

Pourtant généralement, au centre de la notion d'habitat se trouve l'homme lui-même et son toit-abri, ce qui amène continuellement à confondre l'habitation ou le groupe d'habitations avec l'habitat au sens le plus large du terme. L'habitat n'est pas qu'un toit-abri, foyer ou logis, mais un ensemble socialement organisé. Il permet à l'homme de satisfaire ses besoins physiologiques, spirituels et affectifs ; il le protège des éléments hostiles et étrangers. Il lui assure son épanouissement vital. L'habitat intègre la vie individuelle et familiale dans les manifestations de la vie sociale et collective.

De plus en plus la notion d'habitat prend un sens écologique : l'habitat devient avant tout « l'environnement où les hommes vivent » : vivre seul et vivre en société.

L'habitat comme totalité

Habitat et urbanisme

Les quatre fonctions bases de l'urbanisme (d'après la charte d'Athènes des Congrès internationaux d'architecture moderne, 1933) – habiter, travailler, cultiver son corps et son esprit, circuler – s'entremêlent et se confondent dans l'habitat, et la complexité de leurs relations et interrelations le caractérise, le spécifie et l'identifie.

Par exemple l'habitude de distinguer l'« habitat individuel » de l'« habitat collectif » n'a aucun sens. L'habitat est toujours collectif par opposition à l'habitation, qui doit toujours être individuelle et familiale. Si l'on compare deux extrêmes, les habitations dans l'« unité de grandeur conforme », suivant la conception de Le Corbusier pour sa Ville radieuse (par exemple, l'immeuble collectif Le Corbusier à Marseille), sont certainement beaucoup plus individuelles que n'importe quel pavillon de banlieue des grandes villes. La proposition de Le Corbusier crée une conception sociale de l'habitat ; à l'opposé, l'habitat dit « individuel » provoque la destruction de l'habitat.

L'habitat spécifique

La prédominance de telle ou telle donnée spécifie l'habitat et montre la diversité de ses aspects écologiques.

L'élément climatique permet de distinguer par exemple l'habitat tropical de l'habitat polaire. Les données surtout géographiques différencient[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Maison-bulle Dubigeon-Normandie

Maison-bulle Dubigeon-Normandie

Autres références

  • ABSALON ESHER MEIR dit (1964-1993)

    • Écrit par Jean-Marc HUITOREL
    • 1 017 mots

    L'artiste Esher Meir, dit Absalon, est né en 1964 à Ashdod en Israël. Il est mort à Paris en 1993. Sa carrière fulgurante aura duré à peine six années. Très vite connu et reconnu, il a produit une œuvre homogène et d'emblée identifiable, à la fois représentative de l'art au tournant des années...

  • AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

    • Écrit par Claire BOULLIER, Geneviève CALAME-GRIAULE, Michèle COQUET, Universalis, François NEYT
    • 15 151 mots
    • 2 médias
    ...devise poétique des ancêtres fondateurs les appelle « Équilibreurs de degrés », en hommage à leur travail titanesque d'aménagement de ces chaos de rochers. Les grandioses constructions des Tellem, greniers en forme d'obus ou maisons flanquées de petites tours carrées, protégées par les auvents de la falaise,...
  • ALGÉRIE

    • Écrit par Charles-Robert AGERON, Universalis, Sid-Ahmed SOUIAH, Benjamin STORA, Pierre VERMEREN
    • 41 835 mots
    • 22 médias
    ...années 1970. La loi sur les réserves foncières communales de 1974, qui a permis la municipalisation du foncier dans les périmètres urbains des villes, a ouvert la voie à l'habitat individuel sur des lots souvent attribués dans le cadre de coopératives immobilières, des structures qui, en réalité,...
  • ANDO TADAO (1941- )

    • Écrit par François CHASLIN
    • 1 885 mots
    • 1 média
    Parmi ses premières œuvres, celle qui lui valut sa réputation et que l'on peut considérer comme inaugurale (restée d'ailleurs à ce jour peut-être la plus forte) consiste en une petite maison privée, de deux niveaux, bâtie en 1976 à Ōsaka dans le quartier de Sumiyoshi. Serrée sur un terrain de 3 mètres...
  • Afficher les 116 références

Voir aussi