CAILLEBOTTE GUSTAVE (1848-1894)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une représentation du monde bourgeois

Le refus des Raboteurs de parquets par le jury du Salon en 1875 accélère l'adhésion du peintre aux idées de Degas et du critique réaliste Edmond Duranty exprimées en 1876 dans son manifeste Une nouvelle peinture : il s'agit de représenter l'individu dans la vérité de son environnement et de sa fonction, d'inventer des points de vue et des coupes qui impliquent une observation renouvelée. À partir de 1876, commence une carrière qui semble s'imposer avec huit toiles dont Jeune homme jouant du piano, Jeune homme à sa fenêtre, Déjeuner. Le monde bourgeois y est perçu selon des intensités différentes : l'étude musicale, la solitude désœuvrée, le rituel familial, l'ordre d'un jardin et surtout le rapport inédit dans un tel cadre avec « les fonctions ouvrières » que montraient les deux versions des Raboteurs. Ce motif parmi d'autres appartient aux attitudes et aux gestes du quotidien qui rendent crédibles une situation par rapport aux choses et à l'espace, ici l'appartement familial parisien.

Le spectateur participe à l'observation du peintre, comme semble en témoigner l'assiette vide au premier plan du Déjeuner. Le peintre, qui fera l'acquisition du Balcon (1869) à la vente Manet en 1884, inverse le principe de composition du tableau en présentant ses personnages à contre-jour. Il affirme surtout dans ses sujets un univers « célibataire », à la différence de Monet ou de Renoir. Cet univers demeure le sien jusqu'à la fin, même quand sa compagne, Charlotte Berthier (à qui il assurera une rente viagère dans un second testament rédigé en novembre 1883) apparaît discrètement dans un espace dont elle semble n'être qu'une des discrètes composantes.

Martial, son jeune frère, musicien de talent, incarne à vingt-trois ans des valeurs de travail et de création qui seront mises en commun avec la même compétence pour des activités aussi différentes que la philatélie, l'horticulture, le yachting, la construction navale et la photographie. Cette dernière activité n'i [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages






Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'art contemporain à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  CAILLEBOTTE GUSTAVE (1848-1894)  » est également traité dans :

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 461 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Les événements de l'impressionnisme »  : […] Depuis le Salon des Refusés (1863), initiative libérale de Napoléon III, Manet est le peintre que la presse, les pouvoirs académiques et le publics ont voué à l'exécration. En quoi il succède à Courbet, lequel, non seulement se proclamait le fondateur de l'école réaliste, mais encore se faisait honnir pour ses opinions sociales. Manet est, lui aussi, un réaliste, peut-être de façon encore plus af […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric DARRAGON, « CAILLEBOTTE GUSTAVE - (1848-1894) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-caillebotte/