LUKÁCS GYÖRGY (1885-1971)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'adhésion au stalinisme et ses conséquences

Une tentative de conciliation

Lorsque le conflit avec l'Internationale communiste éclate, Lukács adopte une position qui correspond à une sorte de gentleman's agreement : il renonce à exprimer sa pensée, le Parti renonçant de son côté à lui demander ce qu'il pense. C'est après l'arrivée de Hitler au pouvoir que Lukács reprendra le cours de ses publications, commençant une œuvre qui l'amènera périodiquement à des autocritiques extrêmement controversées. De cette œuvre considérable par son étendue, et qui contient à la fois des analyses de très grande valeur et d'autres très contestables, il faut se contenter de mentionner celle qui paraît la plus importante. Au moment où Lukács recommence à écrire, la pensée communiste est marquée par l'élimination du trotskisme et l'essor de la dictature et de la théorie staliniennes. Or, dans sa critique et son analyse du stalinisme, Trotski avait caractérisé celui-ci comme bonapartisme, ce concept désignant pour lui non seulement Bonaparte mais une réalité universelle, celle des dictatures postrévolutionnaires. Les staliniens avaient toujours nié le caractère bonapartiste du régime soviétique et refusaient intégralement l'analyse trotskiste, dont la seule mention constituait, dans les partis communistes, un crime de haute trahison. Lorsque, devant la menace hitlérienne, Lukács adhère au stalinisme, il développe une synthèse originale de ces deux positions. En fait, il admet l'analyse trotskiste du stalinisme comme bonapartisme, mais, contrairement à Trotski, met l'accent sur le fait que, vus dans une perspective globale, Napoléon et la France napoléonienne font partie de la Révolution française et s'expliquent dans une large mesure par la pression militaire du monde réactionnaire extérieur et par la nécessité de défendre, face à lui, les conquêtes essentielles de la Révolution.

Inutile de dire que, dans le cadre du Parti communiste, cette analyse ne pouvait être exprimée directement. Aussi, à quelques rares exceptions près, Lukács cesse-t-il d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

György Lukács

György Lukács
Crédits : Hulton Getty

photographie

La république des Conseils en Hongrie

La république des Conseils en Hongrie
Crédits : Hulton Getty

photographie

Le soulèvement hongrois d'octobre 1956

Le soulèvement hongrois d'octobre 1956
Crédits : Hulton Getty

photographie

Insurrection hongroise de 1956

Insurrection hongroise de 1956
Crédits : National Archives

vidéo

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  LUKÁCS GYÖRGY (1885-1971)  » est également traité dans :

CONSCIENCE DE CLASSE

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 985 mots

L’expression « conscience de classe » appartient au répertoire marxiste. Afin de définir une classe sociale, Karl Marx ne s’en tient pas à l’unique critère de la place occupée dans le rapport de production. En reprenant à son compte une sémantique hégélienne, il propose aussi de distinguer la classe « en soi » et la classe « pour soi ». La première notion désigne un ensemble d’individus qui, bien […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Sociologie et psychanalyse de la littérature »  : […] Taine rapportait l'individu à ses conditions sociales. Ce sera le principe du tout-venant de la critique marxiste, faisant de la littérature et de l'art un reflet de la situation économique, de la superstructure un décalque de l'infrastructure. De György Lukács à Lucien Goldmann, cette doctrine est devenue plus complexe, dès lors qu'elle a vu les sujets de la création dans les groupes et non plus […] Lire la suite

