GOLDMANN LUCIEN (1913-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Surtout connu pour ses travaux de sociologie de la création littéraire, Lucien Goldmann est né à Bucarest en 1913. Il vient à Paris en 1934, après un bref passage à l'université de Vienne, où il suit les cours de Max Adler. Il poursuit alors, conjointement, des études de droit, d'économie politique et de philosophie. Réfugié en Suisse en 1942, il y devient l'assistant de Jean Piaget et participe à ses recherches d'épistémologie génétique. De retour — en 1945 — à Paris, il entre au C.N.R.S. Il meurt en 1970. D'une œuvre aux multiples centres d'intérêt, on retiendra : Sciences humaines et Philosophie (1952), Racine (1956), Le Dieu caché (1956), Recherches dialectiques (1959), Pour une sociologie du roman (1964), Structures mentales et Création culturelle (1970), Marxisme et Sciences humaines (1970).

Penseur marxiste, d'un marxisme qui puise essentiellement dans la lecture du jeune Marx et dans l'éclairage qu'en donne Georg Lukács, Lucien Goldmann aimait à citer cette pensée de ce dernier qu'il reconnaissait comme son maître : « Ce n'est pas la prédominance des motifs économiques dans l'explication de l'histoire qui distingue d'une manière décisive le marxisme de la science bourgeoise, c'est le point de vue de la totalité. » L'œuvre littéraire, Goldmann la définit comme l'expression de la conscience d'un groupe social ou d'une classe. Mais cette conscience n'est pas la conscience réelle, découverte empiriquement, des agents sociaux, c'est la « conscience possible » (terme qu'il reprend à Lukács). Cette conscience possible est celle qui résulte nécessairement de l'être historique du sujet social ; elle est une structure déductible de la position du sujet dans la totalité historique et du rapport qu'il entretient avec celle-ci. C'est à travers cette catégorie de pensée — dont il n'est pas difficile de voir la parenté avec l'hégélianisme — que Goldmann étudie, dans sa meilleure œuvre — Le Dieu caché —, la « conscience » du jansénisme et des auteurs qui l'expriment (Pascal, Racine).

Il confirme ainsi le présupposé de sa recherche : « [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite, université de Paris-V-Sorbonne

Classification


Autres références

«  GOLDMANN LUCIEN (1913-1970)  » est également traité dans :

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Diversification des objets d'analyse »  : […] Le terme « connaissance » étant le plus souvent entendu dans un sens très large embrassant l'ensemble des conceptions du monde et des savoirs, qu'ils soient de nature scientifique, technique, littéraire ou philosophique, il est naturel que chacun de ces domaines ait fait l'objet d'analyses visant à mettre en évidence les structures et processus soc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/connaissance/#i_45849

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Sociologie et psychanalyse de la littérature »  : […] Taine rapportait l'individu à ses conditions sociales. Ce sera le principe du tout-venant de la critique marxiste, faisant de la littérature et de l'art un reflet de la situation économique, de la superstructure un décalque de l'infrastructure. De György Lukács à Lucien Goldmann, cette doctrine est devenue plus complexe, dès lors qu'elle a vu les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_45849

IDÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Joseph GABEL
  •  • 6 770 mots

Dans le chapitre « Déductions compréhensives »  : […] F. Châtelet signale que l'idéologie est réifiante  ; elle vise en effet « à faire durer l'état de choses donné » ; elle est donc antihistoriciste par définition (H. Lefebvre et F. Châtelet, Idéologie et Vérité ). M. Rodinson souligne de son côté le caractère manichéen de l'idéologie qui postule « la dévalorisation de toutes les luttes autres que ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ideologie/#i_45849

LITTÉRATURE - Sociologie de la littérature

  • Écrit par 
  • Gisèle SAPIRO
  •  • 6 820 mots

Dans le chapitre « Le littéraire et le social »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les études littéraires connaissent un profond renouvellement, avec le New Criticism et le structuralisme, qui opposent à l'histoire littéraire des méthodes d'analyse interne du texte, proclamé autonome. Parallèlement se développent des approches sociologiques des phénomènes littéraires, qui s'intéressen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-sociologie-de-la-litterature/#i_45849

MARXISME - La réification

  • Écrit par 
  • Jacques LEENHARDT
  •  • 3 898 mots

Dans le chapitre « Conscience politique »  : […] Dans Histoire et conscience de classe , Lukács examine les conséquences politiques de la réification dans les sociétés capitalistes bourgeoises. Il met alors en avant le rôle du prolétariat comme agent du dépassement historique de la phase de réification née avec le système échangiste marchand. Lukács fonde cette fonction historique dans la positi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marxisme-la-reification/#i_45849

ROMAN - Genèse du roman

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 5 840 mots
  •  • 1 média

À propos de Beauté mon beau souci , Arland écrivait : « Nouvelle ou roman ? [...] C'est une nouvelle qui soudain se transforme en roman » ; et Robert Mallet : « À la limite du récit autobiographique, de la nouvelle et de l'essai. Certains pourront les considérer comme des ébauches de roman, d'autres comme des romans condensés. » Les « romans dans l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-genese-du-roman/#i_45849

ROMAN - Le nouveau roman

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 4 683 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nouvelles techniques, nouvelle vision du monde »  : […] Les débuts du nouveau roman ne coïncident pas par hasard avec ceux de la « nouvelle vague » (expression employée pour la première fois dans L'Express , à l'automne de 1957, pour désigner une nouvelle génération de cinéastes). Les films de la nouvelle vague présentent entre autres originalités une bande-son où les voix ne sont plus hiérarchisées de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-nouveau-roman/#i_45849

Pour citer l’article

André AKOUN, « GOLDMANN LUCIEN - (1913-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucien-goldmann/