DUFAY GUILLAUME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les motets

Si les messes constituent la partie essentielle de l'œuvre religieuse de Dufay, les motets occupent une place privilégiée, quoiqu'il soit difficile de leur assigner un rôle liturgique, voire une signification sacrée. En effet, nombre de ces motets sont des pièces de circonstance, composées à l'occasion de tel ou tel événement du siècle ; les éléments profanes et religieux s'y mêlent, ce qui est conforme à la tradition médiévale. Au reste, la forme généralement utilisée, celle du motet isorythmique, est héritée du xive siècle. Dufay se montre ici respectueux d'une forme archaïque qu'il a eu le mérite de porter à son point de perfection.

On peut donc distinguer deux sortes de motets chez Dufay : le motet isorythmique et le motet-cantilène, selon la terminologie proposée par Jacques Handschin. Dans la première catégorie se rangent les grandes fresques historiques mentionnées dans la partie biographique de cette étude : les motets en l'honneur de saint André, de saint Antoine, de saint Jacques, de saint Jean l'Évangéliste, de saint Nicolas, de saint Sébastien ; le motet à la gloire de la ville de Florence (Salve flos Tusce gentis / Vos nunc Etrusce jubar, probablement contemporain du Nuper rosarum composé pour la consécration de la cathédrale) ; le motet Balsamus et munda cera / Isti sunt agni novelli se rapportant à la bénédiction et distribution de médailles dites agnus-Dei par chaque nouveau pape, l'année de son avènement.

Le motet-cantilène, ainsi nommé parce que la mélodie du superius est prépondérante, s'apparente à la chanson profane. Presque tous les motets de ce type sont à trois voix ; la plupart sont dédiés à la Vierge Marie ; ce sont des antiennes mariales, tel l'Alma Redemptoris Mater, paraphrase d'un thème emprunté au plain-chant ; d'autres sont moins directement rattachés à la liturgie, comme Ave virgo ou Flos florum.

Il faut enfin mentionner l'Ave Regina à quatre voix, composé en 1464 et que Dufay souhaitait que l'on chantât à ses obsèques. Le texte « tropé » concerne directement le musicien, qui implore pour lui la miséricorde divine (« Miserer [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DUFAY GUILLAUME (1400 env.-1474)  » est également traité dans :

DUFAY GUILLAUME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 391 mots

Vers 1400 Naissance de Guillaume Dufay (Du Fay, Du Fayt), peut-être dans la région de Cambrai, peut-être à Bersele (Beersel), près de Bruxelles. La date du 5 août 1397 a été avancée par certains musicologues.1423 À Rimini (Italie), où il est au service des Malatesta, Dufay compose l'épithalame […] Lire la suite

MESSE L'Homme armé (G. Dufay)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 241 mots
  •  • 1 média

Avec sa célèbre Messe Notre-Dame (vers 1360), Guillaume de Machaut a créé la messe unitaire, dans laquelle les différentes pièces de l'ordinaire sont reliées par un élément commun. Guillaume Dufay, sans doute le plus illustre représentant de l'école franco-flamande, va, plus enc […] Lire la suite

BINCHOIS GILLES DE BINCHE dit (1400 env.-1460)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 599 mots
  •  • 1 média

Compositeur franco-flamand, le plus célèbre représentant de l'école bourguignonne ; ses chansons polyphoniques profanes, dont 55 sont connues, figurent parmi les plus belles du genre. Il écrivit aussi de nombreuses pages de musique religieuse. Il fut soldat, mais d'« honorable mondanité », comme nous l'apprend la Déploration sur la mort de Binchois , composée et peut-être aussi écrite par Ockeghem […] Lire la suite

Messe «Ave Regina Caelorum», DUFAY (Guillaume)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 542 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Rattaché à l'école franco-flamande du XV e siècle, Dufay reçoit une solide formation à Cambrai. En 1420, il est au service de la puissante famille des Malatesta, à Rimini, en Italie. Il appartient à la chapelle pontificale de 1428, où il est ordonné prêtre, à 1437 ; il suit le pape Eugène IV lorsque ce dernier, fuyant les troubles politiques de 1433, s'installe à Florence. Dans les années qui sui […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger BLANCHARD, « DUFAY GUILLAUME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-dufay/