DUFAY GUILLAUME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les compositions profanes

La plupart des chansons de Dufay ont été écrites avant 1435. On en compte quatre-vingt-quatre, dont huit sur des textes italiens, plus une dizaine d'autres d'attribution plus ou moins douteuse.

Les formes musicales sont ici très liées aux formes poétiques (rondeau, virelai, ballade). Les thèmes littéraires sont assez conventionnels : chants d'étrennes, chants d'amour et de printemps. L'écriture est presque toujours à trois voix : la partie supérieure supporte le texte, les autres parties sont instrumentales ; parfois, deux voix se partagent les paroles, la dernière alors est dévolue aux instruments. L'évolution du style se marque, dans les chansons de la maturité, par l'assouplissement du « contraténor » instrumental ; on note plus d'équilibre entre les diverses parties et un rôle plus déterminant assigné à la technique de l'imitation. Cet équilibre et cette écriture contrapuntique plus serrée seront les signes distinctifs de la chanson française à la fin du xve siècle.

On retrouve dans les chansons de Dufay cette souplesse mélodique, déjà signalée, qui donne tant de charme à ses compositions ; un exemple : le début de la célèbre pièce Vergine bella sur des vers de Pétrarque.

Citons quelques titres dans cet abondant répertoire : Bon jour, bon mois ; Ce moys de may ; Mon cuer me fait tous dis penser ; Franc cuer gentil ; Se la face ay pale ; Mon seul plaisir ; Vostre bruit et vostre grant fame. Une chanson se distingue des autres par sa verve issue du folklore : La belle se siet au piet de la tour, fondée sur un cantus firmus populaire (le thème de la Pernette). La déclamation syllabique du texte dans les parties supérieures est assez exceptionnelle chez Dufay.

Enfin, on n'aura garde d'oublier, à mi-chemin du profane et du sacré, la belle Lamentatio Sanctae Matris Ecclesiae Constantinopolitanae à quatre voix (deux parties vocales, deux instrumentales), unissant un texte en langue vulgaire (« Très piteulx suis, de tout espoir fontaine ») à la plainte de Jérémie, « Omnes amici ejus spreverunt eam ».

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DUFAY GUILLAUME (1400 env.-1474)  » est également traité dans :

DUFAY GUILLAUME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 391 mots

Vers 1400 Naissance de Guillaume Dufay (Du Fay, Du Fayt), peut-être dans la région de Cambrai, peut-être à Bersele (Beersel), près de Bruxelles. La date du 5 août 1397 a été avancée par certains musicologues. 1423 À Rimini (Italie), où il est au service des Malatesta, Dufay compose l'épithalame […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dufay-reperes-chronologiques/

MESSE L'Homme armé (G. Dufay)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 241 mots
  •  • 1 média

Avec sa célèbre Messe Notre-Dame (vers 1360), Guillaume de Machaut a créé la messe unitaire, dans laquelle les différentes pièces de l'ordinaire sont reliées par un élément commun. Guillaume Dufay , sans doute le plus illustre représentant de l'école franco-flamande, va, plus encore que Machaut, affirmer cette volonté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/messe-l-homme-arme/#i_18316

BINCHOIS GILLES DE BINCHE dit (1400 env.-1460)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 600 mots
  •  • 1 média

Compositeur franco-flamand, le plus célèbre représentant de l'école bourguignonne ; ses chansons polyphoniques profanes, dont 55 sont connues, figurent parmi les plus belles du genre. Il écrivit aussi de nombreuses pages de musique religieuse. Il fut soldat, mais d'« honorable mondanité », comme nous l'apprend la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/binchois/#i_18316

Messe «Ave Regina Caelorum», DUFAY (Guillaume)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 540 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Rattaché à l'école franco-flamande du XVe siècle, Dufay reçoit une solide formation à Cambrai. En 1420, il est au service de la puissante famille des Malatesta, à Rimini, en Italie. Il appartient à la chapelle pontificale de 1428, où il est ordonné prêtre, à 1437 ; il suit le pape Eugène IV lorsque ce dernier, fuyant les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/messe-ave-regina-caelorum-dufay-guillaume/#i_18316

Pour citer l’article

Roger BLANCHARD, « DUFAY GUILLAUME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-dufay/