DUFAY GUILLAUME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les messes

On distingue les fragments de messe des « messes cycliques » formant un tout homogène.

Les fragments – on a conservé treize Kyrie, treize Gloria, quatre Credo, quatre Sanctus, trois Agnus Dei – se rattachent, du point du vue du style, aux modèles hérités du siècle précédent. Cependant, il serait hasardeux d'en conclure que la composition de ces fragments est antérieure à celle des grandes messes cycliques. La victoire de la grande forme ne se situe que vers le milieu du xve siècle, c'est-à-dire qu'elle correspond à la dernière période de la vie du musicien.

Dès sa jeunesse, Dufay avait écrit des messes cycliques. Ce fut d'abord la Missa sine nomine, à trois voix, que l'on peut dater des environs de 1420. L'œuvre est de facture ancienne et se situe dans la tradition avignonnaise – tradition probablement introduite en Italie par le Liégeois Jo Ciconia, qui avait séjourné à Avignon. Le Gloria et le Credo de cette messe, avec la déclamation rapide et régulière du texte dans la partie supérieure, soutenue par deux parties instrumentales de structure simple, avec certains passages « en hoquets », se rattachent à l'esthétique du xive siècle.

La Missa Sancti Jacobi, plus élaborée et plus originale, probablement écrite entre 1426 et 1428, combine le propre et l'ordinaire de la messe. C'est la seule messe de Dufay comportant neuf morceaux : Introït, Kyrie, Gloria, Alleluia, Credo, Offertoire, Sanctus, Agnus, Communion. Elle offre une grande diversité dans le traitement de la polyphonie : duos de solistes s'opposant à un chœur à trois voix ; versets en plain-chant grégorien s'insérant entre les versets polyphoniques ; tantôt cette polyphonie s'enrichit d'une quatrième voix, et la structure devient plus complexe (Offertoire, Sanctus, Agnus), tantôt toutes les parties sont pourvues d'un texte, tantôt seule la partie supérieure supporte les paroles liturgiques, et les parties graves restent purement instrumentales. Enfin, grande innovation, la Communion est traitée en faux-bourdon (mél [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DUFAY GUILLAUME (1400 env.-1474)  » est également traité dans :

DUFAY GUILLAUME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 391 mots

Vers 1400 Naissance de Guillaume Dufay (Du Fay, Du Fayt), peut-être dans la région de Cambrai, peut-être à Bersele (Beersel), près de Bruxelles. La date du 5 août 1397 a été avancée par certains musicologues.1423 À Rimini (Italie), où il est au service des Malatesta, Dufay compose l'épithalame […] Lire la suite

MESSE L'Homme armé (G. Dufay)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 241 mots
  •  • 1 média

Avec sa célèbre Messe Notre-Dame (vers 1360), Guillaume de Machaut a créé la messe unitaire, dans laquelle les différentes pièces de l'ordinaire sont reliées par un élément commun. Guillaume Dufay, sans doute le plus illustre représentant de l'école franco-flamande, va, plus enc […] Lire la suite

BINCHOIS GILLES DE BINCHE dit (1400 env.-1460)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 599 mots
  •  • 1 média

Compositeur franco-flamand, le plus célèbre représentant de l'école bourguignonne ; ses chansons polyphoniques profanes, dont 55 sont connues, figurent parmi les plus belles du genre. Il écrivit aussi de nombreuses pages de musique religieuse. Il fut soldat, mais d'« honorable mondanité », comme nous l'apprend la Déploration sur la mort de Binchois , composée et peut-être aussi écrite par Ockeghem […] Lire la suite

Messe «Ave Regina Caelorum», DUFAY (Guillaume)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 542 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Rattaché à l'école franco-flamande du XV e siècle, Dufay reçoit une solide formation à Cambrai. En 1420, il est au service de la puissante famille des Malatesta, à Rimini, en Italie. Il appartient à la chapelle pontificale de 1428, où il est ordonné prêtre, à 1437 ; il suit le pape Eugène IV lorsque ce dernier, fuyant les troubles politiques de 1433, s'installe à Florence. Dans les années qui sui […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger BLANCHARD, « DUFAY GUILLAUME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-dufay/