DÉVIATIONNISME

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 552 mots

Lors de la critique par Kautsky de la théorie de Bernstein était apparu le concept d'opportunisme, qui allait être largement élucidé par Lénine. Celui de déviationnisme fut introduit un peu plus tard, lorsque la théorie du centralisme démocratique dans les partis communistes se trouva infléchie par Staline (1930 env.). Pour qu'il y ait déviationnisme, il faut, en effet, qu'une ligne orthodoxe ait […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 893 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les esthétiques de l'objet »  : […] Un premier groupe de théories envisage l'esthétique d'un point de vue résolument gnoséologique. Discipline positive, l'esthétique renverrait aux différentes sciences humaines, dont elle serait appelée à utiliser tour à tour les diverses méthodes, sans avoir cependant à se plier entièrement à aucune. Elle se voudrait à ce titre, plutôt qu'une science humaine parmi les autres, un modèle possible pou […] Lire la suite

GOLDMANN LUCIEN (1913-1970)

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 533 mots

Surtout connu pour ses travaux de sociologie de la création littéraire, Lucien Goldmann est né à Bucarest en 1913. Il vient à Paris en 1934, après un bref passage à l'université de Vienne, où il suit les cours de Max Adler. Il poursuit alors, conjointement, des études de droit, d'économie politique et de philosophie. Réfugié en Suisse en 1942, il y devient l'assistant de Jean Piaget et participe à […] Lire la suite

HONNETH AXEL (1949- )

  • Écrit par 
  • Gérard RAULET
  •  • 1 858 mots

Dans le chapitre « Les sphères de reconnaissance »  : […] Ce changement de paradigme conduit à ne plus concevoir l’agir communicationnel seulement sous l’aspect de l'entente rationnelle mais au sens des conditions de reconnaissance. Il a aussi des implications importantes quant au rapport de la Théorie critique au marxisme et, plus globalement, à l’articulation entre une philosophie morale et politique avec une philosophie sociale. Axel Honneth ne rédui […] Lire la suite

LITTÉRATURE - Sociologie de la littérature

  • Écrit par 
  • Gisèle SAPIRO
  •  • 6 820 mots

Dans le chapitre « Le littéraire et le social »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les études littéraires connaissent un profond renouvellement, avec le New Criticism et le structuralisme, qui opposent à l'histoire littéraire des méthodes d'analyse interne du texte, proclamé autonome. Parallèlement se développent des approches sociologiques des phénomènes littéraires, qui s'intéressent aux conditions sociales de production. À une épo […] Lire la suite

MARXISME - La réification

  • Écrit par 
  • Jacques LEENHARDT
  •  • 3 898 mots

Dans le chapitre « La conscience réifiée »  : […] Marx, le premier, avait relevé les conséquences que les processus définis plus haut engendrent soit sur le plan religieux, soit sur le plan philosophique. Ce n'est cependant qu'avec Lukács que cette analyse prend tout son développement sous le nom de réification ( Verdinglichung ), plus propre que l'expression « fétichisme de la marchandise » à caractériser un phénomène situé dans la conscience ( […] Lire la suite

NATURALISME

  • Écrit par 
  • Yves CHEVREL
  •  • 5 387 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Raconter, décrire, faire dialoguer »  : […] Dans un article célèbre de 1936, “Raconter ou décrire ? Contribution à la discussion sur le naturalisme et le formalisme”, György Lukács attaque Zola (ainsi que Flaubert, Döblin et Dos Passos), à qui il reproche d'avoir abandonné toute “cohérence épique”, au bénéfice de la description. Or, selon Lukács : “Le récit structure, la description nivelle.” Zola s'était déjà défendu contre ce reproche d […] Lire la suite

NIHILISME

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 4 432 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Nihilisme et marxisme »  : […] Les philosophes d'obédience marxiste qui ont ouvert le dialogue avec la pensée nietzschéenne ne pouvaient pas, bien entendu, entériner sa critique du socialisme et pas davantage les solutions qu'elle suggère à la crise nihiliste ; ils inclinent plutôt à voir dans ses explications les reflets idéologiques d'une situation de classes et cherchent donc, dans la ligne du matérialisme dialectique, à ex […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Lucien GOLDMANN, « LUKÁCS GYÖRGY - (1885-1971) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gyorgy-lukacs/